Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

Théâtre | TTO - Théâtre de la Toison d’Or

Dates
Du 10 novembre au 11 décembre 2010
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.ttotheatre.be
info@ttotheatre.be
+32 2 510 05 10

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

« Eux » ils sont quatre. Deux couples qui après un premier contact sur le net se retrouvent à manger des champignons sauvages dans un loft sans chauffage. « Eux » comme il en existe des milliers sur les campus américains, intellectuels, émancipés - ou du moins convaincus de l’être - soucieux de leur statut, n’aimant rien autant que de parler, et qui se retrouvent autour d’un projet qu’ils ne cessent d’évoquer sans qu’on puisse pour autant en déterminer la nature. En fait, plus ils en parlent, moins on en sait. Une mécanique qui va s’affoler et révéler tout sur « eux » sauf ce que l’on cherchait. Conclusion de l’auteur : pourvu que cela ne ressemble pas à du théâtre ! Avec Juan d’Oultremont, le risque est faible.

Un spectacle de Juan d’Oultremont
Avec Myriem Akheddiou, Julie Lenain, Frédéric Nyssen et Michel de Warzée
Mise en scène Alexis Goslain

Tarifs : 21€/adulte, 19€/senior, 10€/étudiant et demandeur d’emploi et 1.25€/article 27

Laissez nous un avis !

12 Messages

  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 9 novembre 2010 à 10:14 par son2308

    Je suis allé voir l’avant-première ce lundi... Franchement, comme la présentation l’indique, j’appellerais ça de l’anti-théâtre ! La pièce tourne autour d’un projet dont on ne comprend absolument rien... On devine mais la fin ne nous éclairera absolument pas ! S’il n’y avait que ça... Je croyais que le TTO offrait principalement des pièces comiques - j’en suis de plus en plus déçu ! L’humour est totalement décalé - ce n’est plus du 2e degré mais bien du 33e ! Et à ce niveau-là, il ne faut pas s’étonner que peu de gens rient... Les autres, je me demande s’ils ne sont pas payés pour mettre de l’ambiance ! C’est tout dire...

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 9 novembre 2010 à 12:39 par Monsieur M

    Mouais.

    J’étais aussi là hier soir à l’avant première et je dois avouer que la fin m’a un peu frustré. Mais par après, je suis assez content de l’avoir vue parce que je trouve les personnages attachants. Certes, il faut un moment pour rentrer dans le contexte "universitaire" américain, mais j’aimais assez bien l’ambiance fesses serrées et assez borderline :).

    On sent très bien que les couples se connaissent à peine et se méfient l’un l’autre ce qui laisse place à une tension intéressante.

    De là à dire que c’est du théâtre ou pas, chacun a sa définition. Pour ma part, j’ai bien aimé au final

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 10 novembre 2010 à 10:46 par Asaya

    Après avoir assisté à la Première, je dois avouer qu’il s’agit là d’une grande déception. Un texte sans queue ni tête, qui se veut absurde ? comique ? on ne sait pas. Des acteurs assez fades. Une mise en scène convenue.
    Bref, je peine à trouver quelque chose qui vaille d’être relevé.

    La pièce est déjà oubliée. Le TTO a connu mieux.

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 10 novembre 2010 à 11:12 par Fletcher

    Hum... Après avoir vu cette pièce, une seule question me vient à l’esprit : quel était le but poursuivi ? Présenter un spectacle étrange ? Faire rire par l’absurde ? Mais n’est pas Ionesco qui veut ! Ici, l’omelette ne prend pas. "L’intrigue" finit par lasser tant les détours artificiels sont nombreux, et même les comédiens ne semblent pas toujours convaincus par l’humour affiché. Et le terme "anti-théâtre" ne colle même pas : c’est statique, peu rythmé, décousu, bref, ça rassemble bien des défauts du théâtre trop classique. Oui, "étrange" est un mot qui peut coller pour décrire cette pièce. "Déception", aussi.

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 12 novembre 2010 à 11:39 par aure

    Il est difficile d’accrocher à cette pièce, les comédiens font ce qu’ils peuvent, " Bob " est excellent, mais l’impression générale en sortant est en un mot : Platitude..L’idée de départ est intéressante, mais ça ne prend pas. On s’ennuie un peu, on attend une lueur, un élan, un évènement, un boulversement, quleque chose qui donnerait un peu de mouvement, mais non..La pièce se termine dans l’absurde.Je ne regrette pas néanmoins de l’avoir vue, j’y ai repensé depuis, il y a quand même un petit " quelque chose " mais vraiment pas d’enthousiasme, dommage..

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 13 novembre 2010 à 09:53 par niki

    L’auteur, Juan d’Oultremont, aurait été mis au défi – lui qui se moque un peu du théâtre – d’écrire une pièce. Alors à mes yeux c’est très net = que Juan d’Oultremont ne s’obstine pas dans l’écriture théâtrale – sa vocation est ailleurs.
    Où, je l’ignore, mais par pitié, qu’il s’abstienne d’écrire d’autres exercices de comme celui-ci.
    Dans cette pièce, la seule chose d’amusante est le titre. Lui il me faisait penser à quelque chose de déjanté et le déjanté j’aime bien.







    Les comédiens Myriam Akheddiou, Fredéric Nyssen sont le couple qui reçoit ; Michel de Warzée et Julie Lenain sont le couple qui est reçu. Je suis sûre que ces comédiens ont fait de leur mieux, mais avec un texte bête à bouffer du foin, on ne peut pas faire du bon travail. Désolée pour eux, qui sont tous de très bons comédiens belges au demeurant.






    Je sais que je devrai mourir un jour, mais j’aimerais bien que ce ne soit pas d’ennui.

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 19 novembre 2010 à 04:38 par Chris

    On va au TTO pour le plaisir..
    Pas pour se creuser le bol avec des comment et des pourquoi. Si le texte est "anti-théâtral" la mise en scène n’en est que plus réussie. Et quoi qu’en disent d’aucuns, les acteurs provoquent le rire, et la claque spontanés de la salle. Où est l’ennui ?
    J’ai particulièrement apprécié le jeu "non-conforme" de l’étonnante Julie Lenain, décalée à souhait dans une société intello somme toute assez conventionnelle.
    Et après tout, nul besoin de connaître le sujet de l’intrigue. Puisqu’il y en a une, c’est l’essentiel, non ? Ca laisse tout pouvoir à l’imagination du spectateur..
    Un très bon moment de distraction théâtrale, et si on en sort interrogateur, tant mieux.
    Le charme a opéré.

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 24 novembre 2010 à 01:06 par JosiCau

    Il ne faut pas chercher à comprendre l’incompréhensible. On pourrait dire que cette pièce est le reflet d’une certaine "élite" de la société qui s’ennuie à mourir en dehors du boulot et cherche des activités déjantées pour passer le temps. Mais est-ce vraiment cela que l’auteur a voulu montrer ? Il nous tient en haleine pendant toute la pièce en parlant d’un "projet" qui reste inexpliqué. Mais est-ce important ?
    Pour moi, le véritable intérêt de la pièce est le jeu des excellents comédiens. Pour servir avec un tel brio un texte aussi dénué d’intérêt, il faut être plus que bon !
    Quoi qu’il en soit, c’est drôle. On rit beaucoup. Et comme le rire, c’est la santé, disons qu’on passe un bon moment thérapeutique.

    Répondre à ce message
  • Eux (de l’usage du vouvoiement chez les amanites)

    Le 26 novembre 2010 à 02:27 par aurau

    Je salue le travail de toute l’équipe ! Je ne sais pas si j’ai aimé ce spectacle, je me suis ennuyée à plusieurs moments, n’ai pas été accrochée par le propos... Mais je sors malgré tout avec un sentiment positif... peut-être la tentative du metteur en scène de présenter un spectacle "bizarre" ou dérangeant puisqu’on ne comprend pas tout le temps où il veut en venir... et bien je trouve que l’équipe a pris des risques, qui apparemment ne sont pas appréciés de tous les spectateurs, mais ces risques sont pleinement assurés, et rien que ça mérite des félicitations !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

TTO - Théâtre de la Toison d’Or


Galerie de la Toison d’Or, 396
1050 Ixelles