De l’influence du théâtre belge sur la gestion et la résolution des conflits sociaux

Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 8 au 25 janvier 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
+32 2 548 25 80

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

De l’influence du théâtre belge sur la gestion et la résolution des conflits sociaux

Tentative désespérée, osée et burlesque mais néanmoins courageuse pour sauver le monde, enfin du moins ce qui peut l’être encore.

Après plus de deux mille ans de civilisation judéo-chrétienne, force est de constater que toutes les organisations humaines ont échoué. L’homme reste un animal dangereux, un prédateur avide de pouvoir et d’expansion, un monstre d’égoïsme uniquement guidé par son seul profit !
L’économie mondiale se fracasse, les nationalistes de tous poils surgissent, la répression fait rage, l’Europe, l’Otan et l’Onu restent impuissants devant l’arrivée d’une troisième guerre mondiale.
Un seul espoir : « Le théâtre belge » ! Véritable accident dans l’histoire de la culture mondiale, il devrait agir sur l’homme comme un vaccin ! Le remède est connu, il n’y a plus qu’à l’inoculer aux habitants de la planète, de gré ou de force.

Et si « Le théâtre belge » ne peut sauver l’humanité, en tous cas ça ne peut pas lui faire de mal.

Avec Eric De Staercke et Caroline Lambert
Musique Bodart
Eclairages Luc Jouniaux
Décor et costumes Thu-Van Nguyen

Laissez nous un avis !

16 Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Dimanche 30 décembre 2012, par Jean Campion

De la vie au théâtre et du théâtre dans la vie

Dans "Coco parachute", son précédent spectacle, Eric De Staercke s’interroge sur la magie du théâtre, en ouvrant la porte au rêve. Cette démarche pertinente et malicieuse, il la poursuit, avec la complicité de Caroline Lambert, dans "De l’influence du théâtre belge sur la gestion et la résolution des conflits mondiaux". Titre pompeux suggérant l’autodérision, dans laquelle baigne cette "tentative désespérée et burlesque de sauver le monde."

Monique est catastrophée. Esthéticienne consciencieuse, elle ne se pardonne pas d’avoir raté le dégommage d’une cliente, qui s’est retrouvée à l’hôpital. Pour en rajouter, son mari Walter lui raconte sa journée cauchemardesque. Un illuminé s’est crucifié sur la porte de secours du Brico. Sans payer les clous ! Encore un salaire raboté. Une troisième tuile s’abat sur le couple effondré : la police de la Culture l’accuse de n’être plus allé au théâtre depuis onze ans...

Condamnés à subir un monologue célèbre du Cid, Walter et Monique décollent de la réalité sordide, en se piquant au jeu théâtral. Endossant une dizaine de rôles, ils se défoulent dans des scènes loufoques. Héroïne d’une série "hospitalière", Marie Bistouri assiste avec ferveur le grand chirurgien, qui opère une escalope de veau. Jean-Guy, moulé dans une combinaison rose, espère trouver la zénitude, en dansant avec la grâce d’un pingouin. La mode du nu sur scène crée une tension entre la coquetterie pudique de la comédienne et l’exigence hypocrite de son partenaire.

Parfois la caricature fait la courte échelle au rêve éveillé. Lorsqu’une femme, agacée par le mutisme de son mari, lui lance : "Tu n’es qu’un gardien de parking !", celui-ci s’enflamme et revendique la noblesse de sa fonction. Il garde les autos comme le berger ses moutons. Et fier d’appartenir à cette race, il féconde son épouse, pour prolonger la lignée. Dans un autre sketch, une femme bénit l’accident qui l’envoie au paradis. C’est là que l’homme de sa vie lui dévoile pudiquement son amour.

Fait de bric et de broc, le décor ludique reflète la liberté de ton de ce patchwork drôle et lucide. Par leur spontanéité, leur aisance et leur culot, les auteurs-interprètes nous embarquent dans ce voyage onirique et jouissif. L’impulsivité maîtrisée de Caroline Lambert et le calme désarmant d’Eric De Staercke nous incitent à partager leur plaisir de jouer. A l’affût de la situation absurde, du mot incongru ou du gadget farfelu, on savoure des dialogues, où se mêlent provocation et poésie, cocasserie et sagesse. Comme ces survivants du quotidien, on ressent les bienfaits d’un théâtre décomplexé et libérateur.

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles