L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 11 au 29 novembre 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

Une fiction humoristique et pleine de peps sur une réalité sociale glaçante

Plus de 15.000 spectateurs à travers l’Europe ont déjà pu applaudir ce spectacle jubilatoire !
Le Collectif Mensuel porte à la scène l’excellent roman de Nicolas Ancion.
Un artiste plasticien y kidnappe le patron du plus important groupe sidérurgique mondial : Lakshmi Mittal, non par vengeance ni justice citoyenne mais en vue de combler le manque de reconnaissance dont il souffre. Avec l’aide de sa copine Marion, journaliste au Vlan, et de son pote Patrick, fraichement licencié des hauts fourneaux d’Arcelor, il va contraindre l’industriel à reproduire une série d’oeuvres majeures afin d’élever son kidnapping au rang d’oeuvre d’art !

A l’heure où le pouvoir financier régit nos vies et que les politiques d’austérité font des ravages partout en Europe, le théâtre s’élève contre le fatalisme et nous permet, en passant du rire à l’émotion, de réfléchir à la question de la valeur marchande et humaine. Le prix que l’on met pour qu’une vie d’homme soit réussie.

Le jeu des comédiens, accompagnés par deux musiciens, laisse la place à un jouissif second degré, (...) tout le monde en prend pour son grade : les patrons, la presse, les politiques, mais aussi les artistes, les faux révoltés...L’image de fin vaut tous les discours. Elle est aussi poignante que le reste de la pièce est hilarant. Le Soir

Produit par le Collectif Mensuel en coproduction avec le Théâtre de la Place, l’Ancre et le PBA-Eden. Avec le soutien de la FWB, de la Ville et de la Province de Liège. En partenariat avec la PAC, le CAL, la FGTB Liège-Huy-Waremme, Les Métallos MWB-FGTB, la Cible asbl, Arsenic, Théâtre&Publics, Space, Maillages. Soutenu par le programme culture de l’UE. Avec le soutien du programme Culture de l’Union Européenne. En partenariat avec Assemblea Teatro, Culture Commune, Kulturfabrik, Theater Antigone.

Conception et mise en scène Collectif Mensuel | Avec Sandrine Bergot, Quentin Halloy, Baptiste Isaia, Philippe Lecrenier et Renaud Riga | Collaboration artistique Elisabeth Ancion | Scénographie et costumes Claudine Maus | Création éclairage et direction technique Manu Deck | Régie générale Dylan Schmit | Régie son Philippe Kariger | Film Christophe Lecarré | Montage et vidéo Juliette Achard | Graphisme et Photographie Dominique Houcmant

Théâtre de Poche : 02/647.27.26

Laissez nous un avis !

10 Messages

  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 12 novembre 2014 à 06:17 par hello1

    Je suis partagée : d’une part, une belle prestation des comédiens et un récit intéressant (surtout la partie monologue de l’artiste kidnappeur sur ce qu’il en marre et sur sa vision du monde) ; de l’autre, le contexte est fort liégeois (même si le propos est universel) ; cela "gueule" parfois beaucoup, sur un univers sonore musical "live". La partie vidéo est intéressante, la mise en scène est très "collectif". Bref, le propos vaut la peine (qui kidnappe qui ?) mais il y a des longueurs.

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 15 novembre 2014 à 10:13 par Doctora

    Un sujet d’actualité : la fin de la sidérurgie à Liège, le manque d’emplois... mais pas seulement ! Il est aussi beaucoup question de l’art contemporain, d’une façon caricaturale très amusante. Il y a de tout dans cette pièce, et tout s’intègre de façon cohérente : point de vue contenu, rien n’échappe à la critique humoristique ; point de vue moyens d’expression, c’est un spectacle multimédias. Sur la scène, deux musiciens accentuent le rythme soutenu de trois acteurs excellents, qui s’en donnent à coeur joie. Toute une partie du récit est filmée. Il y a de la distanciation et du second degré tout au long du spectacle. À voir... pour rire et penser !

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 16 novembre 2014 à 06:11 par mike_bel

    Une réelle bonne surprise cette pièce !

    Un concept original de concert-théatre, un sujet engagé, quelques musiciens-acteurs de qualité, un décor fonctionnel et une bonne dose d’humour. Résultat une très belle réussite.

    J’ai adoré le rythme très soutenu de la pièce, les variations entre les parties jouées, filmées et chantées.

    Allez-y c’est original et ca nous change du théatre traditionnel !

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 21 novembre 2014 à 04:55 par Cappu

    Très belle soirée bien rythmée ! Le ton est juste et les acteurs campent bien leur personnage.Le monologue de Richard est une pure merveille. Mis à part quelques longueurs et la musique qui fait vraiment beaucoup de bruit, c’est une très bonne pièce.

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 27 novembre 2014 à 08:45 par chrisdut

    Et voilà une pièce qui fera partie de mon top 5 de cette année sans nul doute. Tout simplement parfait. C’est original, c’est frais, c’est différent, on passe une excellente soirée. Bref, on prend son pied. La musique, l’humour, la mise en scène, le jeu des comédiens sont impeccables. Une pièce intelligente comme on voudrait en voir plus souvent. A conseiller absolument.

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 5 décembre 2014 à 12:13 par curbain

    Je suis allée voir cette pièce un peu par hasard à la suite d’un désistement. Les 5 premières minutes m’ont fait peur, étant un peu sceptique de nature face aux pièces musicales.

    Cette introduction passée, j’ai été totalement submergée d’émotions et portée par cette oeuvre pleine de justesse. Mes origines liegeoises et ma fibre sociale y ont sans doute participé, mais je la recommanderai sans hésitation à un public très large.

    Entre humour et émotions, un grand moment de théâtre.

    Répondre à ce message
  • L’HOMME QUI VALAIT 35 MILLIARDS

    Le 6 janvier 2015 à 02:46 par amelimel

    "L’Homme qui valait 35 milliards", relecture théâtre percutante du roman de Nicolas Ancion, met en scène le kidnapping rocambolesque du magnat de l’acier
    Lakshmi Mittal : par un dialogue vif et permanent entre jeu d’acteurs, musique
    punk-rock live et création vidéo, la pièce du Collectif Mensuel - et les questions qu’elle soulève : travers du tout à l’économie, relativité de la valeur et rôle de l’art dans nos sociétés - fait ressortir la réalité de cette fiction avec justesse et brio et
    continue de s’élever avec un humour glaçant et un surréalisme bien de
    chez nous contre les conséquences de la crise économique post-industrielle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 17 novembre 2014, par Catherine Sokolowski

Lakshmi et lacquemants

Adaptée du roman visionnaire de Nicolas Ancion sorti en 2009, la pièce « L’homme qui valait 35 milliards » a été conçue en octobre 2012, sombre période pendant laquelle Lakshmi Mittal décidait de fermer la phase à chaud de la sidérurgie liégeoise. Intemporelle parce qu’elle met Liège à l’honneur, l’adaptation est subtile, dynamique, déjantée, militante, mais surtout, aussi chaleureuse que la ville qu’elle dépeint. Et dans un contexte de crise économique qui perdure, les évènements qu’elle décrit sont malheureusement toujours d’actualité. Un petit bijou socio-politique liégeois.

Le spectacle s’ouvre sur un concert : cinq chanteurs et musiciens évoquent la crise économique, parlent de la richesse qui s’accumule chez certains et disparaît chez les autres. On assiste ensuite à un kidnapping, celui de Lakshmi Mittal, dont l’ambiance est très bien rendue par les vidéos projetées sur l’arrière de la scène. Flashback. Pourquoi Lakshmi Mittal a-t-il été enlevé ? Tenez-vous bien l’histoire est rocambolesque !

Roger Moors, artiste plasticien complètement inconnu, est contraint de trouver un emploi « correct ». Or une place de professeur à l’académie des beaux-arts se libère. Pour l’obtenir, avoir sa carte du parti ne suffira pas, il faudrait aussi concevoir une œuvre mémorable. C’est en regardant la télé qu’il se rappelle de son vieil ami Patrick, ouvrier chez Arcelor Mittal, interviewé sur la fermeture des hauts-fourneaux. Lumière ! Roger va concevoir une œuvre gigantesque, somme de copies d’œuvres existantes (« Urinoir » de Duchamp, empaquetage façon Christo, nus de Spencer Tunick…) signée par Monsieur Mittal himself ! Et pour mener à bien ce projet, il est obligé de kidnapper le grand patron indien.

Compagnons d’infortune, Roger, Patrick et Marion, journaliste au Vlan, vont organiser et réaliser ce projet impossible, dont au moins une partie est vraie : les métallos ont bien posé dans le plus simple appareil un samedi du mois de juin 2012, photo de foule à la Spencer Tunick, symbolisant l’état dans lequel ils allaient se retrouver après la fermeture de l’usine.

Mélange de disciplines, théâtre, musique et chant live, création vidéo, le spectacle porté par trois comédiens débordant d’énergie parle d’un drame sur un ton léger, drôle, décalé. Une histoire incroyable qui pourtant semble vraie. Flashback, partage de rôles, vidéos, plusieurs procédés pour dénoncer un drame, celui des métallurgistes en passe de se retrouver chômeurs en cette fin de 2012. Un spectacle indescriptible, avec un moment d’anthologie, celui où Roger crie son désespoir : déboussolé parce qu’il n’aura pas sa place de prof à l’académie, il dépeint une vision très noire de la Cité ardente et de ses habitants mais aussi… des spectateurs. Une superbe réalisation du collectif Mensuel. A voir.

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles