La Profondeur des Forêts

Etterbeek | Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 20 février au 10 mars 2018
Horaires
Tableau des horaires
Atelier 210
Chaussée Saint-Pierre, 210 1040 Etterbeek
Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
02-732.25.98

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 7

La Profondeur des Forêts

Pour ses collègues de l’Electro-World, Sirius Malgrétout est juste le nouveau manutentionnaire. Mais cette nouvelle identité qu’il porte depuis sa sortie de prison n’empêche pas son passé de resurgir sous les traits de Tommy Tantpis, son ancien comparse, personnalisation de ses démons.

Ce que Tommy et Sirius ont commis, à l’âge de onze ans, est monstrueux. Comment trouver sa place après une adolescence en prison ? Comment nouer des relations, vivre en société, quand la simple mention de votre vrai nom vous voudrait sans doute d’être lynché en public ?

Inspirée de l’affaire James Bulger « la profondeur des forêts », nous place volontairement un cran au-dessus de la question de la culpabilité. L’auteur laisse le soin au spectateur de s’interroger à ce sujet. Il nous livre en revanche les atermoiements moraux de son héros, qui devrait aussi avoir une seconde chance.

En contre-point de la douceur poétique du texte, plus proche de la fable que du drame réaliste, la mise en scène de Georges Lini, audacieuse, féroce, inventive, viendra aviver les questions cruelles et brûlantes posées par Stanislas Cotton : qu’est-ce qu’un monstre ; a-t-il droit aussi à une rédemption ?

Ce texte de Stanislas Cotton est une commande faire par Georges Lini pour sa Compagnie Belle de nuit, dont nous fêtons les 20 ans en 2018.

Autour de la pièce, plusieurs événements prendront place, dont une reprise de « L’entrée du Christ à Bruxelles ».

L’Atelier 210 s’associe avec bonheur et fierté à cet anniversaire !

Distribution

Texte : Stanislas Cotton
Mise en scène : Georges Lini
Distribution : Wendy Piette, Félix Vannoorenberghe, Arthur Marbaix
Scénographie : Renata Gorka
Vidéo/son : Sébastien Fernandez Lumières : Jérôme Dejean

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • La Profondeur des Forêts

    Le 21 février à 10:06 par Séverine H

    Un spectacle qui nous a retourné, il y avait longtemps qu’une expérience théâtrale ne nous avait pas fait cet effet. Plongée dans une mise en scène clinique la pièce s’inspire d’un fait divers qui avait ému l’Angleterre il y a 20 ans quand deux enfants de 10 ans avaient violenté puis abattu un autre enfant plus jeune qu’eux. Le parti pris étant ici de suivre l’un des deux meurtrier (et son alter-ego) après sa sortie de prison alors qu’il tente de se réinsérer. Le propos est fort, dérangeant et éminemment actuel. Tout dans le spectacle se destine à nous remuer et il en résulte une pièce sans concession, forte et assez unique (trop rare ?). Mention spéciale pour le trio de très jeunes acteurs qui portent le spectacle avec une conviction et engagement total, ces trois-là iront loin c’est certain ! 5 étoiles pour nous !

    Répondre à ce message
  • La Profondeur des Forêts

    Le 22 février à 10:55 par cyril2356

    Le jeu des acteurs est vraiment impressionnant et la pièce très marquante. Tout ne m’a pas plu (le rythme est parfois un peu difficile à suivre et certaines scènes très crues) mais dans l’ensemble c’est une pièce vraiment aboutie qui soulève beaucoup de questions et confronte réellement le spectateur ! 4 étoiles.

    Répondre à ce message
  • La Profondeur des Forêts

    Le 22 février à 15:49 par Afrg

    Les deux principaux comédien(ne)s se donnent à fond. Le troisième est plus discret. La mise en scène « underground », déstructurée, agressive est cependant un peu dépassée...

    Répondre à ce message
  • La Profondeur des Forêts

    Le 22 février à 23:24 par rvdm0112

    En rétroactes figure la mise à mort gratuite d’un tout jeune garçon enlevè par deux gamins de dix ans . A leur sortie de prison, toute réinsertion s’avere impossible car le passé bresurgit constamment de manière obsessionnelle et annihile toute possibilité de voir aboutir une seconde chance . Le spectacle est bouleversant, baigne dans un climat de brutalité quasi bestiale et est empreinte d’un pessimisme omniprésent

    Répondre à ce message
  • La Profondeur des Forêts

    Le 26 février à 12:30 par ktemara

    Une véritable expérience théâtrale ! Ou comment donner de la justesse face à un crime sans nom ? Le fait divers à l’origine de la pièce est une horreur. Il est donc très difficile de ne pas tomber dans une violence gratuite ou dans un jugement partial. Les protagonistes ont réussi ce tour de force. On en ressort bousculé mais heureusement pas revanchard.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Jeudi 1er mars 2018, par Catherine Sokolowski

Quand la rédemption n’est pas une option

Sirius, jeune manutentionnaire, s’intéresse à Zelda, une caissière. Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils ont la vie devant eux. Tout devrait bien se passer. Sauf que la vie de Sirius, elle est plutôt derrière lui. A 10 ans, Sirius et Tommy ont assassiné un môme de 2 ans et demi, à coups de barre de fer. Comment deux gamins peuvent-il en arriver là ? Comment espérer après avoir passé 8 ans dans une prison pour mineurs ? La compagnie Belle de nuit propose un spectacle autour de la problématique de la rédemption, s’interrogeant sur le droit de vivre et d’être heureux malgré l’irréversibilité des actes commis. Energie, violence et passion caractérisent cette mise en scène de Georges Lini qui évoque un sujet très contemporain avec humanité.

En 1993, dans un centre commercial de Liverpool, Robert Thompson (10 ans) et Jon Venables (10 ans) ont convaincu James Bugler, un petit garçon de 2 ans et demi, de les suivre. Ils l’ont ensuite frappé avec une barre de fer jusqu’à ce que mort s’en suive et déposé sur des rails. Le corps du petit garçon a été découpé en deux par un train.

Si ce genre de crime est heureusement très rare, il y avait déjà eu un cas similaire en Grande-Bretagne en 1968. Marie Flora Bell avait assassiné deux garçons de 3 et 4 ans (cas étudié avec minutie par Gina Sereny dans "Une si jolie petite fille : Les Crimes de Mary Bell"). Ces jeunes enfants délinquants d’une dizaine d’années manquent cruellement d’attention et d’amour, comme le rappelle Sirius dans un moment de crise : « Je rêve que quelqu’un me prenne dans les bras. » La société ne leur a pas fait de cadeau, ceci excuse-t-il cela ?

Le sujet est plus vaste : le séjour en prison efface-t-il la dette envers les victimes ? A l’issue de leur peine, les condamnés doivent-il être pardonnés ? On pense à Bertrand Cantat, Michelle Martin ou même Dutroux. Actuellement, la réponse semble plutôt négative, certains ex-prisonniers recevant une nouvelle identité pour ne pas être identifié par des citoyens peu enclins au pardon.

L’écriture de la pièce a été confiée à l’auteur belge Stanislas Cotton qui a choisi un récit non linéaire, alternant crises, colères, violence, scènes de joie, passé et présent. Les rôles sont interprétés par de jeunes acteurs, le très prometteur Felix Vannoorenberghe (Sirius), tout juste sorti de l’IAD, Wendy Piette et Arthur Marbaix. Le bonheur est-il un droit et le pardon un devoir ? Vous ne le saurez pas en sortant mais les questions méritent d’être posées et ce spectacle d’être vu !

La profondeur des forets

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek