Croisière Coconuts

Ixelles | Théâtre | TTO - Théâtre de la Toison d’Or

Dates
Du 30 novembre 2017 au 7 janvier 2018
Horaires
Tableau des horaires
TTO - Théâtre de la Toison d'Or
Galerie de la Toison d'Or, 396 1050 Ixelles
Contact
http://www.ttotheatre.be
info@ttotheatre.be
02-510.05.10

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Croisière Coconuts

Embarquez sur le plus loufoque des bateaux ivres, tout droit sorti du cerveau tanguant de l’insubmersible Laurence Bibot. Six comédiens y incarnent tour à tour les croisiéristes et les artistes ainsi que le personnel navigant censés leur faire passer un voyage de rêve. Une excursion au pays de l’imposture, de l’insensé, du mensonge mais aussi de l’amour (…) qui se termine en apothéose avec la traditionnelle revue à paillettes de fin de circuit. Ce n’est pas le Titanic mais à certains égards, c’est pire. La croisière s’amuse, s’enlise et se déguise… Plongez !

Distribution

De Laurence Bibot Mise en scène Nathalie Uffner Avec Julie Duroisin, Emmanuel Dell’Erba, Aurelio Mergola, June Owens, Camille Pistone et Marie-Hélène Remacle Scénographie Thibaut De Coster et Charly Kleinermann Assistanat Mise en scène Erwan Marjo Création lumières Alain Collet Décor sonore Laurent Beumier Production Mazal asbl/Théâtre de la Toison d’Or

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 5 décembre 2017, par Didier Béclard

Une croisière à la dérive

Le Théâtre de la Toison d’Or présente la première « vraie » pièce écrite par Laurence Bibot pour d’autres comédiens. On a connu l’humoriste (beaucoup) plus inspirée et son écriture plus aboutie.

Le décor reproduit le bastingage d’un bateau comme en atteste la bouée orange, il abrite également les (petites) cabines des passagers avec vue sur la mer. Il se transformera dans la deuxième partie en scène de revue avec son grand escalier.

Ça commence en chanson, tous les comédiens du monde entier sont là pour amuser les croisiéristes sur le bateau bonheur qui compte pas moins de douze ponts, quatre piscines, cinq bars et 3.000 passagers, c’est dire la taille du bâtiment. Parmi ces passagers, Lorraine, comme la quiche, et sa fille Laura, Darla, danseuse et son compagnon et partenaire qui tente de se faire passer pour un Cubain. Il y a aussi, les
membres du personnel, comme Gigo, illusionniste et magicien, ou Kamel, directeur de croisière et animateur de revue qui adore faire des plaisanteries.

Sur scène, six comédiens incarnent une douzaine de personnages dont certains récurrents, comme ceux cités ici. Il y a de bons moments, mais l’ensemble est plutôt bâclé. On trouve ça et là quelques traits acérés typiques de l’écriture de Laurence Bibot mais ils sont noyés dans un magma de gags lourdingues ou prévisibles.
Les caractères des personnages sont à peine esquissés, on aurait souhaité en savoir plus sur cette mère qui ressasse sans cesse ses rancœurs à l’égard de l’homme qui ne l’a jamais épousée et du malaise qui plane sur ses rapports avec sa fille. On aurait aimé savoir pourquoi exactement Darla travaille comme danseuse avec son dealer de mec sur un bateau qui appartient au groupe Dekoning qui lui-même appartient à son père.

On soulignera toutefois la prestation exceptionnelle de Julie Duroisin qui plonge d’un rôle à l’autre, dont celui de Laura, avec énergie et justesse, avec une mention particulière pour celui du capitaine Kate qui pleure la mort de Punjab, un Philippin qui travaillait au desk hospitality service, traduisez : l’accueil des passagers.

Entre arche de Noé et Titanic, le bateau bonheur navigue entre deux eaux. La première partie plante le décor et annonce les personnages et la seconde se résume à la revue – avec tours de magie, chants et danses – du soir présentée aux passagers. La pièce se termine sur quelques imitations et chorégraphies de chanteurs et chanteuses à la mode avant un final à la pakistanaise. Tous ingrédients du spectacle de fin d’année mais qui ne tient pas vraiment ses promesses...

« Croisière Coconuts » de Laurence Bibot mise en scène de Nathalie Uffner jusqu’au 7 janvier au TTO à
Bruxelles, 02/510.0510, www.ttotheatre.com.

TTO - Théâtre de la Toison d’Or


Galerie de la Toison d’Or, 396
1050 Ixelles