Hamlet

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Royal du Parc

Dates
Du 14 septembre au 21 octobre 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Royal du Parc
Rue de la Loi, 3 1000 Bruxelles
Contact
http://www.theatreduparc.be
info@theatreduparc.be
02-505.30.30

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 2

Hamlet

Il y a peu de metteurs en scène qui ne rêvent pas de se confronter un jour au chef-d’œuvre de Shakespeare. Personnellement, j’attendais avec patience d’avoir trouvé l’acteur idéal à mes yeux pour prêter son corps, sa voix, ses émotions, sa part d’ombre au personnage du Grand Will. Et puis soudain Itsik Elbaz s’imposa comme une évidence. Il y a quelque chose d’infiniment mystérieux chez lui et outre son talent immense et la fragilité qu’il dégage sur le plateau, il y a cette inquiétude, ce tourment qui semblent l’habiter et qu’il n’est donc plus nécessaire de « jouer ».

La dimension intuitive est essentielle dans notre métier, plus que la dramaturgie. A chaque fois que j’ai songé à Hamlet, je l’ai imaginé au cœur de la Russie du XIXème siècle, au cœur de cet empire où la question de « l’homme fort » capable d’administrer d’une main ferme un immense territoire, semble essentielle, encore aujourd’hui.

C’est cette piste là que j’ai lancée à Vincent Bresmal pour le décor et à Anne Guilleray pour les costumes. Ils ont rebondi avec enthousiasme. Après avoir monté Les Trois Mousquetaires et L’île au trésor, j’avais envie de m’éloigner un peu des grands spectacles d’aventures, tout en sachant que je voulais aussi offrir Hamlet à la jeune génération. Le spectacle sera accessible à partir de 9-10 ans.

En boutade, je dis que s’ils ont compris Le Roi Lion ils comprendront Hamlet. Il y a eu un certain nombre de versions de la pièce et les spécialistes ne sont pas d’accord entre eux pour savoir quelle était la version voulue par Shakespeare. Même le fameux monologue qui commence par la non moins fameuse réplique « To be or not to be » est parfois attribué à l’acteur/directeur de théâtre Richard Burbage qui, après la mort du poète, aurait amplifié le rôle. Peu importe d’ailleurs. Nous avons, avec ce texte, une matière dense destinée à un public qui ne restait pas en place, sortait, rentrait, mangeait… et parfois même écoutait la pièce.

Notre rapport au théâtre a beaucoup changé. Même si de temps en temps un téléphone sonne, une dame âgée et un peu sourde lance un « Qu’est-ce qu’il a dit ? » ou quelques élèves mal préparés ou peu respectueux chahutent un peu, globalement le public, plongé dans le noir, se tait et goûte chaque mot prononcé sur la scène. J’ai donc opté pour une version plus courte, allant à l’essentiel de l’intrigue et pour ce faire, il m’a bien fallu « tuer » quelques personnages. Le Théâtre Royal du Parc est l’endroit où des citoyens de tous âges qui, parfois, ne sont jamais allés au théâtre, découvrent de grands textes et j’espère de tout cœur que cette découverte leur ouvre un chemin qui les mènera vers d’autres théâtres, vers d’autres textes, d’autres pratiques. Thierry DEBROUX.

Distribution

Itsik ELBAZ,
Anouchka VINGTIER,
Jo DESEURE,
Serge DEMOULIN,
Fabian FINKELS,
Christian CRAHAY,
Adrien Letartre,
Camille PISTONE,
Valentin VANSTECHELMAN,
Baptiste DENUIT,
Jonas JANS,
Amandine JONGEN,
Coralie SCAUFLAIRE

Thierry DEBROUX (Mise en scène)
Catherine COUCHARD (Assistanat )
Grazielle FURTADO (Chorégraphie)
Jacques CAPPELLE (Chorégraphie des combats)
Vincent BRESMAL (Scénographie)
Anne GUILLERAY (Création et réalisation des costumes)
Laurent KAYE (Lumières)
BOUZOUK (Création des maquillages)
David LEMPEREUR (Décor sonore )
Florence JASSELETTE (Maquilleuse)
Romane ADAM, Cindy PLANCKART (Stagiaire en maquillage)
Pascal CHARPENTIER (Musique des chansons)
Geneviève PÉRIAT (Peinture du décor et sculptures)
Allan BEURMS (Vidéo)
Sarah DUVERT et Béa PENDESINI (Réalisation des costumes)
Sophie CARLIER (Vieillissement du spectre)

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Hamlet

    Le 21 septembre à 13:24 par Aurelia

    Hamlet, au Théâtre Royal du Parc jusqu’au 21/10/2017.
    Petite interprétation personnelle ;-)

    "Qu’y a -t-il de plus noble ? Subir sans broncher les injustices du destin et les flèches de la fortune changeante ? Ou s’armer contre un océan de douleur par le refus et la révolte ? Ou bien tout simplement mourir ?" (William Shakespeare, qu’est-ce que je l’aime celui-là !) Mon avis ? Subir, certainement pas ! Non, reconnaissons notre douleur, les parts d’ombre de l’humanité que nous portons également en nous-mêmes, acceptons notre colère qui refuse cette douleur, ces injustices.. Agir ? Oui ! La colère est un élan de vie, bien meilleure que le subissement des fatalités qui signifie déjà mourir. Je ne condamne pas la colère, elle est un excellent moteur quand on s’en sert. Soyons juste vigilants à ce que ce ne soit pas elle qui se serve de nous. Sans quoi, nous perdrions et détruirions ce que nous avons de plus cher : notre "Ophélie" à nous, la chance que nous avons et que nous gâchons tout seul. Ouvrir les yeux sur cette chance, cultiver et remercier ce qu’on a déjà et planter d’autres graines n’est en rien faire injure à ce/ceux que nous avons perdu. Ce n’est pas nier la souffrance ni oublier nos morts et nos pertes. Ce n’est pas oublier les gens qui souffrent ni arrêter d’œuvrer pour eux. Mourir ? Oui mais à soi-même et ses parts d’ombre pour mieux renaître de ses cendres lumineuses, mourir à ses anciens fantômes qui nous hantent, lâcher ses schémas et croyances obsolètes qui nous tirent vers le bas et nous engluent dans le sable émouvant d’un passé révolu. Oui mais, me diriez-vous, comment faire honneur à cet Amour passé, sans se venger, sans se consumer ? Faire Honneur à la Vie, ça c’est Noble, pour ne pas devenir la main qui a détruit notre part aimée, ne pas se substituer à nos rois sanguinaires qui ont tué nos pairs, fût-ce le roi Théo Francken, ne pas devenir à ce point Godwin, afin que God wins ou l’Amour si tu préfères. J’imagine un Hamlet prenant sa souffrance par la main - et son Ophélie par l’autre - pour s’en faire une alliée sur le trône afin de chasser l’infâme assassin et ainsi reconstruire ce que son père avait entamé avant lui-même, au lieu de devenir et de perpétuer, par la vengeance, l’oeuvre de ce Claudius qui se consumera par lui-même qui ne s’aime et d’assister au spectacle sa con-science qui le tuera à petit feu. Je suis d’accord, cela demande une Force, une Sagesse et un Courage inouïs. Mais cette force, nous pouvons la puiser dans notre Folie et dans la Passion de nos Amours pour les êtres perdus et Présents, de ceux qui ont encore besoin de Nous, à commencer par soi-m’aime. Ça, pour moi, c’est être Noble. La vengeance ? D’accord, mais remonter sur le Trône, reprendre sa Juste Place, être Heureux malgré tout et être indifférent face à ce führ-oncle que l’on aurait chassé à gros coup de bottes, cela est, pour moi, le plus percutant des "meurtre horrible et monstrueux" commandé par le Père. Cela lui rendrait davantage justice que de "simplement" couper le souffle de ce monstre. Etre ou ne pas être, telle est la question brûlante dans cette période chaotique. Exister par de nobles et belles valeurs dans un Nouveau Monde que nous créons ou s’annihiler avec ce système obsolète et dénué de sens qui s’effondre, de toute évidence, devant nos yeux ? Ce qui est sûr, c’est qu’Itsik Elbaz qui incarne ce personnage ne joue pas, il EST. Qui plus est entouré d’excellents comédiens et d’une magnifique scénographie (décor, costumes, chorégraphie, mise en scène). Cette touche de décalage, cette pointe de modernisme, ce brin de folie et d’humour ajoutent un rayon de légèreté qui s’accorde parfaitement à cette atmosphère orageuse et apocalyptique, sans rien ôter à la profondeur du propos. Bref, c’est au théâtre du Parc Royal jusqu’au 21/10. Courrez-y ! ;-) Réservations : 02/505.30.30

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Théâtre Royal du Parc


Rue de la Loi, 3
1000 Bruxelles