L’Enfant Poussé Tordu

Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 25 au 29 octobre 2011
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
+32 2 732 25 98

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

L’Enfant Poussé Tordu

Une création du collectif On voit ta culotte madame Véro
menée par : Marie Denys
du 25/10 au 29/10 à 20h30, à l’Atelier 210

Comment fait-on pour être absolument sûr que quelque chose est vrai ?
Cinq gamins partent au fond d’eux-mêmes, dans une virée surréaliste à la recherche de leur propre éducation. Ces petits guerriers ont choisi d’affronter leurs peurs, leurs fantasmes et leur devenir avec pour seule arme l’expression brute et indisciplinée de leur imagination.
Est-ce qu’on ne grandit pas toujours seul de toute façon ? En tous cas, eux, oui ; c’est décidé, ils vont tout faire craquer, quitte à ce que ce soit un peu le foutoir…

Le collectif On voit ta culotte madame Véro développe une écriture scénique très sensorielle : les sons, les lumières, les matières convoquent un univers débridé et jubilatoire, à la frontière entre le cauchemar et la réalité.

Avec : Adriana Da Fonseca, Laurent Micheli, Séverine Porzio, Anne-Catherine Regniers, Viviane Thiébaud
Assistante et scénographe plasticienne : Sophie Cocheteux
Créateur sonore : Maxime Dubuis

Un spectacle du collectif On voit ta culotte madame Véro en coproduction avec l’Atelier 210, avec le soutien du Théâtre de l’Ancre et du Théâtre des Doms. Avec l’aide du Ministère de la Communauté française – Service du Théâtre.

Tarifs : 18/15/10€
Horaire : du mardi au samedi à 20h30
Infos & réservations : 02 732 25 98 / info@atelier210.be : www.atelier210.be

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 27 octobre 2011 à 11:23 par loulou

    Un décor élaboré, 5 comédiens au jeu très physique, un beau travail sur la lumière et le son... des spectateurs perplexes !
    Si cet univers déjanté, entre cauchemar et réalité, ne m’a pas gênée, je n’ai par contre pas du tout apprécié le passage de l’opéra mythologique ; pour ma part j’ai trouvé que cela gâchait l’ensemble du spectacle.

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 28 octobre 2011 à 05:18 par Asaya

    Un grand bravo tout d’abord pour les magnifiques jeux de
    lumière qui réussissent à renouveler sans cesse le décor, à rendre l’inquiétant inquiétant et à faire disparaître les choses pour
    mieux nous surprendre. Quant aux acteurs, ils sont délurés, imprégnés de leurs
    personnages, capables de changer de visage d’une scène à l’autre. Un pied dans
    le monde de l’enfance, un autre dans celui des adultes, rêve ou réalité,
    paradis ou enfer, on n’a de cesse d’être troublé. Le message n’est pas toujours
    clair alors on choisit simplement de laisser libre cours à son imagination.
    Ainsi, malgré un final un peu long, on ne s’ennuie jamais.

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 29 octobre 2011 à 03:34 par pasteque

    Belle pièce ! Beau décor, j’ai adoré les moments chantés et le rythme qui garde bien les spectateurs attentifs. La lumière, les effets sonores et évidemment le jeu des acteurs.
    Par contre, le texte déclamé quand les acteurs couraient je n’ai pas aimé j’ai décroché...

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 29 octobre 2011 à 12:36 par liznave@hotmail.com

    Bravo pour ce spectacle tout en fraîcheur et poésie sur les rivages de l’enfance, ses inquiétudes, ses certitudes, son devenir. Les sons et lumières, les jeux des acteurs et la scène fourmillent d’enchantements multiples... très belle performance scénique ! Spectacle vivement conseillé à tout un chacun.

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 31 octobre 2011 à 11:36 par monkeyz

    Après un début saisissant à ajouter à l’ensemble des trouvailles du spectacle, la lumière se fait sur une scène parfaitement disposée et son décor prometteur. Les comédiens y jouent de manière très physique. Malheureusement le contenu m’a paru décousu ou, en tout cas, le lien entre les éléments mis en jeu était obscur, si bien qu’à la fin on a une vague compréhension de ce que tente d’aborder le spectacle mais aucune idée du sens véritable de tout ça. Un peu dommage.

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 4 novembre 2011 à 01:43 par anna

    Manque un peu de cohérence et par moments de surprise, certaines séquences commencent à peine et on a déjà compris de quoi il s’agit et ce qui va se passer. Mais spectacle assez étonnant tout de même, félicitations à toute l’équipe, j’ai été émerveillée notament par le passage de l’opéra...

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 5 novembre 2011 à 11:20 par Nastia

     
    Je ne peux pas dire grand-chose de positif mais essayerai d’en
    faire une critique constructive.
    Je salue le décor : volumineux et divers … Mais mal exploité. Il y a eu
    beaucoup de débuts de choses (des dessins, des plans, …) qui ont été
    "oubliés". En revanche, les scènes qui se terminent (et qui durent
    et durent …) sont des scènes souvent très dégoutantes. Le cracha est inévitable ?
    Peut être y avait il un sens mais néanmoins, à mon avis, il n’est pas
    accessible alors « au grand public » (et je ne peux m’empêcher d’ajouter
    « ni même au petit ». L’histoire m’a laissée indifférente de plus. Au
    moins, on ne peut pas dire que les acteurs ne se donnaient pas à fond. (Peut-être même trop à fond).
    Bref, un mot pour conclure : Déception.

    Répondre à ce message
  • L’Enfant Poussé Tordu

    Le 29 novembre 2011 à 11:39 par anacolut

    Etrange... Une sorte de patchwork, catalogue des images liées à l’enfance. Est-ce que je serais fatiguée des catalogues ? Je crois que s’ils avaient trouvé une histoire à nous raconter, on aurait eu accès à quelque chose de génial. La recherche est intéressante et a du bon, il y a dans ce spectacle 1001 idées exploitables. Exploitables. A exploiter. Dans un spectacle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 27 octobre 2011, par Samuël Bury

La vérité sort de la bouche des enfants…

Face à cette création du collectif "On voit ta culotte madame Véro", on se retrouve quelque part entre Alice au Pays des merveilles et un vague terrain de jeu émotionnel. Ou, pour faire dans le synthétique, entre un conte et des réminiscences de profonds questionnements d’enfant. Cinq comédiens nous font partager ce monde imaginaire et tortueux à force d’expression dénouée et de mouvement. Cinq parcours oniriques à névroses variables auxquels on peine à s’identifier. Mais une belle performance collective se joue, on ne peut pas le nier !

L’enfance censée être représentée, on y croit qu’un tout petit peu. Appelons ça plutôt une rêverie d’adultes voulant se glisser dans des vêtements trop petits. Mais bon, ce n’est sans doute pas le plus important, car effectivement « Comment fait-on pour être absolument sûr que quelque chose est vrai ».

Une chose est sûre en tous cas, c’est qu’on ne veut rien nous faire avaler. Le parti pris de la spontanéité surréaliste s’affiche d’ailleurs comme un bon choix car il laisse une très grande place à l’émotion.

Dans un décor à forte potentialité ludique et expérimentale, les cinq comédiens intègrent librement leur propre récit. Ça chante, ça court sur place, ça balance, ça se roule dans la terre et ça se touche aussi.
On s’amuse beaucoup. Mais manifestement plus sur scène que dans la salle…

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek