L’emmerdeur de Francis Veber

Uccle | Théâtre | Centre Culturel d’Uccle

Dates
Du 19 au 31 décembre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Centre Culturel d’Uccle
Rue Rouge, 47 1180 Uccle
Contact
http://www.ccu.be
reservation@ccu.be
02-374.64.84

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 3

L’emmerdeur de Francis Veber

Lui, c’est François Pignon. Ou plutôt Daniel Hanssens. Un vendeur de chemises, déprimé par le départ de son épouse. L’autre, le tueur à gages, "Monsieur Milan", prend les traits de Pierre Pigeolet. Tous deux occupent des chambres mitoyennes dans un grand hôtel. On sait tous que le premier, "l’emmerdeur" de service, va empoisonner les desseins du second.

Comment, quand on est tueur à gages, se défaire de quelqu’un qui ne pense qu’à se suicider et s’accroche à vous ? François Pignon, "emmerdeur" patenté, colle à son sauveur comme une sangsue et fait capoter tous ses projets.

Distribution

Avec Pierre Pigeolet, Daniel Hanssens, Victor Scheffer, Pierre Poucet, Laurence D’Amelio et Michel Hinderyckx.

Laissez nous un avis !

3 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 26 décembre 2018, par Didier Béclard

Vous faites un sans faute, Pignon !

La Comédie de Bruxelles reprend la pièce qui a inspiré le film « L’emmerdeur » en y ajoutant son grain de sel, sans trahir le moins du monde une machine à rire très bien huilée.

François Pignon a pris la chambre 518 dans un hôtel de Maubeuge, situé juste en face du palais de justice. Il appelle sa femme qui l’a quitté pour un psychiatre du coin. Elle refuse de lui parler, lui ordonne de cesser de la harceler. Quasi au même moment, Monsieur Milan prend possession de la chambre 519, voisine et qui donne justement sur le palais de justice. Tueur à gage, il est chargé d’éliminer Louis Randoni qui s’apprête à déballer de sales affaires aux juges.
Chacun ferme sa porte à clé. Dépité par la perte de sa femme, François Pignon tente de se suicider en se pendant à la tuyauterie de la salle de bain mais la canalisation cède. Le garçon d’étage panique et veut appeler la police, Milan arrive à le convaincre de n’en rien faire en lui promettant de veiller lui-même sur le suicidaire pour éviter qu’il n’aille jusqu’au bout de son projet. Le voilà empêtré dans les frasques maladroites de François Pignon qui vous l’empêcher de mener à bien sa mission.
A la base, cette pièce de théâtre s’appelait « Le contrat » (1971). Écrite par Patrice Veber, elle a inspiré le film « L’emmerdeur » réalisé en 1973 par Édouard Molinaro, avec le duo devenu mythique Jacques Brel et Lino Ventura. Ici, pas de scènes en extérieur mais un dispositif scénique ingénieux qui permet de voir les deux chambres à peine séparées par une porte mitoyenne.
Ceux qui connaisse le film par cœur y trouveront leur compte tant les ressorts comiques sont intacts. Ils découvriront également quelques surprises comme le gag récurrent de l’appel à la réception et une petite touche « à la belge » savoureuse. Sans oublier le clin d’œil à Jacques Brel – on vous laisse la surprise – tout comme Molinaro en avait insérer dans son film (Lino Ventura est rudoyé par un routier dans un bar dont le barman, joué par Molinaro himself est en train de ranger un disque 33 tours de Brel dans sa pochette).
En François Pignon, Daniel Hanssens prend autant de place que son personnage tandis que le flegmatique Milan (Pierre Pigeolet) tente de lui tenir tête et de sauver son business. Victor Scheffer excelle en garçon d’étage qui multiple les oh et les ah et les offuscations feintes. Spectacle de fin d’année par excellence.

« L’emmerdeur », mis en scène par Daniel Hanssens, avec Pierre Pigeolet, Daniel Hanssens, Victor Scheffer, Pierre Poucet, Laurence D’Amélio et Michel Hinderyckx, jusqu’au 31 décembre au Centre Culturel d’Uccle, 02/374.64.84, www.ccu.be.

Centre Culturel d’Uccle


Rue Rouge, 47
1180 Uccle