It’s my life and I do what I want

Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 18 au 22 mars 2015
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
+32 2 512 17 84

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

It’s my life and I do what I want

Conception et interprétation Guy Dermul et Pierre Sartenaer
Scénographie et costumes Marie Szersnovicz
Assistanat à la dramaturgie et à la scénographie Victoria Vandermeersch
Création lumières Harry Cole
Régie lumière Margareta Andersen
Création son Hjörvar Rognvaldsson
Régie son et vidéo Max Stuurman
Vidéo Arnaud Ghysels
Direction technique Catherine Vervaecke
Décor KVS_Atelier - Tous les jours à 20h30 SAUF le mercredi à 19h et le dimanche à 15h.

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • IT’S MY LIFE AND I DO WHAT I WANT

    Le 30 septembre 2012 à 05:21 par papacas

    Quelle est la vérité ? Elle est peut être fabrique. Its my life est une ‘histoire’ qui décrit l histoire de l art contemporaine a travers un personnage mythique : Willem Kroon. Ce n’est pas important s’il existe ou pas (en réalité Shakespeare est un personnage réel ? peu importe). Nous avons poursuivit son parcours dans une course folle, ludique, intelligente. Finalement nous avons vécu une vraie fausse histoire (ou bien une fausse vraie histoire). Une présentation agreable, moderne, avec du Humour avec H capital.

    Répondre à ce message
  • IT’S MY LIFE AND I DO WHAT I WANT

    Le 30 septembre 2012 à 08:19 par faser

    Belle leçon. Une expérience theatrale intéressante, pédagogique et amusante, qui rend plaisante et interessante ce que certains projets des annes soixante avaient de sec voire d agaçant à force de se confronter aux limites de la theatralité. L’eleve dépasse ici le maître.

    Répondre à ce message
  • It’s my life and I do what I want

    Le 16 mars 2015 à 07:21 par wonderland

    Excellent, ce spectacle ! Au départ, on est tout à fait déstabilisés et on se demande ce qu’on est venu faire là... Puis, au fur et à mesure que l’on commence à comprendre le sens de ce qui se cache sous des prétextes pédagogiques, on apprécie de plus en plus ! A découvrir, pour rire ensemble !

    Répondre à ce message
  • It’s my life and I do what I want

    Le 22 mars 2015 à 12:45 par thdarell

    Excellentissime ! J’avoue m’être rendu aux Tanneurs principalement attiré par le titre de la pièce (j’adore cette chanson !) ... Petit à petit, j’ai commencé à douter de ce que l’on me présentait comme faits avérés, me chuchotant en mon for intérieur de "googeliser" tout ça sitôt de retour à la maison. La fiction s’emboîte parfaitement à des faits historiques et à la vie de personnages réels, ce qui n’est pas sans faire penser à d’autres exercices du genre Forrest Gump ou Zelig de Woody Allen. Intelligent, brillament écrit, interprété et mis en scène (le spectacle dans le spectacle "the Tranches" et le numéro de prestigidation sont à mourir de rire), à recommander vivement !

    Répondre à ce message
  • It’s my life and I do what I want

    Le 23 mars 2015 à 04:13 par loulou

    Fiction ou réalité ? Vérité ou mensonge ?
    Peu importe finalement car on se laisse entraîner dans ce spectacle hors du commun, mené avec beaucoup de maestria par les deux comédiens-auteurs.
    On rit beaucoup.
    Je me suis quand même précipitéé sur Google en rentrant !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 20 septembre 2012, par Karolina Svobodova

There are ways to make certain things pay

“It’s my life and I do what I want”, certains auront sans doute reconnu les paroles du hit de The Animals… mais lesquels d’entre eux savent que leur auteur est Willem Kroon ?
Willem qui ? Rien de mieux que la conférence décalée de Guy Dermul et Pierre Sartenaer pour le découvrir. Avec intelligence et humour, les deux artistes nous font voyager à travers l’Europe et le XXème siècle.

C’est à la découverte de l’artiste/traducteur/performeur Willem Kroon, personnage aujourd’hui oublié, que nous invitent Guy Dermul et Pierre Sartenaer. Sous forme de conférence, les deux artistes nous racontent la vie de cet homme du XXème siècle, retraçant à travers elle l’histoire européenne de l’après-guerre, avec ses questionnements et révolutions artistiques. Car bien qu’inconnu aujourd’hui, Willem Kroon a joué un rôle important dans le développement des nouvelles formes et pratiques de l’art. Artiste radical, il n’a cessé de remettre son art en question, démarche dans laquelle se retrouvent sans doute les concepteurs du spectacle et qui explique en partie leur intérêt pour lui…
- 
- 
A l’avant de la scène, une table, un ordinateur, un projecteur, un verre d’eau. Derrière elle, les deux conférenciers présentent un exposé sur Willem Kroon, se servant de vidéos et de photos pour illustrer leurs propos. Théâtre documentaire ? Pas tout à fait...
- 
Dans le fond, un décors est constitué d’éléments disparates : un arbre, un chapeau, un panneau - photo à moustaches, deux lances balles de tennis… autant de matériaux qui seront utilisés lorsque des extraits des pièces de Kroon seront interprétés par les deux comparses.
- 
La ‘conférence’ est ainsi scandée par des intermèdes de jeu, démonstrations des différents styles et questionnements liés à l’époque et à l’histoire. En suivant Kroon, on parcourt l’Europe : de Rotterdam en Pologne, Italie, Angleterre et France. L’intérêt de Kroon pour les langues semble être partagé par les artistes lesquels, bien que s’exprimant ici principalement en français, jouent néanmoins quelques passages en néerlandais, anglais et italien. C’est donc à un voyage à travers le temps, les pays et l’art que nous convie le récit de vie de Kroon, nous permettant d’interroger les traces dont l’Histoire veut bien se souvenir, la possibilité d’une schizophrénie langagière, le succès imprévisible et incontrôlable, le théâtre auquel on veut échapper et qui nous rattrape malgré tout.
- 
On l’aura compris, cette « brève histoire d’un artiste européen du XXème siècle » est un spectacle intelligemment décalé, portés par deux acteurs que l’on est toujours content de retrouver.

Karolina Svobodova

Théâtre Les Tanneurs


Rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles