Vendredi 6 mai 2022, par Jean Campion

Des Amis qui vous veulent du bien

Jean Dell (acteur, auteur) et Gérald Sibleyras (scénariste) ont entamé leur collaboration à la radio, en écrivant un feuilleton et des sketches politiques. Le succès remporté par leur première pièce "Le Béret de la tortue" (2000) suscite des jalousies : "Certains auraient été ravis de nous voir nous brouiller." Inspirés par cette animosité, ils ont imaginé un couple qui fait semblant de se séparer. En lançant ce bobard, les héros d’ "Un petit jeu sans conséquence" découvrent l’hypocrisie de leurs amis et la fragilité de leur amour.

Ce matin, Patrick, le cousin de son mari Bruno, a exaspéré Claire : il retrouve leur couple rassurant dans une pub sur les biscottes ; "Deux cons qui mangent du pain sec sous la couette" ! Heureuse avec Bruno depuis douze ans, elle refuse d’être engluée dans l’image d’un bonheur béat. C’est pourquoi elle annonce à Patrick qu’ils se quittent. Cette provocation choque son mari, mais il accepte le jeu. Dans la maison familiale, bientôt transformée en hôtel, la mère de Bruno fête son anniversaire. Parmi les invités : Serge, un homme séduisant qui a roulé sa bosse en Norvège. Bruno n’est pas enchanté de retrouver cet ami d’enfance. Il l’accuse toujours d’avoir voulu le noyer, en le poussant dans l’étang. Leurs rapports restent tendus. Quand Bruno lui apprend que sa femme et lui se séparent "Sans tristesse. D’un commun accord.", Serge démystifie cette formule apaisante.

La rumeur arrache les masques. Axelle (Cécile Florin) est vesxée que sa "meilleure amie" ne lui ait pas confié ses déboires conjugaux. En quête de l’âme-soeur, elle se conduira de plus en plus comme une rivale. Gaffeur invétéré Patrick (Pierre Pigeolet) croit protéger le couple, en révélant sa rupture. Désespérément optimiste, ce brave type est toujours à côté de la plaque. Sa naïveté le pousse à se lancer dans des affaires foireuses et à vouloir aider les autres, malgré eux. Que d’efforts inutiles pour rapprocher Axelle de Serge ! Privé du soutien financier de sa mère, il joue les pique-assiettes avec candeur.

Durant plusieurs tête-à-tête, les "futurs divorcés" discutent de la situation. Bruno (Alexis Goslain) voudrait stopper la mascarade. Cependant il est ébranlé par les remarques de Claire (Christel Pedrinelli), qui lui ouvrent les yeux sur leur vie plan-plan. Il faut ranimer la flamme. Si on partait en voyage ? Claire se réfugie dans ses bras. Mais la porte reste ouverte... Beau parleur, désinvolte, sûr de lui, Serge (Marc Weiss) la fait rêver.

La pièce démarre lentement, mais adopte vite un rythme soutenu. De courtes séquences, dynamisées par des répliques qui font souvent mouche, dévoilent l’érosion d’un couple. Claire et Bruno n’imaginaient pas que leurs amis s’attendaient à leur séparation. Ce sont leurs réactions qui les poussent à douter de leur amour. Cependant les auteurs n’insistent pas sur l’amertume de cette remise en question. Ils ont écrit une comédie drôle et cruelle, pimentée par le cynisme d’Axelle et égayée par la maladresse de Patrick. Dommage qu’on l’illustre par le gag pesant du jeu de cache-cache avec le frisbee. Conçu par Noémie Vanheste, le décor très élaboré nous parle aussi de l’usure du temps : maison de campagne à vendre, vigne vierge mal taillée, serre défraîchie. Certains personnages y retrouvent leur enfance. Découpé en plusieurs espaces indépendants, le jardin facilite les conversations intimes. Un cadre idéal pour permettre la progression de cette comédie douce-amère.

Jean Campion

Photos : © Prunelle Rulens