Du fil à l’aiguille

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 12 au 31 décembre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Les Riches-Claires
Rue des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
+32 2 548 25 80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

Du fil à l’aiguille

Voyage d’une fleur de coton jusqu’au cœur de l’Homme.
Qu’y a-t-il derrière nos vêtements ?
Quel rôle jouons-nous dans le cycle du prêt-à-porter ?
Quand vous arrivez chez vous et qu’enfin vous enfilez votre tout nouveau vêtement :
Surtout ne regardez pas l’étiquette. Coupez-la, et vite !
N’analysez ni la composition, ni la provenance du produit…
Au risque de remettre en question tout le bien qu’il peut vous procurer.
Fermez les yeux, consommez !
« Du fil à l’aiguille » questionne les dérives de l’industrie textile à travers le regard de quatre jeunes consom’acteurs qui détricoteront leurs liens avec la fast-fashion...

Du 12 au 31 décembre
Le mercredi à 19h, du jeudi au samedi à 20h30
Tarif unique 6€ (Lundi Théâtre) : le 17 décembre à 20h30
Tarif unique 8€ (2e mercredi de série) : le 19 décembre à 20h30
Représentation le lundi 31 décembre à 19h

Distribution

Une création collective de et par la Cie Don’t Paniek - Caroline Tellier, Malkiel Golomb, Charlotte Fischer et Jean-Christophe Fernandez - Assistanat à la mise en scène David Nobrega - Avec le soutien de ART2, OXFAM-Magasins du monde et OXFAM-Solidarité, les Riches-Claires, le Théâtre Royal du Parc, le Bamp, et l’ARC.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 21 décembre 2018, par Didier Béclard

#balance tes fringues

« Du fil à l’aiguille » détricote l’étiquette des vêtements que nous achetons mettant en lumière les enjeux et les travers de l’industrie textile. Mais surtout interroge sur notre complicité, passive, dans ses dérives.

On se croirait aux Petits Riens ou chez Emmaüs, des dizaines de fringues jonchent le sol, occupent les cintres et même le fond de scène. On y croise le directeur financier d’une entreprise établi à New-York, un cultivateur de coton en Inde, une ouvrière dans une usine textile de Dacca au Bangladesh et la fashion victim branchée du quartier du Châtelain. Chacun partage son quotidien et ses relations avec les vêtements. Les uns répondent indirectement aux autres creusant un peu plus à chaque prise de parole le fossé social qui les sépare. Ils vivent manifestement sur la même planète mais pas dans le même monde.
Une pub pour un jeans, un groupe de parole de dépendants au shopping, une youtubeuse beauté et lifestyle, les comédiens de la Compagnie Don’t Paniek égratignent avec humour les dérives de la société consumériste qui se fout comme d’une guigne des conséquences écologistes et du mépris des droits humains qui sont légions dans l’industrie de la mode. Le propos appelant, à tout le moins, à une prise de conscience si pas une mobilisation citoyenne, rappelle que la clé du changement est en chacun d’entre nous, changement d’habitudes, changement de regard ou abandon de la confiance aveugle dans le consumérisme et du fétichisme de la marchandise.
Le point d’orgue du spectacle consiste en une séance de questions-réponses entre le public et les personnages présents sur scène, les personnages et non pas les comédiens qui les incarnent. On plonge ainsi dans le quotidien de l’ouvrière, du cultivateur, du chef d’entreprise et de la bobo (en apparence) superficielle. Très documentés et doués pour l’improvisation, les comédiens se prêtent, chacun à son tour, au jeu de l’interrogatoire avec aplomb et répartie.

« Du fil à l’aiguille », création collective de et par La Cie Don’t Paniek, avec Caroline Tellier, Malkiel Golomb, Charlotte Fischer et Jean-Christophe Fernandez. Jusqu’au 31 décembre aux Riches-Claires à Bruxelles, 02/548.25.80, lesrichesclaires.be.

Du fil à l’aiguille

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles