Je ne haïrai pas

Bruxelles | Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 5 au 22 octobre 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre de Poche
Chemin du Gymnase, 1 A 1000 Bruxelles
Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

starstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

Je ne haïrai pas

“Thank you for keeping my daughters alive” (Merci de garder mes filles en vie). Dédicace.

Izzeldin Abuelaish est Palestinien, né à Gaza. A force de ténacité, il réussit à devenir médecin, spécialisé en gynécologie obstétrique. Il est un spécialiste mondial de l’infertilité. Il donne la vie…

Il est aussi le premier médecin palestinien à exercer en Israël. Il a subi à ce titre toutes les tracasseries et humiliations au passage des fameux “check-points” entre les deux pays. Malgré tout, il tente de construire des ponts entre Israéliens et Palestiniens.

Puis il y a l’opération Plomb durci. Un tank tire deux obus sur sa maison, tuant trois de ses filles et une de ses nièces, et blessant grièvement plusieurs autres de ses enfants. Fou de douleur.

Pourtant, Izzeldin écrit son livre, I shall not hate. L’histoire de sa vie, et sa foi en l’avenir, le dialogue et la paix. Il est aujourd’hui traduit en 25 langues. Faire un spectacle de son témoignage - avec Deborah Rouach et dans la mise en scène de Denis Laujol (Fritland, Le Champ de Bataille) -, est un immense honneur. Lui, dont plusieurs parlementaires belges soutiennent la candidature au prix Nobel de la paix.

L’histoire d’Izzeldin nous incite à la réflexion. Celle de ce petit enfant de Gaza devenu docteur qui donne la vie. Qui perd l’essentiel, mais qui refuse la haine. Et qui promeut le dialogue, la culture, l’éducation pour combattre le repli, la peur.

Un premier pas pour tendre la main par-dessus les murs et les obus. Le Soir

Laissez nous un avis !

1 Message

  • Je ne haïrai pas

    Le 11 octobre à 08:45 par mike_bel

    Voilà une manière de traiter un sujet d une manière vide, sans sens, sans message et limite même dans la caricature des personnages. C’est sûr-joué , lent , très lent à s endormir et pourtant ça ne dure que 45min…

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 10 octobre 2022, par Didier Béclard

La vie plutôt que la haine

Izzeldin Abuelaish est médecin, spécialisé en gynécologie obstétrique, le premier médecin palestinien à exercer en Israël. Après avoir perdu trois de ses filles et une de ses nièces dans un bombardement, il refuse de succomber à la haine. le metteur en scène, Denis Laujol, s’est inspiré de son témoignage pour créer « Je ne haïrai pas ».

Une femme, assise de dos, regarde la mer qui déroule ses vagues sur l’écran qui lui fait face. Puis, des sons et des images captés par une chaîne de télévision israélienne. Izzeldin Abuelaish exprime sa douleur après que deux obus tirés par l’armée israélienne aient détruit sa maison. Nous sommes le 16 janvier 2009 à Gaza, l’homme pleure ses trois filles Bessan (21 ans), Mayar (15 ans), Aya (14 ans) et sa nièce Noor (17 ans) qui ont perdu la vie dans l’attaque tragique.

Izzeldin Abuelaish est palestinien, né en 1955 à Gaza dans le camp de réfugiés de Jabalia. Gamin, l’aîné de six garçons et trois filles se levait à trois heures du matin pour récupérer les tickets de lait, distribués par les Nations Unies, de ceux qui n’en voulaient pas pour les revendre, avant de partir en classe, à ceux qui en voulaient. Malgré la misère et la promiscuité du camp, Izzeldin Abuelaish devient médecin, spécialisé en gynécologie obstétrique. Il sera même le premier médecin palestinien à exercer en Israël et deviendra un spécialiste mondial de l’infertilité, donnant la vie à des enfants, qu’ils soient palestiniens ou israéliens.

En dépit du deuil et de la douleur qui l’affligent, le médecin refuse d’ajouter la haine à la haine. « La haine est un poison, c’est une toxine qui détruit celui qui la porte, dit-il dans un Ted Talk en 2012. (...) Avec la mort de mes filles et la vie que j’ai eue, j’ai été une victime. Mais je n’accepterai jamais d’être une victime de la haine. La plus grande arme de destruction massive est la haine dans nos âmes. »

Défendant un rapprochement pacifiste entre Israël et la Palestine, celui qui est devenu un infatigable messager de la paix a publié en 2010, « Je ne haïrai point : un médecin de Gaza sur les chemins de la paix » (Robert Laffont), aujourd’hui traduit en 25 langues. A la demande d’Olivier Blin, directeur du Théâtre de Poche, Denis Laujol s’est emparé du texte pour le porter à la scène.

D’abord, il en a modifié le titre. « Dans Je ne haïrai point, il y a quelque chose de l’injonction divine alors que c’est avant tout une histoire humaine », précise le metteur en scène. L’intitulé est donc devenu « Je ne haïrai pas » pour mettre en lumière la décision d’un homme qui choisit de ne pas haïr malgré le pire. Ensuite, Denis Laujol a réécrit le texte en se plaçant du point de vue des femmes disparues qui ont marqué sa vie : Dalal, sa mère, Nadia, sa femme, ses filles et sa nièce, qui reviennent de chez les morts pour s’adresser à Izzeldin, et au public.

La comédienne Deborah Rouach raconte cette guerre insidieuse au travers de ces femmes qu’elle ressuscite. Dalal, décédée avant la destruction de la maison familiale, rappelle la vie de misère à Gaza « qui n’est qu’un immense camp de réfugiés ». Nadia a été emportée par une leucémie fulgurante alors que Izzeldin était enfermé dans « l’enfer de l’attente, la négation de l’humanité » que constituent les check points à l’entrée de Gaza. Retenu et humilié deux jours durant par les soldats israéliens, le médecin ne pourra veiller son épouse mourante.

Au moment d’évoquer les jeunes tombées sous les obus, la comédienne décroche, s’emballe et souligne ce qui ne va pas dans la pièce mais aussi en Palestine. Cela n’évolue pas comme le médecin l’imaginait dans son livre. Pour éviter toute sensiblerie, elle va jusqu’à fustiger le metteur en scène qui n’a jamais mis les pieds en Palestine. Mais le personnage de Déborah Rouach (juive d’origine marocaine) met surtout en évidence la colère générée par l’impuissance face à un conflit sans fin dans lequel « le futur n’est plus qu’un néant ».

Didier Béclard

« Je ne haïrai pas » de Denis Laujol, d’après le vivre de Izzeldin Abuelaish, jusqu’au 22 octobre au Théâtre de Poche, à Bruxelles, 02/649.17.27, www.poche.be.

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles