CABARET de Christopher Isherwood

Théâtre | Théâtre Le Public

Dates
Du 11 septembre au 7 décembre 2014
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.theatrelepublic.be
contact@theatrelepublic.be
+32 80 09 44 44

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 2

CABARET de Christopher Isherwood

Mise en scène Michel Kacenelenbogen. Avec : Taïla Onraedt (Sally), Steve Beirnaert (Emcee), Baptiste Blampain, Guy Pion, Delphine Gardin, Daphné D’Heur,...
« Life is a cabaret, old chum, come to the Cabaret ! »

Prolongation exceptionnelle du 27/11 au 07/12/14  !

Berlin, les années 30. Fraichement débarqué, le jeune Américain Cliff Bradshaw découvre le Kit Kat klub, une sulfureuse boîte de nuit où se produit la sensuelle Sally Bowles. Autour d’elle, l’extravagant maître de cérémonie Emcee et sa bande de boys and girls singent et parodient le beau monde : ils sont les rois du show, du divertissement et de la provocation. Au Kit Kat klub, tout est permis pour profiter des folles nuits berlinoises des années 30 ! Mais même à l’abri dans cette enclave de liberté, les murmures du monde extérieur leur parviennent… Pour fêter ses 20 ans, le Public présente, en collaboration avec le Théâtre National, le plus grand classique des Music-halls ! Entrez Messieurs-Dames ! Poussez la porte du Kit Kat Klub et venez revivre la passion et la subversion de cette histoire célébrissime. L’orchestre, dirigé par Pascal Charpentier, les chorégraphies de Thierry Smits et la mise en scène de Michel Kacenelenbogen nous promettent un spectacle grandiose mené par une quinzaine de chanteurs, acteurs et danseurs ! Alors… « Willkommen, Bienvenue, Welcome ! »

Laissez nous un avis !

15 Messages

  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 19 septembre 2014 à 02:25 par belgian

    Un mot "BRAVO".

    Une prolongation aurait été accueillie avec plaisir.

    Etincelant tout en restant sobre quand cela le demandait.

    Des voix incroyables et de très bons comédiens.

    Originalité avec un rideau laissant apparaître ce qui se passe derrière, un plancher tournant et autres...

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 23 septembre 2014 à 12:47 par Aurelia

    Juste WOUAW...Performance de comédiens généreux et professionnels dans le sens noble du terme, au top à tous les niveaux (jeu, danse, synchronisation, écoute, chant ! ...), j’ai été traversée à plusieurs reprise par des frissons tout au long de cette comédie musicale aux allures de strass et paillettes qui contraste avec la profondeurs des histoires..J’ai été totalement emportée, merci....A voir absolument ! :-D <3

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 24 septembre 2014 à 08:52 par juliette

    très très bonne surprise car les comédies musicales sont rares chez nous.
     une mise en scène inventive, un excellent orchestre et bien sûr et surtout des très bons chanteurs et danseurs.
    l’atmosphère des années 30 est très bien rendue grâce aux costumes . au total un spectacle réussi à voir absolument.

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 24 septembre 2014 à 11:31 par VincentD

    J’ai eu la chance de recevoir 2 places par mon quotidien. Je suis donc parti sans idées préconçues. Mais j’ai été bleuffé par la qualité de ce spectacle. Tout y est parfait (ou presque) : la musique (et donc l’orchestre), la mise en scène, les chants, les danses. Et les actrices et acteurs sont excellents. J’ai été étonné d’apprendre qu’un certain nombre d’entre eux étaient des comédiens et non des chanteurs, notamment l’actrice principale. Chapeau bas. Et foncez pour goûter à ce bijou. J’ai même trouvé la fin particulièrement forte au niveau des émotions. J’étais aussi content d’y trouver Antoine Guillaume, grand fan et connaisseur des grandes comédies musicales américaines. Ce doit être un grande jubilation pour lui de participer à cette magnifique aventure belge !

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 26 septembre 2014 à 11:20 par chrisdut

    Quel show époustoufflant ! J’ai adoré cette magnifique adaption de la célèbre comédie musicale. Les artistes sont parfaits et talentueux. Ils m’ont fait vibrer tout au long de ce spectacle. Coup de coeur à Taïla Onraedt pour sa prestation majestueuse de Sally Bowles, quelle voix ! Mention très très bien également pour Steve Beirnaert dans le rôle culte de Emcee. 

    Cette histoire du Berlin des années 1929-1930 est aussi d’une actualité terrifiante qui nous donne comme message de rester vigilant en ces temps incertains, où je trouve que la liberté d’expression a tendance à diminuer peu à peu et ce dans une certaine indifférence générale car les gens sont minés par la crise dans laquelle on nous a plongé. Ne réitérons pas l’histoire et battons-nous.

    J’espère que ce projet permettra dans le futur la création d’autres shows aussi bien ficelés car c’est ce qui manque à Bruxelles. Le public était là présent, toutes nationalités confondues complètement émerveillé. Les commentaires positifs fusaient sur les trottoirs à la fin du spectacle. Merci à tous pour ce beau moment.

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 29 septembre 2014 à 12:30 par barbarab

    Plaisir, redécouverte d’un classique. Rires, sourires et... émotion. De très bons musiciens, une troupe de comédiens généreux. Une histoire, un spectacle, un divertissement mais pas que...
    Mention spéciale pour Daphné d’Heur.
    Petit bémol : la largeur de la scène rend une impression de vide parfois.

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 1er octobre 2014 à 03:08 par zoepeanu

    A voir ! 

    Pour avoir assisté à des comédies musicales à Brodway-New York ainsi qu’à Londres, je peux dire que Cabaret n’a rien à leurs envier.

    Joyeux à vous donner envie de bouger, le rire est présent et les personnages sont attachants.

    Les chorés, le jeu des acteurs, le chant, tout est au top.

    Traductions prévus en haut de la scène, une bonne idée et l’orchestre sur une plateforme surélevée est formidable.

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 9 octobre 2014 à 08:17 par Pattrick

    un orchestre, des comédiens chanteurs et
    danseurs, un rideau immense en chaînette, un plateau tournant, des lumières et
    des chansons. avec tout ça, une comédie musicale qui nous emmène l’air de rien
    dans les atrocité d’une guerre. nous, on connait la suite, eux non. voilà un
    vrai spectacle complet, qui ravis les oreilles et les yeux. il faut tourner la
    tête dans tous les sens pour ne pas rater un morceau. le temps passe bien trop
    vite aussi. ok, parfois il y a des couacs, dans le chant pour la justesse du
    jeu, mais ne boudons vraiment pas notre plaisir, on se laisse facilement
    emporté dans ce tourbillon des années 20, dans un Berlin où tout était permis,
    même de penser que le régime nazi était bien. un comédie à voir.

    Répondre à ce message
  • CABARET de Christopher Isherwood

    Le 4 décembre 2014 à 12:34 par mike_bel

    Waouw, enfin, un vrai show, Une vraie comédie musicale à Bruxelles !
    Ca dure prêt de 3h, et on ne voit pas le temps défiler, on est pris tantôt de rire, tantôt de joie, tantôt de tristesse, tantôt de peur. C’est une vraie réussite. L’orchestre live donne une dimension supérieure à l’ambiance général du show, les comédiens jouent/chantent divinement bien. Les dialogues sont parfois pauvres mais bon c’est une comédie musicale après tout !
    Sans hésiter j’y retournerai, a voir sans faute, c’est la plus belle réussite que j’ai pu voir cette saison.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 23 septembre 2014, par Dominique-Hélène Lemaire

La comédie Musicale Cabaret à Bruxelles

Quand les paillettes se transforment en larmes...

il y a eu d’abord L’ange bleu. Cette fois, avec CABARET, Michel Kacenelenbogen persiste et signe… un spectacle dont l’ironie coupe le souffle, emplit d’émotion et met l’alarme au camp. La question qui semble hanter Michel Kacenelenbogen dans ce nouveau spectacle, est bien celle d’une société qui ne se remet pas de la crise économique et celle d’un ordre nouveau qui pourrait se profiler à l’horizon. « Wilkommen, Bienvenue ! » C’est le fiel qu’il faut savourer.

Les moyens dont il dispose grâce à la synergie avec le Théâtre National ont été décuplés et l’on verrait bien l’entreprise devenir une grande production à la manière des grandes comédies musicales. Soulignons-le, les artistes sont issus de nos deux communautés et rendent en même temps un hommage passionné aux 20 ans du théâtre Le Public. Sous-titrés en trois langues. Précipitez-vous à Bruxelles avant le 1er octobre, car après le spectacle part en tournée ! Un spectacle cathartique, image d’une société rendue malade par l’argent (« Money, Money Money »), le pouvoir, l’intolérance, le repli sur soi et la mort annoncée des artistes de tout poil s’ils ne sacrifient pas à la rentabilité et à la culture du profit. Ou à la culture d’Etat.

Le spectateur ne peut qu’être touché par ce message asséné avec force et compte tenu de la situation géopolitique actuelle mondialement fragile, la piqûre de rappel fait l’effet d’un électrochoc. On reste hantés par ce Herr Schultz (Guy Pion, at his best) si poli, si affable et si tolérant, pétri de bienveillance et dont les rêves très humains se font subitement rafler par la puissance nazie symbolisée par cet officier blond aryen (Bruno Mulenaerts) et écraser par les chants patriotiques glaçants qui se répandent sur le plateau. Et du coup, c’est toute la vie des artistes du Kit Kat Club, celle de la logeuse sévère et compassée Fraulein Schneider (très bien défendue par Delphine Gardin), celle de sa pulpeuse locataire si généreuse avec les marins (une inimitable Daphné d’Heur dans le rôle de Fraulein Kost) et celle du jeune couple qui vient de se former, qui volent en éclats, dans un jeu de dominos infernal.

En effet, un étranger, Cliff, le jeune écrivain américain (Baptiste Blampain), s’est épris de la craquante petite anglaise (« Don’t tell Mama »), chanteuse et danseuse de Cabaret, Sally (Taïla/Lisa Onraedt/Minelli). Celle-ci a mené une vie de bâtons de chaises jusque-là. Elle est retombée enceinte, il lui promet le mariage, tout va soudain tourner au conte de fées… « Maybe this time… » sauf que tout se termine dans l’horreur d’un rideau de larmes. L’impitoyable danse macabre est orchestrée depuis l’entrée en scène avec férocité par un Emcee plus vrai que nature (Steve Beirnaert). La chorégraphie impeccable est signée Thierry Smits (« To the ones I love »), c’est tout dire !

Le grand orchestre sous la direction de Pascal Charpentier mérite autant de félicitations que la trentaine de danseurs-chanteurs-comédiens qui forment un remarquable casting totalement à l’aise dans le chant, la danse et la tragicomédie…. La richesse des timbres, la générosité des rythmes parcourent toutes les émotions humaines : le désir, la joie, la passion, la sensualité, la tendresse, la mélancolie… le cynisme, la haine, la jalousie et la cupidité aussi. Pendant tout le spectacle l’orchestre est juché sur une estrade en forme de ring pour un pugilat entre l’esthétique parfaite des sonorités et le fond d’une histoire totalement insupportable. Et c’est le spectateur qui reçoit les coups. Une superbe scénographie de Vincent Lemaire.

La comédie qui se joue à ses pieds a tout de la fascination du mouvement perpétuel d’un immense manège rutilant qui vous précipite vers un chaos final. « A merry-go-round » infernal. Tout tourne et étourdit au passage, mais sonne juste et souligne la lucidité du propos. Cette nouvelle version du spectacle mythique sera sans doute à verser dans les fiches de Wikipedia, on n’en doute pas ! Dominique-Hélène Lemaire

Cabaret - Teaser

Théâtre Le Public


Rue Braemt, 64 70
1210 Saint-Josse-Ten-Noode