La colère du Tigre

Woluwe-Saint-Pierre | Théâtre | Comédie Claude Volter

Dates
Du 13 avril au 13 mai 2016
Horaires
Tableau des horaires
Comédie Claude Volter
avenue des Frères Legrain, 98 1150 Woluwe-Saint-Pierre
Contact
http://www.comedievolter.be
secretariat@comedievolter.be
02-762.09.63

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 2

La colère du Tigre

Printemps 1923, Clémenceau vit retiré au bord de la mer. Clotilde, la cuisinière veille jalousement sur le "Tigre" et Marguerite, l’éditrice, travaille avec lui sur son dernier livre.
Survient Monet, bientôt aveugle, qui doute de son travail et tergiverse. Il envisage d’abandonner Les Nymphéas qu’il avait promis de donner à la France. Furieux de ce renoncement, l’homme fort de la guerre 14 s’insurge et sa colère est à la hauteur de son amitié.
Les deux géants de la politique et de l’art s’affrontent autour du sens de la vie, de l’honneur, de la vieillesse… et de l’amour.
Dans leur intimité, les mots claquent, les formules sont brillantes et l’humour robustes !
Après Claude Brasseur et Michel Aumont au Théâtre Montparnasse à Paris, ne ratez pas ce grand moment d’émotions impressionnistes dans une mise en scène de Jean-Claude Idée.
Avec Michel de Warzee, Jean-Claude Frison, Stéphanie Moriau & Mari-Line Lefebvre
Mise en scène : Jean-Claude Idée
Création lumière & régie : Sébastien Couchard

Distribution

Michel de Warzee, Jean-Claude Frison, Stéphanie Moriau & Mari-Line Lefebvre

Laissez nous un avis !

1 Message

  • La colère du Tigre

    Le 16 mai 2016 à 21:17 par Aurelia

    Magnifique pièce, belle histoire d’amour et d’amitié. C’est plein de tendresse, la vieillesse y est aussi abordée comme peu souvent. Le décor est superbe, les 5 sens sont titillés, le jeu des comédiens est juste et beau,on y croit, on y est. Mes émotions se laissaient porter par le ressac de ces vagues qui montaient en colère, redescendaient dans la douleur et s’aplanissaient dans la sérénité de cette atmosphère d’une autre époque, loin des "nouvelles technologies", quand on prenaient le temps d’être en relation avec les autres et de savourer jusqu’aux silences, de vivre ses états d’âme à fond. Vous m’avez touchée, j’ai vibré avec vous, bravo !!! Superbe ! La standing-ovation était méritée <3

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 18 avril 2016, par Jean Campion

Une amitié revigorante

En se documentant sur Clémenceau, pour en faire le héros d’une pièce de théâtre, Philippe Madral, historien et dramaturge, s’est rendu compte que "l’homme privé lui plaisait tout autant que l’homme public". Défenseur des peintres impressionnistes, le géant politique a entretenu avec Monet une amitié digne de Montaigne et La Boétie. Inséparables durant plus de soixante ans, les deux hommes se sont pourtant violemment heurtés, à propos des "Nymphéas". Une crise qui provoque "La colère du tigre".

1923. Depuis trois ans, Clémenceau s’est retiré dans sa maison vendéenne, près des Sables-d’Olonne. La surveillance de Clotilde, sa bonne, l’agace. Il fume à son insu, l’offusque par son athéisme et envoie au diable ces ânes de médecins (alors qu’il en est un !). En présence de Marguerite Baldensperger, son éditrice, le tigre ronronne. Venue l’aider à rédiger son deuxième ouvrage, cette jolie femme a séduit l’octogénaire et il lui confie son inquiétude. Pour mettre en valeur l’ensemble du travail de Monet sur les "Nymphéas", il a obtenu que l’on rénove, à grands frais, le musée de l’Orangerie. Or, sous divers prétextes, son ami repousse régulièrement l’échéance de l’inauguration. Puisqu’il s’est enfin décidé à le rejoindre en Vendée, Clémenceau se prépare à un tête-à-tête musclé, pour crever l’abcès.

Retrouvailles chaleureuses. On admire les nouvelles plantations, on savoure le poulet Soubise et au café on aborde... la question délicate. Trahi par ses yeux, Monet révèle à son hôte qu’il n’arrive plus à distinguer les couleurs et doute de sa capacité à poursuivre son œuvre. Fureur de Clémenceau qui se sent piégé par cette promesse bafouée. L’honnête républicain se reproche d’avoir dilapidé l’argent des Français. Les altercations se multiplient. Mais ces engueulades, ces duels risibles ne masquent pas la profonde amitié qui unit les deux hommes. Esprits rebelles, allergiques aux honneurs, ils ont mené ensemble le combat de l’impressionnisme. Tous deux se passionnent pour l’horticulture. Monet admire le courage du "Père la victoire" qui, à 77 ans, a joué un rôle déterminant dans la conduite de la guerre. Ecoeuré par la politique, Clémenceau voue un culte à l’Art. C’est à son vieux compagnon qu’il se confie : son amour pour une femme beaucoup plus jeune que lui le déstabilise.

Bouillant, parfois fanfaron, Clémenceau est capable de se regarder dans une glace et de regretter ses fautes : son attitude odieuse à l’égard de la mère de ses enfants ou la boucherie des tranchées. Cependant ce sentiment de culpabilité n’altère pas son goût de vivre. Et quand il ressent le désarroi de Marguerite, marquée par le suicide de sa fille, il parvient à la réconforter et ose lui proposer : "Mettez votre main dans la mienne. Je vous aiderai à vivre. Vous m’aiderez à mourir." Le jeu tout en retenue de Michel de Warzée et de Stéphanie Moriau rend cette scène très émouvante.

Le tigre se bat contre la vieillesse. Farouchement. S’il éprouve de la compassion pour son ami à la dérive, il refuse de s’incliner devant sa dépression et cherche à lui insuffler son énergie. Monet est conscient d’ "être devenu un vieux maboul, à force de solitude". Un misanthrope délicat, qui écoute patiemment les platitudes sur la peinture, débitées par Clotilde. Pour cette femme simple, il est "le monsieur qui s’occupe des fleurs". La peinture est toute sa vie. Aussi la dégradation de sa vue l’attire vers le néant. Mais il est capable de sursauts. Face à la mer, Jean-Claude Frison se laisse emporter par la passion du peintre, apprivoisant les couleurs de l’eau vive.

La mise sur orbite est lente : on attend Monet avec impatience. Mais dès son arrivée, la pièce adopte un rythme alerte. Pimentés par la causticité de Clémenceau, les dialogues sont enlevés. Sans tourner au festival de bons mots. La stature historique des deux géants s’estompe au profit de personnages vulnérables, incarnés par des comédiens qui mêlent efficacement drôlerie et sensibilité. Cependant, malgré leurs faiblesses, ces hommes passionnés et intransigeants nous donnent "une belle leçon d’intégrité et de courage" (Philippe Madral). Trouvera-t-elle un écho dans l’art et la politique d’aujourd’hui ?

Jean Campion

Comédie Claude Volter


Avenue des Frères Legrain, 98
1150 Woluwe-Saint-Pierre