Cyrano de Bergerac

Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 11 mai au 14 juillet 2012
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 2 724 24 44

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Cyrano de Bergerac

"Cyrano de Bergerac" PROLONGÉ JUSQU’AU 14/07/2012 AU THÉÂTRE LE PUBLIC !!

Cyrano, c’est un nez, un roc, un cap, une péninsule…, c’est une œuvre magistrale où se bousculent mille personnages à qui tout metteur en scène rêve de donner vie ! Pour toute une troupe, pour tout un théâtre, l’instant est venu de tirer l’épée, retrousser la moustache et de partir à l’assaut ! Monter, interpréter, jouer « Cyrano », c’est le verbe haut, des envolées, du drame, de l’action, de l’amour... l’esprit et le panache !
Monter, interpréter, jouer « Cyrano »… Simplement pour le plaisir et la beauté du geste et puis, comme il le dit lui-même, parce que « c’est bien plus beau lorsque c’est inutile » … Et dans Cyrano, Olivier Massart !
Assistanat à la mise en scène : Alexis GoslainScénographie : Lionel LesireCostumes : Françoise Van ThienenLumière : Laurent KayeCréation musicale : Pascal CharpentierMaître d’armes : Michelangelo Marchese
Régisseur : Rémy BransStagiaire régie : Simon Plume
Avec Olivier Massart,Christian Crahay, Pierre Geranio, David Pion, Luc Van Grunderbeeck, Martine Willequet, Jeanne Kacenelenbogen, Quentin Minon, Marc Weiss, Gaëtan Lejeune, Chloé Struvay, Xavier Delacolette, Baptiste Blampain, ...
Mise en scène : Michel Kacenelenbogen

Laissez nous un avis !

12 Messages

  • Cyrano de Bergerac

    Le 26 mars 2012 à 09:34 par Lou Salome

    certes, le texte est magnifique, et il faudrait être nul de chez snul pour arriver à rater un spectacle avec un texte aussi magnifique ! mais quand même, je me demande comment le "spectacle" peut déjà avoir sept avis positifs du style "vu et aimé" alors que le spectacle va être créé le 7 mai ! Donc, il y a des fans d’un club douteux, qui mettent des points AVANT que le spectacle existe pour être sûrs d’être dans les premiers ???????????????????? pratiques douteuses et légèrement dotées d’un parfum de mafia consentante ???? Ouh ! Où est l’art ?

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 18 avril 2012 à 10:37 par Gazule

    Non, pas de pratiques douteuses. "Cyrano" se joue depuis le 13 avril et est crée à Namur, avant de partir en tournée et d’arriver sur Bruxelles en mai. Beaucoup l’on déjà vu donc...

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 14 mai 2012 à 05:39 par monkeyz

    Cyrano, classique parmi les classiques, a toujours autant de sel. La mise en scène (sans grandes surprises) se concentre sur les propos entourant les personnages principaux, participant sans doute à la clarté du texte, qui manque toutefois un peu de respirations. Le décor est un peu écrasant à mon goût, les costumes assez réussis dans l’ensemble. Olivier Massart ne manque pas du fameux "panache" de Cyrano, drôle, émouvant, avec conviction et second degré. On ne voit presque que lui. D’où la question : pourquoi avoir une équipe de 28 comédiens si c’est pour ce concentrer sur les principaux, et mettre en avant Cyrano ?

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 21 mai 2012 à 03:13 par Yris

    Cyrano, un classique qui m’était inconnu !

    Bravo à tous pour ce travail magnifique ! Un excellent moment de détente que je conseil à tout le monde, une valeure sûre pour une jolie distraction de soirée.

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 21 mai 2012 à 12:06 par alec

    C’est toujours un grand plaisir que d’assister à un de ces immenses classiques ! Le début m’a semblé un peu trop rapide. La mise en scène n’est pas originale pour deux sous, mais les décors imposants m’ont beaucoup plu, tout comme la foule d’acteurs, au demeurant très bons, sur scène : 29 acteurs... Une belle soirée !

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 31 mai 2012 à 01:06 par sodeb

    Cyrano, archétype de l’hostilité envers toute forme de médiocrité, on l’a lu, vu, revu et on en a fait le tour. Pourtant, ici, il semble qu’un souffle nouveau, incroyablement frais, se soit glissé au sein de la troupe. Une Roxane plus combattive qu’énamourée, des seconds rôles typés, énergiques, prodigieusement présents, et puis Cyrano... candide jusqu’à la naïveté, débordant d’humilité et d’humanisme, émouvant, distant, drôle (mythique immitation de Montfleury). Douleureusement cynique aussi, éperdument égaré entre ciel et terre... Beau.

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 28 juin 2012 à 07:53 par JMPjmp

    Bruits de botes, coups de mousquets, froissements de capes et croisées des épées et puis ... de subtils sentiments ... Quel beau langage ... suprenant au détour de chaque alexandrin ... que de subtiles images ainsi distillées ... quel délice. Belle performance d’une troupe qui, comme elle le promet, tient en éveil ... 

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 12 juillet 2012 à 12:25 par julie_ld

    Sublime. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit. Bien que les tirades de Cyrano demandent parfois de la concentration pour être suivies, l’interprêtation d’Olivier Massart est juste et sans fausse note. Du grand art. Une pièce pleine d’émotion aux décors audacieux. A voir, absolument.

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 16 novembre 2012 à 02:04 par mvandebroek

    Un spectacle qui "en jette" ! Olivier Massart et tous ses jeunes acteurs nous font vivre un beau divertissement, de qualité. Une mise en scène et des prestations très dynamiques et justes au service de ce classique.

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 23 novembre 2012 à 02:09 par chrisdut

    "Cyrano de Bergerac" manquait à mon tableau de chasse. Voilà qui est réparé et de quelle belle manière. L’histoire est très belle, les personnages biens représentés, le texte fort (du moins le poids des mots car la sonorité n’était pas idéale au CCU). Malgré le fait que le texte est rapide, ancien et pas toujours très audible, on est captivé par l’incroyable performance d’Olivier Massart. Quel panache Mr Massart ! Quelle performance ! Comment fait-il pour retenir tout ça ! Mais ce n’est pas une mémoire, c’est un disque dur que dis-je un serveur... Bref, celà permet de passer ces 2h30 (+entracte) assez aisément. Ce qui n’était pas le cas d’un groupe d’étudiants en secondaire qui se demandaient après 30min quand arriverait la fin, je vous laisse deviner comment on a passé les 2h restantes derrière eux ! (qu’ils sont chiants ces ados. Batman c’était au Kinepolis et pas au centre culturel d’Uccle !). Bouhhh, j’ai 38 ans et je suis déjà un vieux con :-)

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 26 novembre 2012 à 08:37 par faucer

    J’ignore comment commencer...tellement j’ai été ému et touché par cette version. Olivier Massart est magistral. Emouvant et bon comédien (le mot est faible...) Il tient la pièce à lui seul. Dès son entréen en scène, tout bascule pour nous faire entrer dans le rêve des mots et des vers. Quel panache. La scène du balcon est une merveille...quand à la scènde de fin...impossible de ne pas réprimer une larme. Bravo l’artiste.

    Répondre à ce message
  • Cyrano de Bergerac

    Le 13 décembre 2012 à 12:39 par Pattrick

    Waouw, ça cours, ça chante, ça bouge dans tous les sens. Cette version est très spectaculaire.
    Une bonne mise en scène qui fait passer inapercu les petits defauts.
    Très bon jeu d’acteurs pour les hommes.
    Même si la pièce est longue, on ne voit pas le temps apsser du tout.
    Un petit regret pour la fin, un peu bâclée par rapport à tout ce qui se passe avant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 1er juin 2012, par Jean Campion

Un Vaccin contre le désenchantement

Dès la première, le 27 décembre 1897, "Cyrano de Bergerac" remporta un succès retentissant. Humiliée par la défaite de 1870, déchirée par l’affaire Dreyfus, la France retrouvait dans cette comédie héroïque, un souffle épique et le goût du panache. La société d’aujourd’hui, gangrenée par la toute-puissance du fric et l’écrasement des faibles, s’indigne. Par son refus des concessions, sa bravoure et son désintéressement, Cyrano nourrit notre besoin d’idéal et nous fait rêver à un monde plus juste. On le perçoit dans la chaleur des applaudissements, qui saluent la brillante performance d’Olivier Massart, incarnant cet anti-héros triomphant.

A peine a-t-il entamé la pastorale "La Clorise" que Montfleury, comédien grotesque, se voit menacé puis chassé de la scène par Cyrano, qui nous plonge dans la magie du théâtre. En menant le jeu avec une énergie indomptable. Une plate allusion à la longueur de son nez déclenche la célèbre tirade. Victoire de l’imagination poétique doublée d’un coup d’épée décisif. Quand Roxane lui avoue son amour pour... Christian de Neuvillette, Cyrano blêmit, mais accepte de protéger ce rival. Mieux ! Puisque celui-ci n’est qu’"un bon soldat timide ", il lui propose un pacte : "Je serai ton esprit, tu seras ma beauté." Le duo fonctionne efficacement dans la scène du balcon. Durant le siège d’Arras, Cyrano prend des risques insensés, pour transmettre à Roxane des lettres enflammées, signées Christian. Une correspondance ignorée par celui-ci, qui permet à l’amoureux complexé d’aimer par procuration. Metteur en scène de sa mort, il affronte la Camarde debout.

Le héros d’Edmond Rostand fascine par son courage, sa loyauté et son idéalisme. A son contact, les personnages principaux révèlent des qualités humaines insoupçonnées. Roxane ne se contente pas d’être séduisante. C’est une femme déterminée, qui mystifie le comte de Guiche et qui n’hésite pas à traverser les lignes ennemies, pour ravitailler les assiégés. Attirée par la beauté de Christian, cette précieuse (non ridicule !) tombe sous le charme de la poésie de Cyrano et reconnaîtra : "Je n’aimais qu’un seul être et je le perds deux fois." Incapable d’exprimer ses sentiments, Christian profite de l’imposture. Mais quand il découvre la vérité, il s’efface généreusement. De Guiche est un manipulateur odieux, qui abuse de son autorité pour se venger. Cependant, il serrerait volontiers la main de Cyrano, dont il apprécie la liberté de penser et d’agir.

En respectant fidèlement la partition de l’auteur, l’équipe impressionnante (60 personnes) dirigée par Michel Kacenelenbogen nous offre un spectacle fignolé, tonique, drôle et émouvant. Le dispositif scénique est ingénieux. Dommage pourtant qu’il enferme le public nombreux et disparate de l’hôtel de Bourgogne dans un espace trop exigu. La longue scène d’exposition est parfois confuse. Bien sûr, l’esprit cocardier de "Ce sont les cadets de Gascogne" prête plutôt à sourire et les élucubrations de Cyrano, tombé de la lune, semblent s’éterniser. Mais on se laisse emporter par la fougue et l’esprit d’un personnage exaltant et vulnérable.

Par son jeu subtil, Olivier Massart maîtrise remarquablement ce mélange d’énergie et de fragilité. Il donne de l’épaisseur à ce héros romantique. Nous admirons le punch, l’intransigeance et le panache d’un homme, qui dévoile pudiquement ses failles. Devant le succès permanent de ce classique, qui n’inspire pas de méfiance, des esprits chagrins ont critiqué le sentimentalisme et le clinquant des vers. Ils ont tort. Edmond Rostand a visé juste. En nous touchant au coeur, il glorifie l’honneur d’être un homme.

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode