Cocon !

Ixelles | Théâtre | Rideau de Bruxelles

Dates
Du 5 au 18 octobre 2018
Horaires
Tableau des horaires
Rideau de Bruxelles@Théâtre Marni
Rue de Vergnies, 25 1050 Ixelles
Contact
http://www.rideaudebruxelles.be
contact@rideaudebruxelles.be
02-737.16.00

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 4

Cocon !

Nous avons tous un jumeau mais la plupart d’entre nous l’avons mangé. Nous l’aurions fait disparaître pour pouvoir exister... Nous ne vivrions que parce que nous avons réussi à tuer l’autre... L’histoire vraie de Judith Scott, trisomique et sourde, et de Joyce, sa soeur jumelle, est le fil rouge du spectacle. Enfants, elles furent séparées pour permettre à Joyce, la soeur "normale", de bien se développer. Trente-cinq ans plus tard elle se reliera à Judith, lui permettant de devenir une grande figure de l’art brut et ce, en tissant des sortes de cocons multicolores.
Cocon : lieu de repli, de confort... mais aussi enveloppe nécessaire à la métamorphose, lieu d’incubation de tous les possibles tant merveilleux que monstrueux...
Cocon ! sera une célébration de la transformation et du lien.
Avec aussi de la musique, de la danse et des chansons.

DOMINIQUE ROODTHOOFT

Distribution

DOMINIQUE ROODTHOOFT (conception) / le CORRIDOR / De, par et avec Isabelle Dumont, Clément Papachristou, Guillaume Papachristou, Dominique Roodthooft, Mieke Verdin et Éric Domeneghetty.

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Cocon !

    Le 6 octobre à 13:18 par mimi5

    La pièce commence en mode sensible, déclenchant des émotions à en avoir la chair de poule. Puis très vite, on passe en mode burlesque à souhait : des scènes hilarantes alternent avec des passages savamment écrits et brillamment joués, semant des graines de réflexion qui resteront gravées et permettront d’établir par la suite les liens entre tous les petits bouts de ficelle. Parce que la pièce n’est pas seulement informative et drôle, les sujets sont profonds et exposent des parts de vérité.
    Les acteurs sont époustouflants de crédibilité. Quel talent !
    Nous avons adoré. J’ai ri à m’en tenir les côtes.
    Si vous ne deviez voir qu’un seul spectacle cet automne, choisissez celui-ci.
    Une pépite, ce spectacle !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mercredi 10 octobre 2018, par Didier Béclard

Célébration de la transformation

Mêlant jeu, danse et musique, « Cocon » propose d’explorer d’autres manières de vivre ensemble au travers des interventions de penseurs et d’artistes. La pièce tisse des liens entre les mondes avec humour et poésie.

Au centre du plateau, un amas de chiffons. Un homme tourne autour, enfile un gant en latex et plonge la main dans le tas. Il en sort une pelote de fil qu’il met dans sa poche. Le fil ressort par l’autre poche. Il dévide la bobine aidé par les autres personnes qui tissent une étrange toile qui recouvre le plateau.
La pièce commence par l’histoire de Judith, une Américaine née le 1er mai 1943, trisomique, sourde et muette. Sa sœur jumelle Joyce entre à l’école tandis que Judith est jugée inapte et placée dans une institution spécialisée à 200 kilomètres de là pour permettre à Joyce de mener une scolarité « normale ». Trente-cinq ans plus tard, cette dernière décide d’aller rechercher sa sœur qui pourra s’épanouir dans la création de cocons, des objets divers enrobés de ficelle. Devenue une figure importante de l’art brut, Judith décède à 62 ans dans les bras de sa sœur, après avoir tissé un dernier cocon noir.
Présente avec ses comédiens/danseurs/musiciens (Éric Domeneghetty, Isabelle Dumont, Clément Papachristou, Guillaume Papachristou, Mieke Verdi) sur le plateau, la metteuse en scène, Dominique Roodthooft, raconte ce parcours. En dépit d’un dénouement que l’on pourrait qualifier d’heureux, l’émotion est présente, palpable, incontournable, mais elle est vite désamorcée par un périple à travers de la vie des champignons, des travaux de la philosophe et biologiste Donna Haraway, en passant par l’écologiste et philosophe américain David Abram selon lequel « il faut trouver d’autres manières de parler » de même qu’il y a « d’autres modes d’existence que l’humain ». Où l’on apprend que l’anthropocène qualifie la période de l’histoire de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre. Et on en voit les résultats aujourd’hui.
Lieu de repli et de confort, le cocon est aussi l’enveloppe nécessaire à la métamorphose, à devenir l’autre. Résultats d’une écriture collective de plateau, « Cocon » tisse le lien entre l’art et le langage, entre l’art et la communication, entre l’art et le vivre ensemble y compris avec des personnes différentes, entre l’immobilité et le mouvement, vers l’acceptation de la différence. La pièce est de prime abord un peu déroutante, se situant à mi-chemin entre conférence et performance mais on se laisse vite emmener dans cette exploration salutaire d’autres mondes.

Didier Béclard

Rideau de Bruxelles


Rue Goffart, 7 A
1050 Ixelles