Jeudi 8 septembre 2016, par Isabelle Plumhans

Grande première

L’ouverture de saison d’un théâtre n’est jamais anodine. Elle signe la couleur de cette dernière, l’engagement artistique d’un lieu, de sa direction. Engagement politique, même. Elle avertit le spectateur de la tonalité des mois à venir. Petit tour d’horizon bruxellois.

Au Kaaitheater, tout d’abord. Qui frappe d’emblée costaud. Théâtre engagé, dans son époque autant que son quartier -celui du canal, représentatif des « diverses problématiques du monde »- quartier en mouvance, le Kaai prône l’ouverture et l’expérimentation. Et il fait fort avec sa fracassante entrée de saison, très osé et monumental « Mount Olympus » de Jan Fabre et sa compagnie Troubleyn. A savoir, une performance hallucinante de 24 heures, 27 artistes sur scène, et la possibilité d’entrer et de sortir durant le spectacle. Un acte artistique fort, qui laisse libre, à l’image du lieu.

A quelques pas de là, scène flamande encore, le KVS crée la version flamande d’un spectacle francophone, « Cold Blood ». Une production présentée au printemps à Namur, spectacle pour doigts dansants et filmés, cameraman sur plateau, est signé par Michèle Anne de Mey et son compagnon à la ville, le cinéaste Jaco Van Dormael. Le texte, qu’on entendra ici en néerlandais, est de Thomas Gunzig. Le lieu est ici en adéquation avec sa programmation et sa politique, ouverte, internationale et...bilingue- la quasi totalité des spectacles proposés par le KVS est sur-titrée.

L’esprit décalé, allumé et citoyen des Riches Claires, incarné dans la personnalité de son directeur, Eric De Staercke, sera bien représenté sur scène par « 8h03, ce matin-là ». Une oeuvre à la lisière du théâtre et du cinéma, qui traite de la question du sens de la vie... avec humeur et décalage, emmené, sur scène, par Eno Krojanker. Un théâtre qui questionne, alors, sans doute. Mais non sans garder une bonne dose d’optimisme, typique du lieu.

JPEG - 14.9 ko
"La Convivialité" au Théâtre National

« La convivialité », conférence spectacle qui ouvrira la saison au National promet de la réflexion, et un théâtre qui se joue des codes, dans la continuité de ce que l’établissement, nouvellement géré par le jeune Fabrice Murgia, promet depuis longtemps.

De continuité, il en sera aussi question au Théâtre de la Toison d’Or, qui renoue avec ses comédiens, auteurs et metteur en scène habitués à ses planches. Ainsi, pour « Chacun sa place », de Véronique Gallo, c’est Alexis Goslain qui mettra en scène Jean-François Breuer, Catherine Decrollier et Véronique Gallo elle-même.

Il arrive aussi que des lieux changent doucement d’identité au fil des ans. C’est le cas de l’Atelier 210, qui voit sa programmation se remplir de plus en plus de musique. Ainsi, les trois premiers spectacles proposés par le lieu sont des concerts, avant de céder la place à un seul en scène performatif, voyage dans le temps d’une artiste suisse ayant « élevé la logorrhée au rang d’art ». Imaginatif, généreux et surprenant, ce « Fire of Emotions : Genesis » colle à l’ADN jeune et intelligent du 210.

JPEG - 22.1 ko
Le texte de Chantal Akerman, adapté aux Tanneurs par Natacha Reigner

La poésie douce-amère se fait classieuse aux Tanneurs, où l’on est soucieux de proposer un théâtre riche toujours, ambitieux aussi, qui sait toucher tous, absolument tous les publics. Ici, ce sera la prose délicate et avant-gardiste de Chantal Akerman, avec « Ma mère rit », dite par Natacha Reigner, la mise en voix étant de David Strosberg lui-même. Un moment dont on devine qu’il sera suspendu et grandiose.

« Un arc en ciel pour l’occident chrétien », de Rene Depestre, mis en scène par Pietro Varrasso au Poche colle lui parfaitement avec le caractère et les envies artistiques de son nouveau directeur Olivier Blin. Anciennement à la tête de la Charge du Rhinocéros, on connait son engagement -pour ne pas dire son combat vital- pour les spectacles d’ailleurs. La pièce se base sur le travail du metteur en scène et des comédiens -sénégalais, haïtiens, belges et français- autour des rites vaudous. Travail de longue haleine et de longs mois qui dit l’engagement et la solidarité. Un essentiel absolu (d’)aujourd’hui.

Enfin, le choix d’un Molière, les Femmes Savantes qui plus est, Femmes laissées à la mise en scène de Frédéric Dussenne, ne saurait être un acte complètement innocent pour le nouveau directeur des Martyrs, Philippe Sireuil. Esthète classique qui revisite sans relâche le répertoire, il ne pouvait pas mieux choisir son début de saison.

Et puis, après, spectateur, tu devras faire ton choix dans cette offre riche et variée. Mais, si les théâtres ont tendance à se déterminer une identité, toi, picore, c’est encore le plus gai, le plus nourrissant. Prends un peu d’intellectuel, du mot, du corps, du rire et des larmes. Et puis de l’amour, beaucoup d’amour, du verbe, de la scène, et de la vie. Parce que, c’est ça, non, le théâtre ? Joyeuse rentrée à tous !

Isabelle Plumhans
FAITES LA FÊTE !

Pour bien démarrer la saison, certains lieux ouvre leurs portes à leur public pour une soirée, voire une journée, de fête. Tant qu’à faire. Let’s party !

Aux Martyrs
Le 09/09, à partir de 18h.
Déambulations et lectures d’artistes, surprise, cornet de frite et premier verre offert.
www.theatre-martyrs.be

Aux Riches Claires
Le 10/09, à partir de 15h.
Des spectacles, des projections et des concerts, pour tous les âges. Réservation nécessaire.
www.lesrichesclaires.be

A l’Atelier 210
Le 10/09, à partir de 19h.
Des apéros, des cocktails, des concerts, un tournoi de billard, une belle fête menée par l’équipe du lieu aux platines.
www.atelier210.be

Au théâtre de Poche
Le 17/09 dès 16h30
Pour les 50 ans du lieu, pot de bienvenue, apéro, lecture spectacle, fanfare et http://fiesta.
www.poche.be

EN PRATIQUE

Mount Olympus, de Jan Fabre et Troubleyn, au Kaaitheater, le 24/09, 16h, www.kaaitheater.be

Cold Blood, de Michèle Anne de Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss&Cry, au KVS, du 16/09 au 24/09, 20h (15h le dimanche) puis en français du 08/03 au 17/03 (14 au 17 en nl), www.kvs.be

8h03, ce matin-là, de Michaël Bier, aux Riches Claires, du 15/09 au 01/10, à 20h30 (mercredi à 19h30), www.lesrichesclaires.be

La Convivialité, de Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, au National, du 27/09 au 15/10, à 20h30 (19h30 le mercredi, 15h le dimanche), www.theatrenational.be

Chacun sa place, de Véronique Gallo, au Théâtre de la Toison d’Or, du 07/09 au 09/10, à 20h30, www.ttotheatre.be

Fire of Emotions : Genesis de Pamina de Coulon, à l’Atelier 210, du 29/09 au 08/10, à 20h30, www.atelier210.be

Ma mère rit, de Chantal Akerman, au théâtre Les Tanneurs, les 17/09 à 20h30 et 18/09 à 15h, www.lestanneurs.be

Un arc en ciel pour l’occident chrétien, de Rene Depestre, au théâtre de Poche, du 27/09 au 01/10, à 20h30, www.poche.be

Les Femmes Savantes, de Molière, aux Martyrs, du 14/09 au 06/11, à 20h15 (mardi et samedi 19h, dimanche 15h).