L’Institut Benjamenta

Théâtre | Théâtre Océan Nord

Dates
Du 3 au 11 mai 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.oceannord.org
info@oceannord.org
+32 2 216 75 55

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

L’Institut Benjamenta

Jacob von Gunten s’est inscrit comme élève à l’Institut Benjamenta, lequel a pour mission de former au service et à la domesticité... pourtant nous découvrons rapidement l’existence d’un certain nombre de dysfonctionnements : les professeurs, par exemple, en sont absents, ce qui limite singulièrement la portée pédagogique de l’établissement. Mlle Benjamenta, la jeune sœur du directeur, assure l’intérim. Elle ne donne plus qu’un seul cours, toujours le même, sous forme de variations, à l’infini... Et que font les élèves ? « Ils végètent dans l’oisiveté. » Et s’il faut malgré tout s’occuper, ils apprennent le règlement par cœur et nettoient les locaux dudit Institut, selon une logique circulaire parfaitement absurde.

Assistanat à la mise en scène Julien Jaillot Aide à la dramaturgie Denis Laujol Scénographie Stéphane Arcas Costumes Claire Farah, Lumière Matthieu Ferry Avec Stéphane Arcas, Sébastien Fayard, Julien Jaillot, Denis Laujol, Nathalie Mellinger, Benoît Piret, Lotfi Yahya Jedidi
Adapté de la traduction de Marthe Robert.

Représentation à 20h30 sauf mercredi à 19h30.
Tarifs 10/7,50 euros

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • L’Institut Benjamenta

    Le 24 mars 2011 à 05:37 par elion

    Ca fait vraiment du bien de voir ce genre de spectacle : c’est doux, délicat, intelligent. Tout en retenue comme tout en emphase ; tout en simplicité, à l’image du superbe jeu de lumière qui habite le décor. Et pour une fois, c’est du théâtre en adéquation complète avec l’oeuvre de son auteur : ca laisse beaucoup d’impressions subtiles, c’est ciselé dans de la dentelle, ca passe comme un nuage. Et avec ca, pas une once de cynisme ! C’est rare, c’est pur, mais jamais totalement innocent Pour ceux qui ont la patience de lire les conneries habituelles que j’écris et qui voudrait en savoir un peu plus sur le style de cet auteur intemporel, voire critique ci-bas de "R.W."...ou alors...bin, y a wikipédia hein ! En tout cas, coup de coeur printanier, avec "i prefer not to..."

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 5 mai 2013 à 11:37 par Lou Salome

    Espace complètement noyé de fumée, d’où, l’on ne sait où l’on est. Dans quel no man’s land avons-nous atterri. Les comédiens arrivent "de loin" et repartent "quelque part". Les éclairages accentuent les silhouettes et l’irréalité du lieu. Comédiens étonnants. Surprenant ! Le directeur crapuleusement inquiétant. Son assistante sanglée dans une rigueur d’une élégance glacée...qui craquera. ET le jeune Jacob (comédien déjà vu dans MARS) magnifiquement juste dans ce personnage "walsérien" ! Une envie : relire le roman très vite ! retrouver les mots pas toujours entendus dans la moiteur secrète (murmurée) de la mise en scène...

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 6 mai 2013 à 09:48 par dani

    Quelle belle interprétation de ce texte... j’ai été très touché par la mise en scène et les acteurs, quelle sensibilité, quelle justesse ! J’ai particulièrement apprécié le comédien qui joue Jacob, un jeune homme bourré de talent qui donne toute sa profondeur au texte. Je recommande ce spectacle d’une grande finesse, bonne route à toute l’équipe !

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 9 mai 2013 à 10:35 par Alexei

    Personnellement, j’ignorais qu’il y avait un texte d’un auteur à l’origine que je n’ai malheureusement pas lu. Toutefois pour ma part, je reprocherai justement au lieu d’être trop simple. En effet, lorsque je je m’y suis rendu, il pleuvait très fort ce qui faisait que je n’entendais et ne comprenait pas toujours ce qui était dit. Pour ma part, je reconnais le talent de l’acteur interprenant Jacob (surprenant à cet âge) mais j’ai toutefois une préférence pour le directeur qui a un physique et une voix très portante.

    Mis à part celà, je reprocherai au texte de manquer un peu de vie peut-être ?

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 9 mai 2013 à 10:53 par TOVABENE

    Une interprétation parfaitement adaptée aux textes de Walser . C’est simple et émouvant . Un seul dommage : j’ai eu difficile d’entendre au début à cause du bruit de l’écoulement de la pluie qui dominait la voix des comédiens .

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 9 mai 2013 à 11:55 par silou

    Le décor à la fois simple et magique nous transporte au travers d’un texte merveilleusement interprété. Une mystérieuse lumière plane sur nos esprits nous faisant frissoner de plaisir. Un ensemble envoutant d’une justesse inébranlable..

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 10 mai 2013 à 09:25 par NoVdH

    Dans ce spectaccle, tout est magnifique : la scénographie surtout, le texte, le jeu des acteurs... Pourtant, je suis restée sur ma faim. Je n’ai pas réussi à comprendre la direction dans laquelle on voulait m’emmener... dommage ;)

    Répondre à ce message
  • L’Institut Benjamenta

    Le 13 mai 2013 à 02:33 par Grenade

    Merveilleux spectacle tout feutré, saupoudré de talc auquel on a l’impression d’assister à travers un voile et d’en suprendre les protagonistes. Scènes d’autrefois mais encore si réelles. Des trouvailles au niveau scénique à mon sens. On aurait peut-être aimé un peu de musique, peut-être...
    Allez lire la critique de Blanche Tirtiaux, tout est dit !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 10 mai 2013, par Blanche Tirtiaux

L’institut fantasmagorique

L’institut Benjamenta, c’est au départ un roman de Robert Walser. Un roman qui intrigue par sa délicieuse étrangeté, et dont l’adaptation théâtrale par Nicolas Luçon, reprise cette semaine au théâtre Océan Nord, rend avec grâce hommage à ce poète suisse schizophrène en traduisant sa prose délicate dans un onirisme visuel et atmosphérique à nous faire frémir de bonheur.

Robert Walser mourra au cours d’une promenade dans la neige un jour de Noël 1956, après 17 ans d’internement psychiatrique. Ce destin de vie singulier permet peut-être d’illustrer combien l’auteur intrigue et transporte à la fois, comme dans son roman l’Institut Benjamenta où il dépeint l’univers décalé d’une école qui a pour vocation de former à la domesticité mais de laquelle tous les professeurs semblent avoir disparu, et où Jacob von Gunten, héros de l’histoire, fait son entrée en jeune homme naïf.

La langue de Walser est splendide. On se délecte de ces mots qui semblent tous choisis avec une préciosité infime. Comment parvenir à adapter ce texte infiniment poétique au théâtre, à le mettre en espace, en mouvement, en images sans le déforcer ? En voyant l’adaptation de Nicolas Luçon, on saisit que malgré la difficulté du travail de mise en scène, la magie qu’il dégage lorsqu’il est réussi en vaut la chandelle.

L’institut Benjamenta est un espace flottant, un espèce de non-lieu fantastique où se côtoient des personnages fantasmatiques et bizarres mais terriblement attachants. C’est en premier lieu par le choix des acteurs et la direction de ceux-ci que se déploie sur le plateau l’authenticité de l’univers walsérien. Des comédiens justes qui évoluent dans l’espace scénique avec une subtile mesure et une sobriété épatante, qui nous touchent tant par l’humour des situations absurdes que par la fragilité des êtres. Saluons au passage l’intervention sans faille des trois protagonistes principaux : Benoît Piret sous les traits de Jacob von Gunten, Lotfi Yahya Jedidi comme terrible directeur Benjamenta, et Nathalie Mellinger incarnant la sœur de ce dernier.

Tout semble à demi-teinte dans cette école dévastée, on oscille entre le rêve et le cauchemar sur une scène embrumée dans les tons gris-bruns, on se complaît dans cette ambiance crépusculaire à la fois drôle et terriblement inquiétante où les images percutantes dans leur esthétique dépouillée nous imprègnent.

Contradictions, conversations sans queue ni tête, interventions incongrues : tout est en pensé en finesse pour rendre compte de l’univers complexe de Walser, pour nourrir cette innocente noirceur qui fait frisonner. On pourrait dire que la richesse du spectacle est ce finish in touch, où chaque détail semble à sa place pour contribuer à la création du songe poétique, pas un mot, pas un pas de trop, des détails choisis avec soin, des acteurs tous parfaits, aussi discrets soient leurs rôles.

En résulte un spectacle sur le fil, surréaliste mais tellement sincère dans cette fragilité qui nous lie à la vie, et qui nous donne accès enfin à ce que le théâtre à de plus beau à nous offrir : une petit bout d’humanité.

Blanche Tirtiaux

Lundi 28 mars 2011, par Catherine Sokolowski

L’absence d’existence en guise d’exutoire

L’institut Benjamenta forme de futurs domestiques. D’allure sombre et sévère, ce lieu se révèle étrange et décalé. Les dialogues naïfs et absurdes étonnent de prime abord, séduisent ensuite. Les personnages, très typés, prennent en charge la formation de Jacob von Gunten, nouvel élève, dynamique et motivé. L’adaptation progressive de Jacob à ce nouvel environnement s’avère rapidement passionnante.

La mise en scène de Nicolas Luçon organise le monologue de Robert Walser, écrivain suisse du début du 20ième siècle, en dialogue à sept. Il y a Jacob, le directeur, sa sœur : Melle Benjamenta, Kraus, et trois autres condisciples. Interprétations brillantes. L’ambiance cadre parfaitement avec les textes bien qu’aucun décor ne soit utilisé. Les jeux de lumière (Mathieu Ferry) sont discrets et percutants. Ils reflètent parfaitement le climat angoissant de l’intrigue.

Assez ésotériques, les échanges ne sont jamais anodins. Nous sommes dans un monde onirique riche en métaphores. Le roman initial date de 1909 mais il est intemporel. Histoire de l’(in)adaptation d’un être à son environnement. Tantôt soumis, tantôt révolté, Jacob bascule d’un comportement à l’autre. Lentement mais sûrement, il devient docile, ayant goûté à l’impossibilité de trouver la sérénité dans une ambiance faite de perpétuels conflits.

Kraus, condisciple de Jacob, symbolise le parfait majordome. Toujours d’accord, toujours docile, il est insignifiant. L’institut serait donc une sorte d’asile pour ceux qui ne trouvent pas leur chemin, un lieu dans lequel la soumission et le néant deviendraient une fin en soi. Ce spectacle se présente comme un conte de fée moderne suscitant une réflexion sur le rôle et la place de l’individu dans la société. Avec humour et candeur, avec sérieux et conviction.

Théâtre Océan Nord


Rue Vandeweyer, 63 65
1030 Schaerbeek