Flesh

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 15 au 26 février 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Les Tanneurs
Rue des Tanneurs, 75 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
+32 2 512 17 84

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Flesh

Des coups de bistouri aux corps difformes, en passant par la métamorphose, Flesh met en jeu la chair meurtrie, à vif, mais aussi attendrie et surtout en éternel manque de l’autre. Enraciné à son corps pour le meilleur et pour le pire, l’être humain est indissociable de sa chair, incarnation de son être au monde. Pourtant, aujourd’hui, cet ancrage tend à disparaître. D’une fête d’anniversaire à une chambre d’hôpital, d’un enterrement à un entretien d’embauche, Flesh est un spectacle visuel et non verbal, une fable contemporaine qui plonge le/la spectateur·rice dans l’épaisseur de nos chairs. Avec humour et étrangeté, la compagnie Still life nous remue de façon vivifiante : de nos chairs meurtries à nos chairs en vie, il n’y a qu’un pas.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 21 février 2022, par Didier Béclard

L’irrépressible besoin de se connecter à l’autre

Au travers de quatre courtes histoires sans parole, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola pénètrent dans l’intimité des rapports humains. Entre émotion et rire, « Flesh » magnifie le toucher de la chair, le contact physique, l’étreinte reléguée au rang de fantasme en ces temps de pandémie.

« Vivement que l’on puisse se voir en chair et en os. » combien de fois avons-nous prononcé cette phrase à des proches depuis le premier confinement ? Le rapport aux autres, le manque de contact physique, la solitude constituent le fil rouge de « Flesh », la dernière création de théâtre non-verbal, donc très visuel, de Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola et leur compagnie Still Life (nature morte).
Quatre histoires, quatre lieux identifiables au premier coup d’œil, quatre situations et leurs protagonistes surgissent comme sortis d’une boîte à surprise qui s’ouvre et se ferme sur différents univers. Les quatre séquences - « And Yet », « Kathy and John », « Love Room » et « Embrace » - ne sont pas reliées entre elles, si ce n’est par cette distance à abolir et la quête de l’étreinte.
Dans le sas d’un hôpital, un homme s’équipe de pied en cap, sous les instructions inflexibles d’une infirmière, d’un véritable arsenal de protection : le masque, les lunettes, la salopette fixée aux poignets par du ruban adhésif et des litres de gel sur les mains puis sur les gants de latex. L’homme vient rendre visite à son père mourant dont il partagera les derniers instants.
Dans un intérieur chaleureux, quoique un rien excentrique, s’entend une musique douce. Un couple, elle un rien botoxée, lui le visage emballé dans la gaze, s’apprête à sabler le champagne et déguster une assiette d’huîtres. Il lui offre un cadeau : une paire de ciseaux avec lesquelles elle va pouvoir le libérer de ses pansements et découvrir son nouveau visage.
Dans le vestiaire du Wondergames qui promet de vivre « la meilleure expérience immersive de votre vie », une femme s’est fiché un casque de réalité virtuelle sous l’œil blasé de l’employé qui attend juste que cela se termine. Dora a opté pour l’aventure « Titanic », a choisi le personnage de Rose et s’apprête à traverser les cinq niveaux depuis les docks jusqu’à une planche qui dérive sur les eaux d’un océan glacé.
La dernière scène réunit deux sœurs, dont l’une est enceinte, et leurs deux frères (et les quatre comédiens : Sophie Linsmaux, Aurelio Mergola, Muriel Legrand et Jonas Wertz) dans la salle d’un bistrot de quartier. La photo encadrée d’une femme aux cheveux blancs, un bouquet de fleurs ceint d’un ruban orné d’un sobre « Maman » sent la veillée funèbre. L’ambiance plutôt tendue, la fratrie s’est réunie pour se partager les cendres de la défunte.
« Flesh » est né peu après l’annulation du Festival d’Avignon en 2020 où la compagnie devait présenter « No One » sa précédente création saluée comme meilleure Mise en scène par le jury des Prix Maeterlinck de la Critique 2020 (« Flesh » est au programme d’Avignon en 2022). Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola se sont alors lancés dans l’écriture de courtes scènes inspirées par l’expérience du confinement. De ce tas d’histoires, de personnages et de lieux s’est dégagée une constante : la solitude.
Ce travail d’écriture, cornaqué par le coscénariste Thomas van Zuylen, s’est également enrichi d’œuvres des sculpteurs hyperréalistes australiens Ron Mueck (« Vanitas ») et Sam Jinks (« Pieta ») et américain Marc Sijan (« Embrace »). L’hyperréalisme a, en effet, le don de susciter émotions et sentiments à partir de matières inertes et artificielles.
L’absence de texte permet au public de se concentrer sur la scénographie, le décor, la lumière, le son, l’espace, les accessoires et les corps qui participent à raconter l’histoire. Sans les mots, Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola montrent un monde où tout va formidablement mal, où l’émotion côtoie le morbide, sans jamais y sombrer parce que « rire surgit comme un rebondissement du désespoir ». A découvrir.

Didier Béclard

Photo : © Hubert Amiel

Théâtre Les Tanneurs


Rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles