Doreen

Bruxelles | Théâtre | Théâtre Les Tanneurs

Dates
Du 15 au 19 octobre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Les Tanneurs
Rue des Tanneurs, 75 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lestanneurs.be
info@lestanneurs.be
+32 2 512 17 84

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 2

Doreen

Nous sommes un soir de 2007, dans la maison d’André et Doreen, mariés depuis 58 ans. Ils ont préparé de quoi manger et boire, et accueillent le public dans leur salon, au plus proche de leur intimité.

Dans une heure, ils se suicideront. En attendant, ils parlent.

André Gorz, né en Autriche en 1923, naturalisé français sous le nom de Gérard Horst, s’installe à Paris à la fin des années 40. En 1958, il publie Le Traître, une autobiographie en forme de recherche, entre auto-analyse et critique du modèle de la société capitaliste. Il se lie d’amitié avec Sartre qui l’engage aux Temps Modernes dans les années 60. C’est le début
d’une carrière journalistique qui le mène à participer à la fondation du Nouvel Observateur. Parallèlement, il développe les premières bases de ce qui deviendra l’Écologie Politique et écrit de très nombreux ouvrages autour de la question. En 2006, il publie la Lettre à D., une longue déclaration d’amour en forme de confession à sa femme, Doreen Keir, atteinte d’une maladie incurable. Un an plus tard, André et Doreen sont retrouvés morts, dans leur lit.
Doreen est un contrepoint, un éclat, un à-côté à cette confession rendue publique : le portrait d’une femme que nous imaginons à partir de ce que Gorz en dit, et le portrait d’un couple que nous regardons vivre, dans une extrême proximité.

Distribution

Texte & mise en scène : David Geselson
Interprétation : Laure Mathis, David Geselson
Scénographie : Lisa Navarro
Création lumière : Jérémie Papin
Création vidéo : Jérémie Scheidler, Thomas Guiral
Création son : Loïc Le Roux
Collaboration mise en scène : Elios Noël, Laure Mathis, Loïc Le Roux, Lisa Navarro, Jérémie Papin, Jérémie Scheidler
Regard extérieur : Jean-Pierre Baro
Costume : Magali Murbach

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Doreen

    Le 16 octobre à 15:34 par michele

    C’est une pièce riche en émotions que les tanneurs nous offre. Magnifique prestation des deux comédiens. Rien d’autre à dire que ALLEZ VOIR vous ne le regretterez pas.

    Répondre à ce message
  • Doreen

    Le 19 octobre à 09:36 par Eria

    Cette pièce émouvante et délicate se base sur le magnifique texte "Lettre à D." d’André Gorz. La mise en scène originale sublime le jeu parfait des comédiens.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 17 octobre 2019, par Catherine Sokolowski

Un amour éternel

Doreen, « un prénom trop rare », est une jeune Anglaise qui a épousé Gérard Horst (alias André Gortz) en 1949, l’un des pères de l’écologie politique. « Doreen », est aussi un magnifique spectacle basé sur « Lettre à D. », hommage poignant de Gérard à sa femme, après 58 ans de vie commune en 2007. Le défi était de mettre en scène ce livre, qui raconte une histoire d’amour exceptionnelle, avec le risque d’en diminuer l’intensité. Or, Laure Mathis et David Geselson incarnent ce couple de façon magistrale, avec intelligence, pudeur et délicatesse, rendant probablement une grande partie du public jaloux de l’acuité de leur relation. Un spectacle juste et touchant, à ne manquer sous aucun prétexte.

Le public est accueilli par le couple, invité à prendre place dans le salon. Un buffet attend les convives. Vin, fromage, salaisons, tout est fait pour que les invités se sentent à l’aise. L’histoire est racontée parallèlement par Doreen et Gérard, chaque spectateur prêtant l’oreille à l’hôte installé à proximité.

« Notre histoire a commencé merveilleusement, presque comme un coup de foudre. Le jour de notre rencontre, tu étais entourée de trois hommes qui prétendaient te faire jouer au poker ». Parfois, les dialogues sont directement issus du livre, lus ou récités. Parfois, il s’agit d’une fiction. Le livre ne fait que 80 pages, et encore, avec de gros caractères. Pour raconter 58 ans d’existence, c’est peu. David Geselson (texte et mise en scène) a rempli les interstices à sa façon, laissant la réalité des confessions guider sa plume.

Il n’y a pas que l’amour qui est conté. Le couple d’intellectuels parle politique, fréquente Sartre, se chamaille de temps en temps. Au cours de sa vie, Doreen reçoit des injections de lipiodol avant d’être opérée d’une hernie discale paralysante. Huit ans plus tard, le liquide s’est répandu dans les fosses crâniennes et les cervicales provoquant une arachnoïdite, incurable. « Tu n’avais plus rien à attendre de la médecine ».

Pour un soir, Laure Mathis et David Geselson sont Doreen et Gérard. Elle, lumineuse, belle, intelligente, subtile. Lui, intellectuel pouvant rester trois jours sans lui adresser un mot, plus en retrait. Doreen et Gérard forment un couple légendaire. Laure et David leur rendent hommage. « Si tu pars, je te suivrai. Je ne pourrai pas supporter de te voir partir. » C’est bien ce qui est arrivé, ils se sont suicidés, ensemble. Une histoire bouleversante. Le public est conquis. Nous aussi.

doreen

Théâtre Les Tanneurs


Rue des Tanneurs, 75
1000 Bruxelles