L’étranger

Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 4 au 8 février 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
+32 2 640 35 50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 1

L’étranger

Quand on lui demandait de quoi parlait L’étranger, Camus répondait que c’est l’histoire d’un homme condamné à mort pour n’avoir pas pleuré à l’enterrement de sa mère… Benoît Verhaert revisite les deux partie de l’œuvre de Camus. En présentant d’abord l’histoire du personnage énigmatique de Meursault, puis en revisitant le procès de ce personnage.

Laissez nous un avis !

1 Message

  • L’étranger

    Le 6 mars 2013 à 02:33 par Alexei

    J’ai déjà vu cette interprétation précédemment dans un autre théâtre par ce même acteur très talentueux. Je dis bien une intérprêtation parce que l’acteur est seul à jouer ou plutôt intérpréter tous les rôles. 

    On reste perplexe devant cet homme qui a perdu sa mère mais qui est pour nôtre époque un associal. Un étranger pour lui et pour les autres.

    Je ne me prononcerai pas plus puisque je n’ai jamais lu les oeuvres d’albert camus donc je laisse les connaisseurs juger de l’interprétation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Samedi 9 février 2013, par Charles-Henry Boland

Etranger, mais à quoi ?

Benoit Verhaert poursuit son aventure camusienne. Après La Chute, le comédien aborde le célèbre roman L’étranger. Simple, engageante et intelligente, cette pièce s’accompagne en outre d’un projet éducatif au sein du milieu scolaire. Sans être aussi exceptionnelle que La Chute, la nouvelle création de Benoit Verhaert vaut certainement le détour.

Une table et trois chaises. Il n’en faut sans doute pas plus pour planter le décor. Mersault, le célèbre étranger, est campé par le jeu subtil de Stéphane Pirard, tandis que Marie Cardona est interprétée par la sensuelle Lormelle Merdrignac. La narration avance souplement, Benoit Verhaert enchainant les autres protagonistes de l’histoire avec une facilité déconcertante. On saluera également le travail sur le texte, dont l’adaptation capte la substance essentielle du roman.

La réussite de cet Etranger tient également à sa "seconde partie", fruit de rencontres effectuées en amont auprès d’élèves du secondaire. Au terme des débats qui se sont engagés en classe, les adolescents sont invités le soir de la représentation à plaider pour ou contre le cas de Mersault. Enfin, le public lui-même est impliqué dans la discussion, si bien que le Petit Varia se transforme en véritable tribunal. De ces échanges naissent quelques réflexions fort à propos, de quoi prolonger habillement la réflexion sous-jacente au roman de Camus. On ne peut que saluer cette initiative, car elle redonne à la littérature sa capacité d’intervenir dans les débats de société.

Certes, la pièce ne présente aucun défaut, au sens où aucun élément ne peut être jugé raté. Justes et précises, les propositions atteignent leurs objectifs. Cependant, on ne peut s’empêcher de comparer l’Etranger avec l’excellent spectacle qu’était La Chute. Ce dernier brillait par l’ambiance qui se dégageait de la scénographie et des chants qui entrecoupaient les monologues. Un vent lourd soufflait sur le cabaret niché en pleine ville portuaire. Or, l’Etranger n’est pas aussi saisissant sur le plan esthétique. L’on aurait aimé que le travail sur le texte soit égalé par une ambiance aussi prenante, ce qui n’est pas toujours le cas.

Il reste que ce spectacle réussit son pari, en alliant réflexion, interprétation et participation. L’initiative, que l’on doit à Benoit Verhaert, de faire entrer la réflexion au sein des écoles ne peut qu’être encouragée. Les débats qui animèrent l’après-spectacle furent d’une grande richesse et donnent une portée supplémentaire au texte de Camus. Oui, on vous le conseille sans hésiter.

Charles-Henry Boland

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles