La vedette du quartier : la thérapie comique 1

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 13 au 31 décembre 2016
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
info@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

La vedette du quartier : la thérapie comique 1

« Je vois le jour de ma mort. Je suis sur mon lit d’hôpital. Pas de femme, pas d’enfants pour me tenir compagnie. Une infirmière entre dans la chambre.
Elle se penche sur mon lit et me demande en caressant ma joue avec ses cheveux blonds : Excusez- moi Monsieur, mais avec les collègues, on se demande : le petit garçon dans Préparez vos mouchoirs, c’était vous ? »
Riton Liebman, prix de la critique pour son Liebman Renégat, est un concentré d’humour juif et belge qui fonctionne ( donc ) à l’autodérision. Sa quête du Graal, il l’entame à 13 ans en jouant dans Préparez vos Mouchoirs de Blier avec Dewaere et
Depardieu. Son passage dans le lit de Carole Laure ( à poil ) pour les besoins du film le traumatise un peu et fait de lui la vedette des copains, du quartier, du
milieu... Il quitte l’école, joue au Théâtre du Parc qu’il quitte en piquant des costumes, descend à Paris, fait des piges au Canard Enchaîné, joue des rôles d’ado,
vit et sort avec des ados avec lesquels il partage des rêves de projets et – probablement – de notoriété. Il imite Johnny aux Bains Douches, fait le con, partage
un sauna avec Vanessa ( Paradis ), devient boucher pour faire un boulot sérieux, dort chez Gainsbourg. Et toujours, il y a Marcel Liebman, ce père brillant, envahissant, aimant qui l’accompagne et Bertrand Blier, l’autre père – artistique – que Riton cherche sans cesse à atteindre.
Avec son carnet de bord, Riton nous offre autant l’histoire d’un mec qui se prend les pieds dans les portes du paradis, que celle d’un enfant perdu dans un monde
de faux-semblants.
La Vedette du quartier est le premier opus d’une série de trois, un feuilleton théâtral drolatique repris sous le titre générique de La Thérapie comique, que nous
jouerons au Poche dans les trois saisons à venir….

Distribution

Avec : Riton Liebman / Collaboration artistique : Jean-Michel Van Den Eeyden / Lumières : Xavier Lauwers / Scénographie : Olivier Wiame

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • La vedette du quartier : la thérapie comique 1

    Le 13 décembre 2016 à 22:38 par Begon

    Désolée, je suis restée sur ma faim !
    J’avais vu Liebman, renégat et j’avais beaucoup aimé. Ici malgré des rires "faciles" de l’assemblée à la moindre phrase ironique, je ne suis pas rentrée dedans. Les extraits de films intéressants mais le one man show un peu lourd. Etait-ce une avant-première car le spectacle était affiché à partir du 13 ? Merci quand même pour le gain des places. Claire

    Répondre à ce message
  • La vedette du quartier : la thérapie comique 1

    Le 14 décembre 2016 à 01:33 par vansteen

    Dans ce seul en scène touchant Riton Liebman partage ses rêves de gloire et ses désillusions avec une sincérité absolue. Avec beaucoup d’autodérision le spectacle navigue entre désenchantement et éclat de rire. Je suis impatient de découvrir les 2 autres volets de cette thérapie comique au cours des saisons prochaines.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 19 décembre 2016, par Catherine Sokolowski

Qui songe à Blier se souvient

Au cinéma, il y a parfois des trilogies, au théâtre, plus rarement. Riton Liebman, déjà récompensé comme meilleur auteur pour « Liebman renégat » aux Prix de la critique en 2015, a choisi d’évoquer le cinéma dans une trilogie théâtrale. Après avoir parlé de son célèbre père Marcel Liebman, militant de gauche d’origine juive et professeur d’université, Riton (ou Henri c’est selon) s’autorise à parler de lui, sur un mode sincère et drôle, fervent partisan de l’autodérision. Même s’il ne joue pas dans le même registre, le fils aussi a de quoi surprendre. Choisi par Blier pour jouer dans « Préparez vos mouchoirs », sa carrière débute sur les chapeaux de roue. Le premier volet de cette trilogie relate son adolescence, période parsemée d’étoiles et d’espoirs déçus. Emouvant, drôle, sensible, Riton Liebman offre une très belle performance qui convainc d’autant plus qu’elle allie résilience et sincérité.

A 13 ans, Riton, emmené par son ami David, se présente à un casting organisé par Blier dans la chambre 1704 de l’hôtel Hilton, avenue de la Toison d’or. Choisi pour le rôle, il débarque à Paris et se retrouve sur le plateau de « Préparez vos mouchoirs ». Côtoyer Blier, Depardieu ou Dewaere est une chose, se retrouver dans le lit de Caroline Laure en est une autre ! Riton devient « la vedette du quartier ». Sa nouvelle vie lui convient, surtout que l’école, franchement, il n’aime pas. Mais à 13 ans comment gérer cet envol, comment oublier l’effet de l’adrénaline quand il n’est plus là ?

Les « Nom d’un chien ! » proférés par sa mère n’ayant pas réussi à endiguer le processus, l’adolescent ne rêve plus que de cinéma. A côté du célèbre Marcel, Riton se construit une deuxième référence paternelle (Blier) qui lui conseille de s’installer à Paris. Enthousiaste comme un ado peut l’être il convainc ses parents et déménage dans une petite chambre de bonne de la capitale quand il a 15 ans. Malheureusement Blier ne répond pas vraiment présent et Riton se retrouve seul et plein de nostalgie « J’ai envie de sortir d’un lycée alors que j’ai tout fait pour quitter le mien ! ».

Truffé d’anecdotes, le spectacle décrit les avatars d’un jeune homme désorienté, qui enchaîne les seconds rôles médiocres et s’y perd. Passer ses soirées aux Bains Douches, célèbre boîte parisienne, ne fera pas de lui un comédien, même s’il fréquente maintenant Vanessa Paradis, Gainsbourg ou Claudia Cardinale. La désillusion le conduit dans l’enfer de l’alcool et de la drogue. L’acteur fait remarquer que « quand t’arrêtes de boire, il y a un problème, c’est que tu ne sais pas quoi boire ». On peut l’entendre comme une métaphore : après une première expérience aussi extraordinaire, comment se satisfaire de séries B ? « Préparez vos mouchoirs » a été le rôle de sa vie et malheureusement pour lui, tout le monde s’en rappelle. « Qui songe à oublier se souvient » disait Michel de Montaigne.

La trilogie est baptisée « Thérapie comique », le premier volet est sincère et audacieux. Un one man show dans un décor qui rappelle la chambre d’ado, bientôt rétrécie en chambre de bonne, vêtu d’un pyjama bleu clair qui évoque le passage à l’hôpital psychiatrique. Les quinquas apprécieront également le retour aux sources d’une jeunesse débridée. A voir rapidement avant la deuxième partie, en 2017 !

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles