Elvire Jouvet 40

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 22 février au 10 mars 2018
Horaires
Tableau des horaires
Les Riches-Claires
Rue des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
02-548.25.80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 5

Elvire Jouvet 40

Deux représentations le mardi 27 février : à 14h et à 20h30
Tarif unique « Premier mardi » (6€) : le 27 février à 20h30
Lundi-théâtre (6€) : le 5 mars à 20h30

"Je puis te donner une indication qui est capitale : chaque fois que tu éprouves le sentiment qu’une chose est facile, obtenue sans effort, ce n’est pas bon (…) C’est le sentiment qu’il faut que tu trouves !"

Face à l’élève comédienne, le professeur définit l’objectif. Claudia travaille le rôle d’Elvire dans une scène du Dom Juan de Molière. Le comédien, metteur en scène, pédagogue, Louis Jouvet, nous initie à la naissance du personnage de théâtre.

Elvire Jouvet 40, est un spectacle sur l’exigence primordiale du théâtre, exigence violente, souterraine, incontournable, fascinante. Ici est dévoilé le fondement sur lequel repose l’art dramatique, l’art du comédien… Et le plaisir du spectateur.

Distribution

De Brigitte Jaques-Wajeman d’après les sténographies que Louis Jouvet, professeur au Conservatoire de Paris, faisait prendre de ses cours et publiées sous le titre Molière et la comédie classique (Gallimard, 1965) - Mise en scène : Christian Baggen, assisté de Françoise Osteaux et de Soazig Winifred De Staercke – Avec Christian Crahay, Anabel Lopez - Actrice, Barnabe Couvrant et Fritschké Sacha – Costumes : Rudy Sabounghi avec l’aide de l’atelier de couture du théâtre de Liège (Myriam Simenon et Marie Lovenberg) – Scénographie : Christian Baggen et Christian Crahay – Création lumière : Benoît Lavalard

Laissez nous un avis !

3 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Vendredi 2 mars 2018, par Jean Campion

A la rencontre d’Elvire

Après "plus de 40 ans de pérégrinations sur les terres fertiles du théâtre", Christian Baggen et Christian Crahay ont éprouvé la nécessité de confronter impressions et sentiments sur leurs parcours. Un bilan éclairé par des entretiens avec leurs maîtres (Otomar Krejca, René Hainaux, etc) et la découverte d’une source de réflexions incontournable : "Elvire Jouvet 40". Ecrite par Brigitte Jaques-Wajeman, à partir des cours sténographiés de Louis Jouvet, cette pièce ambitieuse a eu, dès sa création (1986), un grand retentissement en France, comme à l’étranger. Mettre en scène ce texte, qui nous initie à la naissance du personnage de théâtre, permet aux deux Christian de devenir les élèves virtuels de Jouvet.

7 répétitions, qui s’échelonnent de février à septembre 1940, montrent Claudia, élève de 3e au Conservatoire de Paris, travaillant le rôle d’Elvire ("Dom Juan" de Molière, Acte IV, scène 6). Relancée et soutenue par son professeur, elle traque le mystère de ce personnage insaisissable et mouvant. Sa première prestation la satisfait et elle espère des encouragements. Même s’il adopte un ton bienveillant, Jouvet dresse un constat sévère. Il l’incite à se méfier de la facilité et lui reproche de fatiguer le spectateur par un sentiment toujours égal. "Tu n’ as pas besoin de pleurer, mais qu’à l’intérieur de toi-même, il y ait vraiment des larmes." A la séance suivante, il ne s’embarrasse plus de précautions oratoires. Il l’interrompt, lui fait reprendre plusieurs fois son entrée, lui demande de "respirer à l’intérieur de la phrase", sans respecter les points. Il la conjure de "travailler son sentiment", en renonçant à son orgueil et à son intelligence dramatique. Il faudrait vraiment que le "je vous ai aimé" d’Elvire, "ça vous arrache les tripes". Submergée par ce flot d’indications techniques et psychologiques, Claudia vacille, prête à jeter l’éponge.

Trois jours plus tard, le ciel se dégage. Pour la première fois, elle fait un pas important vers le personnage. Elle comprend émotionnellement la complexité d’Elvire. Rétablissement de la confiance entre le maître et l’élève. Touché, le professeur pointe des lacunes, mais est convaincu que Claudia a franchi un palier décisif. Une certitude ébranlée par le désastre de l’avant-dernière répétition. Effondrée, l’étudiante constate que le texte lui échappe. Sous cet aveu, perce une demande de réconfort. Avec une ironie mordante, Jouvet dissèque ses erreurs. Rien ne trouve grâce à ses yeux. Le désarroi l’éloigne de toute compassion. Mais le 21 septembre, c’est une Claudia métamorphosée qui incarne Elvire, héroïne vibrante d’amour et pourtant extatique. Comblé, Jouvet remercie tendrement la comédienne.

Christian Crahay ne reprend pas le phrasé particulier de Louis Jouvet, mais fait sentir admirablement l’exaltation que lui inspire son métier. Passant de la salle à la scène, il justifie rigoureusement ses indications, prend à partie les élèves témoins et n’hésite pas à bousculer Claudia, pour l’obliger à se dépasser. Cependant la pièce ne se réduit pas à une série de mises au point d’une scène de "Dom Juan". Le professeur y confirme son aversion pour la tricherie et sa conception exigeante de l’acteur. Un comédien doit se rendre disponible, comme quelqu’un qui jeûne pour devenir pur : "On ne joue plus le rôle, quand on se joue soi-même dans le rôle." Malgré les brillants discours qu’il tient sur le plateau, Jouvet est aussi un homme qui doute. L’énigmatique Elvire lui résiste. Dans un corps à corps acharné, il s’efforce de la maîtriser. De son côté, Claudia mène, elle aussi, une approche fiévreuse du personnage. La transmission d’un savoir par un maître se double de deux combats parallèles, qui débouchent sur des échanges parfois violents. Anabel Lopez souligne la maturité de Claudia, une étudiante qui a du répondant. Docile et tenace, elle résiste à la brutalité de certaines critiques, analyse ses blocages et surmonte les moments de découragement.

"Elvire Jouvet 40" s’adresse à des spectateurs plus intéressés par la création artistique qu’Octave (qui joue le rôle de Dom Juan) et que Léon (qui joue le rôle de Sganarelle). Ces personnages apparaissent comme des apprentis comédiens peu motivés et désireux de plaire à leur "patron", qu’ils craignent. Ils sont pourtant pris par l’émotion qui se dégage de la prestation finale de Claudia. Jouvet sollicite leurs avis, mais n’en attend pas grand-chose. Etait-il nécessaire de le confirmer par le silence méprisant, qui ponctue leur interprétation d’une scène d’"Andromaque" ?

Les dates affichées et les costumes rappellent que les répétitions se déroulent pendant la guerre. Cette salle de théâtre, où maître et élève recherchent opiniâtrement la vérité d’un personnage, prend l’allure d’un bastion culturel. Un foyer de résistance à la barbarie. Bientôt, celle-ci imposera sa loi. Louis Jouvet s’exilera en Amérique du Sud et Claudia (de son vrai nom : Paula Dehelly) obtiendra le premier prix de comédie, mais sera interdite de scène, pendant l’occupation. A cause de ses origines juives.

Jean Campion

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles