C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

Etterbeek | Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 15 au 25 septembre 2015
Horaires
Tableau des horaires
Atelier 210
chaussée Saint-Pierre 210 1040 Etterbeek
Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
02-732.25.98

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-off

Nombre de votes: 3

C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

On a pris l’habitude, avec Eno Krojanker et Hervé Piron, de se faire mener par le bout du nez. C’est reparti ! Dans cette nouvelle création, ils jouent (de façon trouble et résolument grinçante) à esquisser une mise en abîme des jeux de pouvoirs, de désir et de frustration que peut charrier tout rapport avec l’autre. A travers une histoire d’enfance à la fois tragique et d’un anecdotique consternant, ils chatouillent le cliché de l’artiste forcément maudit, pour mieux questionner la relation scène/public... Empathie, voyeurisme, conditionnement ? Et si, tout compte fait, le théâtre tenait plus de la dictature que de la belle et grande famille ?
A la fois auteur et interprète de leur travail, ce duo pince sans rire prend un malin plaisir à déplier les artifices et la « magie » du théâtre. A commencer par l’idée de personnage. Leur écriture, tout en second degré, flirtant allègrement avec l’auto-fiction.

Distribution

Eno Krojanker & Hervé Piron

Laissez nous un avis !

6 Messages

  • C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

    Le 17 septembre 2015 à 23:13 par Alexei

    Je viens d’assister à cette représentation plus qu’originale. En effet, j’avais le sentiment d’assister à un cours de théâtre. Et les 2 comédiens se débrouillent assez bien pour essayer de faire comprendre ce qu’est le métier de comédien. Pas si évident.

    Après, le public participe et est solliciter donc si vous n’aimez pas ça. Je ne peux que vous recommander d’éviter. Après, pour toutes personnes souhaitant ou se formant dans la comédie cela peut-être bien. Même pour ceux qui s’intéressent à la psychologie où je trouve avoir appris des choses à ce niveau.

    Bonne continuation et bonne surprise pour moi.

    Répondre à ce message
  • C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

    Le 20 septembre 2015 à 10:40 par juliette

    spectacle inclassable - drôle mais pas toujours (l’épisode des drapeaux est plutôt grinçant) - les comédiens sont très bons et à l’évidence y croient mais parfois on se pose des questions sur leurs réels objectifs : veulent-ils nous convaincre ou nous faire réfléchir sur leur métier et leur vécu de comédien... en tous les cas, la salle semblait convaincue et leur a fait un triomphe.

    Répondre à ce message
    • C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

      Le 20 septembre 2015 à 23:07 par Alexei

      Je partage pleinement votre avis. Sans oublier le moment où quelqu’un est obligé de mettre un masque...

      Après, comme vous dites, c’est pour ça que j’ai aussi apprécié cette pièce qui permet de réfléchir. Nous vivons dans une société où la liberté de parole existe tant bien que mal. Et là, je me suis senti oppressé et je me suis posé la question sur ce que cela donnerait de vivre dans des sociétés où la dictature et le culte de la personne existe.

      Donc, pour ma part, je pense qu’il y a un double objectif à cette pièce. Et on le comprends en le vivant même un court instant.

      Après, je me fais peut-être des idées sur l’objectif de la pièce.

      Répondre à ce message
  • C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

    Le 22 septembre 2015 à 10:40 par VincentD

    Je rejoins les 2 avis précédents en majeure partie.
    J’ai été voir cette pièce le soir de la création. Je pense qu’elle sera encore mieux au fur et à mesure des représentations.
    Parfois, elle manquait un peu de rythme. Il faut dire que c’est sans doute dû au temps nécessaire à la surprise finale.
    Les 2 acteurs sont excellents comme d’habitude et ce avec pas mal d’auto-dérision. Je crois qu’on assiste à la dérive causée par le narcissisme de certains acteurs auquel ils échappent tous les 2.
    De toute façon, pièce intéressante !
    Félicitations à Hervé Piron pour sa nouvelle paternité arrivée 2 ou 3 heures avant la première. Ceci explique peut-être aussi cela !

    Répondre à ce message
  • C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit.

    Le 2 octobre 2015 à 16:42 par MarcD

    Ah, démarrer la saison avec un tel ovni, magnifique ! Eno Krojanker et Hervé Piron en état de grâce, qui nous emmènent et nous surprennent à plus d’une reprise, tant par le scénario que les trouvailles de toutes sortes !
    Oui, il s’agit d’un spectacle qui prend le public à partie, dans tous les sens du terme. Et finalement, c’est d’une telle logique puisqu’il s’agit du rapport entre le public et l’homme public qu’il consacre. Oh bien sûr, au départ, on parle de la condition de comédien. Mais bien sûr, cela marche pour Justin Bieber autant que pour le Adolf Hitler...
    Alors, oui c’est troublant, c’est juste, et en plus c’est livré avec tellement de créativité et de joie communicative.
    Allez le voir à Namur, si vous l’avez manqué à l’atelier 210 !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek