Kiki Van Beethoven

Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 13 janvier au 5 février 2011
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 80 09 44 44

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Kiki Van Beethoven

L’aventure d’une femme, Kiki, la soixantaine rayonnante, qui va, grâce à un masque de Beethoven découvert par hasard dans une brocante, changer sa vie ainsi que celle de ses trois amies. Une fable sur la jeunesse perdue, les émotions refoulées, les secrets ensevelis. Un vrai trajet initiatique : grâce à la musique de Beethoven qui sert de clé, les quatre femmes vont ouvrir des portes intérieures essentielles, celles qui les coupaient de leur véritable histoire, celles qui les protégeaient de leurs chagrins ou de leurs sentiments.

Un monologue drôle, original, émouvant qui passe élégamment du rire aux larmes. Un rôle riche, éblouissant pour une grande comédienne de plus de soixante ans. La force de Beethoven s’adjoint à la poésie de Schmitt pour créer une œuvre insolite qui célèbre l’humanisme, le courage. Un véritable Hymne à la Joie.
Une création et production du Théâtre Le Public.

Laissez nous un avis !

6 Messages

  • Kiki Van Beethoven

    Le 15 janvier 2011 à 04:13 par deashelle

    Seule en scène, Nicole Valberg, très belle comédienne, interprète Kiki van Beethoven. L’interprétation du texte est encore un peu jeune, un peu hésitante parfois mais elle suscite une certaine empathie pour la narratrice. Et la saison de ce spectacle, attachant quand même, ne fait que débuter. Il est vrai que les juxtapositions de scènes lassent un peu au début….L’entrée dramatique trouve sa source dans la visite du camp d’Auschwitz par les quatre dames en voyage rétro-scolaire. De grâce, il faudrait supprimer l’appellation ‘camping’ du registre de vocabulaire dans cet épisode, c’est immensément choquant et déplacé. Mais dès ce moment, le reste du texte se met à vibrer… Et le thème de la mère abusive, celui de l’homme–enfant qui se suicide, celui de la belle fille détestée qui devient fille prodigue, sont des ficelles sentimentales un peu grosses, dès qu’on prend quelque recul.
    Belle mise en scène du thème « nos parents nous grondent, et … ce sont nos enfants ! » Belle boutade : « La beauté c’est intolérable » dit Eric-Emmanuel Schmitt. « Parce qu’il y a une sagesse de la beauté et qu’on ne veut pas l’entendre. La musique peut nous montrer la beauté de la tristesse, du désarroi, la beauté du deuil, la beauté de l’abandon. Et cette beauté nous force à accepter des dimensions de l’existence dont nous voudrions nous protéger. » Intolérable, parce qu’elle mesure notre nullité ou notre médiocrité.

    Répondre à ce message
  • Kiki Van Beethoven

    Le 18 janvier 2011 à 05:17 par paolo

    Ah Eric, Eric, Eric, Eric… Pourquoi ? Tes textes sont tous les mêmes. Il faut vraiment mélanger Auschwitz avec Beethoven et avec un drame personnel tel que cette histoire devrait raconter ? C’est où que tu trouves tes blagues ? A la télé ? Elles ne font que rendre plus triste la pauvre comédienne sur la scène. Juste un Public vieux, bien pensant, bourgeois à mort, et très irrespectueux (coups de toux environ chaque deux secondes pendant toute la pièce, peut être pour cacher l’ennui ; et encore, incompréhensibles applaudissements à la fin) pourrait rire d’un humour qui ne ferait pas bouger le bec d’un pigeon.
    Et le drame ? C’est tout dit, tout révélé, tout au dehors sous le soleil qui brille, pour utiliser un des clichés probables à retrouver dans de tels textes. Il n’y a pas une vérité conservée pour l’intimité de l’être humain. Il y a toujours cette révélation ultime et fatale, dans un moment, dans un mot, une lettre ou quoi que ce que soit. Désagréable, faux. Les beaux temps sont bien allés, Eric, il y a que du tire-larmes et du manque de nouvelles idées, maintenant, et malheureusement.
    Par contre la mise en scène était bien ennuyante. Ca serait un euphémisme de définir ça comme statique et sans rythme. C’était le vide (mais pas celui du bon théâtre), dans le sens que la scène elle était bien remplie de rien.

    Répondre à ce message
  • Kiki Van Beethoven

    Le 20 janvier 2011 à 02:11 par verlinde

    J’ai trouvé cette pièce agréable. Même si il est vrai qu’il y a quelques petites héistations et quelques petite imperfections, Nicole Valberg se débrouille plutôt bien. D’autant qu’un monologue, c’est loin d’être un exercice facile. Bravo, donc.
    En toute simplicité, l’actrice nous emmène en plein coeur d’une vie ’normale’(une vie telle que l’on pourrait tous avoir), sans aucune exagération, ni stéréotype...
    De plus, personnellement, cette pièce m’a donné l’envie d’écouter du Beethoven, en tous cas de le découvrir.

    Répondre à ce message
  • Kiki Van Beethoven

    Le 23 janvier 2011 à 08:49 par Bambou

    L’occasion de passer un moment bien agréable. Le début est un peu difficile, pas encore suffisamment rodé, il me semble, cela se ressent également dans le jeu de l’actrice, pourtant excellente. Par contre, si et quand on arrive à rentrer dans la pièce, on passe un très agréable moment. Mention spéciale pour le décor relativement dépouillé mais très bien trouvé, qui est parfait pour ce seul en scène, et bien sûr pour la très belle performance de la grande comédienne qui nous emmène dans son univers. 

    Répondre à ce message
  • Kiki Van Beethoven

    Le 3 février 2011 à 12:51 par iazu

    Nous venons de voir cette pièce ce soir.
    Décevant quand on pense qu’elle a été écrite par Eric Emanuel Smith, elle ne tient pas le coups face au "Visiteur" qu’il avait écrit précédement.
    Ce point excepté, la pièce est assez bonne. Le thème sous-jacent est celui du deuil et du temps qui passe, des événement qui nous minent de l’intérieur et dont on doit accepter les conséquences.
    Le sujet est traité avec humour et légèreté mais il a réusi à m’arracher une larme.
    Petit bémol, la comédienne avait une voix agaçante selon moi.

    Répondre à ce message
  • Kiki Van Beethoven

    Le 22 février 2011 à 02:30 par aure

    Cette agréable et talentueuse actrice ( 2 petites dames vers le Nord ) manque un peu de souffle pourtant pour ce monologue. La mise en scène ultra dépouillée + un monologue + donc une seule actrice + un texte agréable et inventif certes mais où l’émotion est quelque peu " poussée "... Il manque quelque chose, un rouage, un élément, afin que ça " fonctionne ".
    Un moment agréable mais sans plus, je m’attendais à beaucoup mieux...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode