L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

Théâtre | Théâtre Royal du Parc

Dates
Du 18 septembre au 25 octobre 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatreduparc.be
info@theatreduparc.be
+32 2 505 30 30

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

Avec : Gabriel ALMAER, Ronald BEURMS, Laurent BONNET, Pascaline CREVECOEUR, Karen DE PADUWA, Jo DESEURE, Sandrine LAROCHE, Camille PISTONE, Othmane MOUMEN, Babetida SADJO, Yannick VAN HEMELRYCK, Lotfi YAHYA-JEDIDI, Sébastien CORBIÈRE, Michael DUBOIS, Arthur MARBAIX.
Et les stagiaires  : Marc LAURENT, Laura MANN, Daphné HUYNH, Jérémy BOOSTEN, Chloé DEMELENNE, Antoine NEGREVERGNE, Marvin SCHLICK, Inan AYKAC.
Mise en scène  : Thierry DEBROUX - Assistanat  : Catherine COUCHARD Scénographie et costumes : Ronald BEURMS Lumières : Laurent KAYE - Vidéos : Eve MARTIN Conseillère dramaturgique : Florence KLEIN Avec l’aide du Conservatoire Royal de Bruxelles et l’Institut des Arts de Diffusion. Mot du metteur en scène Après Le tour du monde en 80 jours et Les Misérables, j’aurai le plaisir de mettre en scène un des grands chefs-d’œuvre de la littérature mondiale, L’Odyssée d’après Homère, considérée avec L’Iliade comme l’un des poèmes fondateurs de la civilisation européenne. C’est un spectacle qui s’adressera à tous les publics, à partir de 10 ans. Plus d’une vingtaine d’acteurs prêteront leurs talents pour faire revivre ce long voyage de retour d’Ulysse vers Ithaque et c’est Ronald Beurms, primé « Meilleur Scénographe » pour Le tour du monde en 80 jours qui signera le décor et les costumes de ce spectacle. Il y a presque 20 ans (en 1996), j’avais eu la chance de jouer Télémaque dans une version de L’Odyssée au Rideau de Bruxelles. (Version signée Paul Emond dans une mise en scène de Jules-Henri Marchant). Ce qui me fascine dans cette épopée, ce sont les défis qu’un tel voyage propose à un metteur en scène. L’Odyssée est un long récit et l’on connaît le pouvoir que peuvent exercer les mots sur notre imaginaire. J’avais envie néanmoins de donner à voir autant qu’à entendre. Ce spectacle sera donc très visuel. J’ai fait appel à une vidéaste, Eve Martin qui, en collaboration avec le décorateur et le créateur des lumières (Laurent Kaye) est en train de créer les images qui traverseront le spectacle. En ce qui concerne l’adaptation, j’ai voulu mélanger la dimension épique (nous retrouverons les moments clés du parcours initiatique d’Ulysse) avec une dimension plus ludique liée à la personnalité des dieux du panthéon grec. Ces dieux nous ressemblent. Ils ont tous nos défauts. Ils sont jaloux, colériques, envieux, susceptibles… Nous ne sommes donc pas loin de la comédie lorsque nous les observons. Il y aura, comme dans Le tour du monde en 80 jours, un côté décalé et anachronique qui n’empêchera pas les amateurs du récit d’Homère de retrouver le souffle de cette œuvre du VIIIème siècle avant J.-C. Cette épopée est en fait un long poème que les aèdes psalmodiaient en public en frappant le sol avec un bâton pour rythmer les vers. Nous ne sommes pas si éloignés de la culture orale du slam d’aujourd’hui. Trois mille ans séparent L’Odyssée du slam mais j’ai voulu, par petites touches, rapprocher ces deux façons de raconter une histoire. Thierry DEBROUX.
_

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

    Le 8 octobre 2014 à 05:31 par Corall13

    J’ai beaucoup aimé cette pièce légère et pleine de rebondissements. Je la conseille à tout le monde, adultes, seniors, étudiants, familles et enfants, ces derniers pourront être enthousiasmés par les décors et les effets de lumières et de sons. 

    Un coup de coeur pour Athéna et Hermès, très drôles et donnant un petit plus à la pièce. 

    Pour les connaisseurs de la mythologie grecque, certains passages ont dû être ommis puisqu’il s’agit d’une adaptation mais je trouve que ça n’enlève rien à la qualité de la pièce. Au contraire, ça donne un rythme très soutenu, les différentes scènes s’enchaînant très vite. A aucun moment je ne me suis ennuyée en anticipant les différents épisodes de l’épopée d’Ulysse.

    Répondre à ce message
  • L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

    Le 17 octobre 2014 à 12:29 par Pattrick

    Première surprise, on débute avec un rap.
    ok, ce sera donc bien un Odyssée « d’après » Homère, et pas « de »
    Homère. Puis, le classique, le texte beau, bien jouée…. on a une ambiance. et
    vlan, arrive en courant Hermès, qui en fait des tonnes et nous sort un tout
    autre langage, humour, gaudrioles et jeux de mots limites (beaucoup trop
    répétitifs surtout). donc, on est dans une bonne factrice, on revisite l’Odyssée.
    c’est sympa et cela change. ha mais non, on revient chez les humain, et on
    revient dans l’odyssée version grand classique, mais d’autres Dieux arrivent et
    on repart dans un sketch complet.
    bref, je n’ai pas aimé ce mélange trop
    brutal. l’Odyssée d’Homère est très chouette, j’aime cette pièce (le classique),
    mais j’adore aussi les autres pièces qui sont bien plus moderne et partent à la
    dérision (comme « une petite orestie » de Laurent Contamin, une
    version super amusante). mais là, ce soir j’ai vu un mélange des deux qui ne se
    marient pas, comme l’eau et l’huile qu’on essaye d’émulsionner.
    et puis, Hermès en fait vraiment trop.
    autant Othmane MOUMEN se glisse parfaitement dans la peau de PassePartout,
    autant les même mimiques et cabrioles sont énervantes ici.
    pour le reste, belle mise en scène, un
    décors qui est encore une fois époustouflant (une sorte de tunnel en
    perspective qui se transforme en bateau).
    je serai donc la note dissonante de toutes
    les critiques, mais le mélange ne fonctionne pas.

    Répondre à ce message
  • L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

    Le 19 octobre 2014 à 09:40 par juliette

    waiouh homère version rock and roll...il faut beaucoup de culot pour "adapter" en 2 h un tel récit : une mise en scène et scénograhie époustoufflantes mais les puristes n’y trouveront probablement pas leur compte...qu’importe les nombreux jeunes et moins jeunes spectateurs ont vibré jusqu’à la dernière scène très émouvante des retrouvailles d’ulysse et de pénélope.

    une remarque cependant : la jeune troupe se démène mais le talent est peu présent dans les interprétations ; courage...

    Répondre à ce message
  • L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

    Le 20 octobre 2014 à 11:37 par chrisdut

    Superbe soirée passée au théâtre Royal du Parc avec une interprétation réussie de cette Odyssée avec humour, efficacité et avec de jolis décors et accessoires. Othmane Moumen en Hermès déjanté accompagné d’Athéna vont amener les notes d’humour modernes tout au long du spectacle. L’exercice est bien rodé depuis maintenant quelques années et ça marche avec le jeune public qui accroche et suit ce périple sans en perdre une miette. La sauce prend et c’est tant mieux. J’ai hâte de voir le prochain spectacle pour voir comment ils vont nous présenter "Alice au pays des merveilles".

    Répondre à ce message
  • L’Odyssée d’après HOMERE. Texte et mise en scène : Thierry DEBROUX

    Le 31 octobre 2014 à 10:59 par Demanet

    En regardant la " bande annonce " de la pièce , je savais a l’avance que je serais surpris par la modernité qu’apporte cette pièce comparé aux autres pièces plus traditionnelles de l’oeuvre d’Homère . Et le plus surprenant furent le décors qui etait splendide , les "cochons" (qui m’ont bien fait rire ) , le plein d’humour qu’apportent les dieux en parrallèle a l’histoire émouvante . 
    Bref que du bon !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Samedi 4 octobre 2014, par Jean Campion

Ulysse a fait un beau voyage... Tant mieux pour nous.

Selon Thierry Debroux, "adapter, c’est amener à la surface ce qui fait qu’une oeuvre du passé nous parle toujours aujourd’hui." Visant cet objectif, il nous a régalés par ses mises en scène du "Capitaine Fracasse" (2009), du "Tour du monde en 80 jours" (2011) et des "Misérables" (2012). Dans son adaptation de "L’Odyssée", une oeuvre qui le fascine depuis longtemps, il apprivoise un très large public (à partir de 10 ans), en lui donnant à voir autant qu’à entendre et en mêlant habilement souffle épique et humour décalé.

Pour transformer l’oeuvre foisonnante d’Homère en un spectacle nerveux, passionnant, il s’appuie sur un scénario clair et un dispositif scénique très ingénieux. Un immense tunnel, truffé de portes coulissantes et des projections efficaces nous font passer en souplesse d’un univers à l’autre. Ambiance délétère au palais d’Ithaque. Panique dans la caverne du cyclope ou sur le pont du bateau chahuté par la tempête. Farniente insidieux sur l’île de Circé.

Cependant la pièce ne se réduit pas à une succession de tableaux impressionnants. Homère (8e siècle avant J.C) dépeint des personnages qui apprennent à survivre. Il y a vingt ans qu’Ulysse a quitté Ithaque, pour combattre les Troyens. Espérant toujours son retour, Pénélope tient à rester fidèle à l’homme qu’elle aime. Elle résiste au pessimisme de sa belle-mère Anticlée, aux insinuations sur les frasques de son époux et aux avances de prétendants corrompus. Elle trompe astucieusement leur impatience, mais Antinoos, leur chef, se montre de plus en plus pressant. Pénélope a reporté toute sa tendresse sur son fils Télémaque. En le couvant, elle l’empêche de prendre confiance en lui. Il faudra la fermeté d’Athéna et le courage de son père, pour qu’il devienne un homme.

Pour échapper avec ses compagnons à la cruauté de Polyphème, le cyclope, ou pour résister aux chants des sirènes, Ulysse utilise son arme favorite : la ruse. Ce guerrier habile est aussi un homme sensible, capable de pardonner une faute grave à un matelot et fragilisé par la nostalgie des siens. Certes, il a succombé au charme de la magicienne Circé. Mais quand celle-ci lui promet l’immortalité, s’il reste avec elle, il refuse le marché. Pourtant il ignore que Pénélope l’attend.

La plupart des dieux sont affublés des mêmes défauts que les hommes. Leur insolence, leur susceptibilité, leur rancune, tournées en dérision, apportent des éclats d’humour qui, comme les anachronismes, allègent ce récit dramatique. Hermès aux baskets ailées déboule régulièrement, comme un chien dans un jeu de quilles. Singeant l’animateur de "Questions pour un champion", il met en boîte les érudits en mythologie. Dieu espiègle, il multiplie les jeux de mots et électrise la scène. Un rôle sur mesure pour Othmane Moumen, toujours aussi feu follet. Son impertinence lui vaut les remontrances d’Athéna ange gardien, campée avec autorité par Karen De Paduwa. Bien sûr, quelques plaisanteries ne volent pas haut. On peut se pincer le nez, en entendant Eole, le dieu des vents, se plaindre de son aérophagie. Mais il est difficile de résister à la parodie de "The Voice", qui transforme les sirènes en candidates virées.

Tout en prenant des libertés avec l’épopée d’Homère, Thierry Debroux nous en rapproche. Le slam qui ouvre chaque partie fait écho aux vers psalmodiés par les aèdes. Comme leurs auditeurs, nous sommes confrontés à la condition humaine, en suivant le voyage initiatique d’Ulysse. Et cette leçon de vie nous est offerte dans un spectacle très maîtrisé, où cohabitent drôlerie et intensité dramatique. Les cochons de Circé sont croquignolets et la bataille magistralement chorégraphiée nous coupe le souffle. On apprécie la détermination de Pénélope (Sandrine Laroche) qui tient tête au sinistre Antinoos (Lofti Yahya) et on admire le punch d’Ulysse (Laurent Bonnet). Mais c’est la prestation de toute la troupe (23 comédiens) qu’il faut applaudir joyeusement.

Théâtre Royal du Parc


Rue de la Loi, 3
1000 Bruxelles