INTÉRIEUR VOIX

Théâtre | Le Rideau

Dates
Du 25 novembre au 13 décembre 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.rideaudebruxelles.be
contact@rideaudebruxelles.be
+32 2 737 16 00

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

INTÉRIEUR VOIX

Un projet de Delphine Salkin en création collective avec Isabelle Dumont, Pierre Sartenaer et Raymond Delepierre

Création
25.11 > 13.12

En 2001, alors qu’elle joue Athéna dans l’Orestie, Delphine Salkin sent soudain sa voix se briser sur le mot loi. En scène, personne ne s’aperçoit de rien. Pourtant, durant des années, elle ne pourra plus parler sans effort, plus chanter « bon anniversaire », à peine pourra-t-elle répondre au téléphone... Depuis, elle est allée à la rencontre de professionnels de la voix, qu’ils soient du domaine médical ou artistique, elle a accumulé des matériaux sonores et visuels, surprenants, drôles, instructifs. Aujourd’hui, elle retrouve le chemin du plateau et imagine, avec ses partenaires, la chronique d’une voix perdue et retrouvée.
Comme un hommage à la beauté fragile de la voix, de toutes les voix.

NL In 2001 speelde Delphine Salkin haar stem kwijt. Nu staat de actrice opnieuw op de planken met een verhaal over een verloren stem die terug wordt gevonden.

Production Rideau de Bruxelles. Avec le soutien de Nonumoï.

Réservation au 02 737 16 01 ou sur www.rideaudebruxelles.be

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 27 novembre 2014 à 07:12 par pierreha

    Profonde déception. 

    Le thème était splendide : la voix perdue d’une comédienne.

    En fin de compte, il n’en reste que la voix perdue de la seule Delphine Salkin, tant est égocentré le spectacle.

    On est totalement mal à l’aise devant l’étalage froid d’une tragédie personnelle qui ne fera jamais la démonstration d’une tentative d’universalisme.

    Il y avait pourtant matière à s’interroger sur le théâtre, sur le mutisme, sur le handicap, sur le silence,...

    Après un débalage clinique et glacial, la représentation se conclut par la démonstration d’une comédienne qui semble chercher à se re-positionner sur le marché.

    Répondre à ce message
  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 28 novembre 2014 à 02:09 par Lou Salome

    peut-être il eut fallu "décaler" la fin, donner à voir et entendre le bonheur inouï d’avoir recouvré la voix, jouer l’exaltation / jubilation (universelle !) de pouvoir à nouveau se faire entendre, plutôt que de tenter de rejouer à l’identique un monologue plombant, un extrait d’un spectacle passé / dépassé, d’une mise en scène statique d’un passage déclamé. Nostalgie / blessure du moment de la perte de la voix qui occulte (encrasse) le bonheur présent de la voix à nouveau possible.

    Répondre à ce message
  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 30 novembre 2014 à 05:34 par Doctora

    J’ai bien apprécié ce spectacle à la fois informatif et émouvant. Le dernier mot de Delphine Salkin, s’adressant à son public d’aujourd’hui, est "bonsoir", alors qu’au début de la pièce, elle nous avait salués par écrit sur son ardoise. Entre le début et la fin, il y a tout le parcours de l’expérience vécue pendant 7 ans : la perte et finalement la récupération de la voix, après des opérations chirurgicales et de la réadaptation. Cette expérience intime provoque une réflexion de portée générale. Contrairement à Gloubi-boulga, je n’ai pas du tout ressenti le spectacle comme "égocentré". En effet, on y apprend beaucoup sur le fonctionnement et l’importance de la voix, d’un point de vue phonatoire, acoustique, psychologique, social et artistique. La contrainte du silence n’a pas éteint la créativité de Delphine Salkin, mais l’a, au contraire, stimulée. Elle a archivé des documents (son journal, des enregistrements audios et vidéos) qui constituent le matériel de base du spectacle. Son histoire nous est racontée, avec suffisamment de distanciation, par deux acteurs, Isabelle Dumont et Pierre Sartenaer, qui paraissent bien de connivence avec elle. Delphine elle-même est une présence silencieuse pendant presque toute la durée du spectacle, d’où la surprise lorsque, revêtant une perruque, elle devient une chanteuse à la voix puissante. La poésie sonore élaborée par Raymond Delepierre, à partir de verres notamment, est merveilleuse et accompagne parfaitement le récit. Un beau spectacle, donc, au ton "juste", sauf dans la dernière scène, où je rejoins l’avis de Lou Salomé : c’est dommage de rejouer le "monologue plombant d’un spectacle passé/dépassé".... Retenons plutôt le dernier mot tout simple : "bonsoir" !

    Répondre à ce message
  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 30 novembre 2014 à 08:14 par paul

    Allez voir ce spectacle vous restere sans voix,pour ce combat pour la recupere.Retrouiver tous les difficutes de l handicape et de la reussite de lutte contre la maladie. Felicitation.

    Répondre à ce message
  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 7 décembre 2014 à 10:54 par mzoe

    Cela aurait du être une réflexion élargie sur la voix humaine, sur la parole , l’expression vocale . Mais cela c’est avéré être un historique égocentrique des événements. Dommage.

    Répondre à ce message
  • INTÉRIEUR VOIX

    Le 14 décembre 2014 à 01:56 par Bomax

    J’ai trouvé ce spectacle très sensible et interrogeant de manière juste, bravo pour cette prise de risque car en effet ça pourrait basculer vers le narcissisme... mais ce n’est pas le cas !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

INTÉRIEUR VOIX - Trailer

INTÉRIEUR VOIX from Rideau de Bruxelles on Vimeo.

Le Rideau


Rue Goffart, 7 A
1050 Ixelles