FAT PIG

Théâtre | Théâtre de Poche

Dates
Du 25 avril au 30 mai 2009
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.poche.be
reservation@poche.be
+32 2 649 17 27

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

FAT PIG

De Neil LaBute
Traduction Thierry Lavat et Maëlle Genet
Mise en scène Thierry Lavat
Avec Maëlle Genet, Valérie Moreau, etc.

Tom, jeune cadre séduisant, rencontre Helen, une femme qui pourraits’avérer son âme soeur. Helen est pétillante, intelligente, sexy, maistrès forte. Alors qu’il se voit à contrecœur tomber amoureux d’elle,ses collègues de travail, Carter et Jeannie, sont atterrés par sonchoix et brutalement cruels dans leur jugement envers sa nouvelle amie.Tom suivra-t-il son coeur et des sentiments qu’il n’a jamais ressentisauparavant, ou succombera-t-il à sa faiblesse ? L’amour a-t-il besoin del’approbation de la société pour être entier ? Alors qu’il l’aimeprofondément, il est gêné d’être vu en public avec elle et n’ose pas laprésenter à ses amis. Revue de presse : « LaBute est de façon légitimel’auteur vivant le plus provocateur et le plus polarisant » New YorkMetro « Le choix des critiques ! Une des pièces les plus troublementdrôles, et viscéralement torturantes de l’année. Ne la manquez pas ! »Time Out Chicago « Humour lacérant ! » Washington Post

Laissez nous un avis !

7 Messages

  • FAT PIG

    Le 25 avril 2009 à 08:30 par fosset

    Ce spectacle est une excellente étude du comportement humain.
    Tom, le héros vit une vie sociale artificielle basée sur des "qu’en dira-t-on" et des "amitiés" qui lui dictent sa façon de faire. Même avec ses "amis" il est incapable de dire franchement son opinion.
    Carter, son "ami" s’occupe de la vie privée de Tom : c’est le mêle-tout, l’emmerdeur.
    L’ex-amie de Tom, très inquiète pour son avenir, s’accroche désespérément à un amour qui devrait être perdu.
    Quand à Helen, pétillante, optimiste, pleine de vie, elle est obligée de se soumettre aux influences de tout un environnement plein de préjugés.
    Quelle bonne pièce : le gros pourrait être remplacé par le trop petit, le noir, le bègue, le roux, les cheveux plats ou frisés, les yeux bleus, soit toutes les caractéristiques humaines qui se voient au premier coup d’oeil.
    Les acteurs étaient magnifiques.

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 4 mai 2009 à 11:16 par Aline

    ll s’agit là d’une critique sociale très juste, d’une remise en question de ce monde où l’apparence prend tant d’importance.
    Les acteurs sont vraiment excellents et la mise en scène simple et efficace. Cette pièce m’a beaucoup plu !

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 7 mai 2009 à 09:57 par Cappu

    Courrez voir ce spectacle pétillant, critique cinglante de notre société fondée sur les apparences quelles qu’elles soient... Entre amour et "qu’en dira-t-on" où penchera la balance ? A méditer.

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 10 mai 2009 à 11:41 par VVVV

    Une pièce drôle qui nous confronte à nos propres préjugés, à nos propres faiblesses. La fraicheur de la première scène est délicieuse, la sincérité de la dernière est admirable.

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 22 mai 2009 à 05:40 par paolo

    Un spectacle de
    la saveur aigre-doux, rythmé et très bien joué. Je me suis bien amusé. Une
    critique a la société moderne (mais moine à la société postmoderne si on veut supposer
    que quelque chose est en train de changer, et que ce changement marque une
    interruption de la linéarité du développent
    comportemental social pour laisser espace à
    une certaine…confuse fragmentation...)
    juste mais pas nouvelle, comme si toutes
    les critiques par rapport à ce sujet ne servissent à rien dans la société décrit
    par la pièce. Donc la sincérité de la dernière scène, émouvant, n’arrive pas comme une surprise…

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 25 mai 2009 à 01:36 par laura 2016

    Cette pièce est une critique très juste de notre société. L’auteur fait évoluer ses personnages dans tout une gamme de comportements sociaux bien réalistes. Il faut avoir vu la pièce en son entier pour comprendre que tom porte plus que son personnage dans cette pièce. Sous un air qui paraît souvent léger, c’est au contraire une pièce très grave, qui marque.

    Répondre à ce message
  • FAT PIG

    Le 2 novembre 2009 à 08:52 par Marc

    Difficile d’exprimer à quel point j’ai adoré cette pièce terriblement drôle et cruelle. L’auteur, Neil LaBute, a réussi à écrire un texte en tous points remarquable.
    Quatre formidables comédiens y excellent, avec beaucoup de subtilité, à incarner un homme lâche et timoré, une obèse décomplexée, un ex assez saoûlante ou un collègue particulièrement lourd.

    La pièce est courte, intense et implacable dans sa démonstration. Pas de happy-end au programme donc, mais une reprise serait, par contre, amplement méritée.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 14 mai 2009

Être ou paraître ?

Auteur américain à la plume incisive, Neil LaBute nous livre avec « Fat Pig » une pièce drôle et percutante sur le diktat des apparences et des normes sociales. Quel avenir pour une histoire d’amour entre un jeune cadre dynamique et une femme dont les rondeurs ne sont pas en phase avec les canons de beauté filiformes d’aujourd’hui ? Dans une mise en scène efficace et épurée de Thierry Lavat, « Fat Pig » nous renvoie non sans humour ni un brin de caricature le reflet de cet aspect peu reluisant de notre société.

Notre monde est dominé par les images, celles des publicités en particulier, et la reconnaissance des pairs est souvent l’indicateur décisif d’une vie réussie et épanouie… Partant de ce constat, l’auteur dénonce le caractère étriqué d’un tel système où la suprématie des apparences conditionne de sincères sentiments à l’approbation du regard des autres. Certes l’histoire utilisée par LaBute pour porter cette critique n’évite pas quelques développements téléphonés ainsi que certains clichés. Les personnages incarnant les pairs notamment : le collègue cynique, moqueur et envahissant, et l’ex, mince, séduisante et prisonnière de son image. Cependant la caricature est assumée et permet à la pièce de jouer son rôle de miroir déformant (grossissant …) : nous avons en effet déjà tous plus ou moins directement expérimenté ce genre de situations.

La mise en scène précise et dépouillée permet de bien profiter des nombreuses répliques cinglantes et fait la part belle au jeu des comédiens. Parmi eux, Valérie Moreau, incarnant la pétillante (et « fat ») Helen, est particulièrement touchante par la combinaison subtile de lucidité et de sensibilité qu’elle communique. La sobriété de la scénographie d’Olivier Wiame rend fort bien quant à elle le côté aseptisé de l’univers dans lequel évoluent les personnages : du mobilier moderne, tout en angles droits, et un grand écran vidéo en toile de fond. Les images qui y sont projetées, créant l’ambiance de la scène en cours, apparaissent comme des motifs ou des détails de photographie dont on a peine à deviner la dimension réelle... Comme une preuve, s’il en fallait une, que les apparences sont parfois trompeuses.

« Fat Pig » offre un bon moment de théâtre … Une comédie romantique salutaire pour ceux qui auraient tendance à confondre leur être et l’image qu’ils en donnent.

Théâtre de Poche


Chemin du Gymnase, 1 A
1000 Bruxelles