L’étudiante et monsieur Henri

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Royal des Galeries

Dates
Du 2 au 27 février 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Royal des Galeries
Galerie du Roi, 32 1000 Bruxelles
Contact
http://www.trg.be
infos@trg.be
+32 2 512 04 07

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 3

L’étudiante et monsieur Henri

Un spectacle terriblement familial…
Monsieur Henri vit seul dans son appartement parisien, ce qui inquiète son fils, Paul. Si le septuagénaire, particulièrement bougon, refuse catégoriquement tout placement en maison de retraite, il finit par accepter de louer une chambre de son appartement à une étudiante.
Constance, 21 ans, emménage chez lui. C’est une jolie demoiselle pleine de fraîcheur et d’enthousiasme, aux faibles moyens, en plein échec dans ses études, qui cherche encore sa voie. Loin de tomber sous le charme, Henri va se servir de Constance pour créer un véritable chaos familial dont il était loin d’avoir prévu toutes les conséquences.
Une comédie décapante sur les ingérences familiales, les hérédités lourdes à assumer et la difficulté de concilier les grands rêves d’une vie avec les petits arrangements quotidiens.

Distribution

Avec Séverine De Witte, Margaux Frichet, Denis Carpentier et Pascal Racan.
Mise en scène : Alexis Goslain
Décor : Francesco Deleo
Costumes : Fabienne Miessen

Laissez nous un avis !

3 Messages

  • L’étudiante et monsieur Henri

    Le 15 février à 19:04 par FATFAT

    Bon spectacle. Moments de rires et de sourires. Comédiens supers avec une préférence pour le rôle d’Henri et le rôle de la belle fille. Cohabitation originale et improbable d’un vieux monsieur solitaire, pas facile et une jeune fille pétillante mais qui cherche sa voie. On a passé un bon moment.

    Répondre à ce message
  • L’étudiante et monsieur Henri

    Le 17 février à 16:23 par loulou

    Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus fréquenté le théâtre des Galeries.
    Ce fut une agréable surprise que de retrouver Pascal Racan toujours aussi bon !
    Ces partenaires ne déméritaient pas et j’ai passé une très bonne soirée.
    Un spectacle idéal pour un moment de détente !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mercredi 23 février 2022, par Palmina Di Meo

L’art d’apprivoiser la vie

Agréable soirée aux Théâtre des Galeries pour cette pièce à rebondissements de Ivan Calbérac.
Et d’abord un public qui salue l’entrée en scène de ses comédiens favoris par des applaudissements. On en déjà en famille. Et de la famille, il en est question dans cette comédie douce-amère qui fut d’ailleurs adaptée à l’écran avec Claude Brasseur dans le rôle de Mr Henri.

Henri (Pascal Racan), veuf septuagénaire au caractère bourru se voit obligé par sa famille de louer la chambre libre de son appartement parisien à une jeune femme qui aura pour mission de veiller à ce qu’il prenne bien ses médicaments. Constance, une jeune étudiante en quête de sa propre identité, s’accroche à cette location en dépit des tentatives de dissuasion d’Henri bien décidé à ne pas se laisser envahir. Il finira par lui louer la chambre à petit prix en échange d’un étrange marché : celui de séduire son fils Paul (Denis Carpentier) actuellement en ménage avec Valérie (Séverine de Witte) qu’il trouve idiote et indigne de la famille. À contrecœur, Constance (Margaux Frichet) accepte et mène à bien sa « mission » pour se rétracter immédiatement. Le destin et le coup de bluff de Constance auront cependant une incidence heureuse sur le couple de Paul et Valérie. Quant à Mr Henri, sa carapace d’aigreur fond progressivement au contact de Constance pour qui il jouera les mentors...

Créée en 1912 à Paris, la pièce a reçu le prix « Coup de cœur » du Molière du théâtre privé et le grand prix du jeune théâtre de l’Académie Française. Rien d’étonnant pour un auteur qui réussit dans des disciplines diverses. Ivan Calbérac a notamment écrit et réalisé ‘Venise n’est pas en Italie » avec Benoit Poelvoorde.

Si les personnages sont assez caricaturaux, la pièce a le mérite de déconstruire les attentes et les rancœurs qui existent dans toute famille. L’acceptation difficile des choix des uns et des autres, la mise en cause de son rôle d’éducateur, les jugements inavoués, le poids générationnel, chacun y reconnait quelque chose de soi. « Vivre n’est rien d’autre que d’apprendre à se résigner » dit Mr Henri et souvent ce n’est que très tard que l’on accepte ce que l’existence nous offre. Une leçon de vie et de tolérance sous une intrigue cynique charriée par une envolée de répliques au vitriol mais où la tendresse et l’amour affleurent par tous les pores, voilà la recette de cette pièce qui fait mouche et ne cesse de plaire.

Saluons ici une distribution brillante où les comédiens distillent les effets comiques sans en faire trop sous la direction maîtrisée d’Alexis Goslain et Sandra Raco dans un décor chic haussmannien de Francesco Deleo.

Du vrai théâtre familial.

Palmina Di Meo

Photos : © Isabelle De Beir/ Kim Leleux

Théâtre Royal des Galeries


Galerie du Roi, 32
1000 Bruxelles