Bug

Ixelles | Théâtre | Théâtre Varia

Dates
Du 22 février au 9 mars 2018
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Varia
Rue du Sceptre, 78 1050 Ixelles
Contact
http://www.varia.be
reservation@varia.be
02-640.35.50

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 7

Bug

Dans un monde contemporain soumis à l’incertitude et à un flux toujours croissant d’informations complexes où il est difficile de décrypter la vérité du mensonge, chaque événement fâcheux serait-il dû à l’action volontaire d’un groupe dénoncé comme l’incarnation du mal ? La vérité est-elle toujours ailleurs ?

Après son formidable Élisabeth II de Thomas Bernhard, Aurore Fattier s’interrogeait sur l’état paranoïaque du monde actuel lorsqu’elle découvre Bug de Tracy Letts. Ce thriller fantastique qui surfe sur la ligne de la peur légitime et de la paranoïa permet à la metteur en scène de poser son regard impertinent, lucide et amusé sur notre société contemporaine. Folie, mensonge... ou vérité ?

Distribution

Avec Catherine Grosjean, Yoann Blanc, Eléna Pérez, Fabrice Adde, Claude Schmitz | SCENOGRAPHIE Sabine Theunissen | COSTUMES ET ACCESSOIRES Prunelle Rulens | CREATION MAQUILLAGE Marie Messien | CREATION VIDEO Vincent Pinckaers | CREATION SON Brice Cannavo | CREATION LUMIERES Mathieu Ferry | DRAMATURGIE, ADAPTATION Sébastien Monfé | ASSISTANAT Jean-Baptiste Delcourt | MISE EN SCENE Aurore Fattier

Laissez nous un avis !

4 Messages

  • Bug

    Le 24 février à 16:09 par marille

    Spectaculaire, c’est le bon mot pour qualifier cette pièce : bcp d’effet dans la forme.
    acteurs convaincus et bien dedans.
    le sujet aurait mérité un peu de nuance : pq systématiquement véhiculer une image dangereuse De la maladie psy ?
    seul l’auteur nous le dira.

    je recommande quand même chaudement !!

    Répondre à ce message
  • Bug

    Le 24 février à 22:38 par ciphere

    Une mise en scène spectaculaire et un très bon jeu d’acteurs pour, malheureusement, camoufler un texte dénué d’intérêt.

    Répondre à ce message
  • Bug

    Le 28 février à 21:09 par mzoe

    J’ai bien aimé le mouvement des décors qui permet de voir cela un peu comme dans un thriller. Faire participer les musiciens au spectacle aussi. Très bien interprété. Je n’ai pas vu le temps passer.

    Répondre à ce message
  • Bug

    Le 7 mars à 12:43 par mlgnor

    Scénographie très bien pensée, univers sonore très bien composé, et des comédiens bien dans leur rôle.
    On regrettera la lecture très stéréotypés des personnages (l’amie lesbienne ultra masculine ; le malade psychiatrique ouvertement fou - sans nuances ; la femme un peu trop hystérique ; le mari un peu trop baraki..), mais qui n’empêchent pas de se laisser avoir par la tension et l’univers glauque qui caractérise cette pièce. Une expérience théâtrale intéressante !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Jeudi 1er mars 2018, par Didier Béclard

La théorie du complot

Aurore Fattier adapte « Bug », un thriller fantastique qui oscille entre théâtre et cinéma et qui prouve que le fantastique a également sa place sur les planches. La science fiction n’épargnera personne...

Agnès, la quarantaine, vit seule dans un petit appartement sans âme au cœur du dédale d’une cité HLM. Serveuse dans un bar, elle se cache de son ex-mari violent et gère son malheur à coup de clopes et de vodka. Et dans une de ces nuits sans relief, un homme, Pierre, débarque chez elle. Un peu coincé, introverti, il se dit soldat français qui revient de la guerre en Afrique centrale. Elle s’accroche à cette seule once d’humanité qui traverse sa vie, il s’installe et les deux deviennent couple. Le temps passe et Pierre change, se révèle, développe d’étranges théories sur le monde actuel. Il se dit victime d’un complot, l’armée lui aurait inoculé des puces sous la peau pour le contrôler. « Les visions d’insectes sont courantes chez les paranoïaques », diagnostiquera plus tard le docteur Joyeux. Il part en vrille dans un délire paranoïaque, en effet, et emmène Agnès dans sa folie délirante. Ensemble, ils s’enfoncent dans leur bug apocalyptique.
Adaptation de la pièce éponyme de l’auteur américain Tracy Letts (1995) dont William Friedkin a tiré un film en 2006, « Bug » est un véritable thriller fantastique. La mise en scène d’Aurore Fattier, qui avait mis en scène un formidable « Élisabeth II » de Thomas Bernhard, est en équilibre constant entre théâtre et cinéma en combinant images filmées à l’avance et prises de vue en direct, changements de plans et de décors parfaitement orchestrés, et la présence énigmatique d’un quatuor de musiciens (José Rodriguez, Dorelle Sluchin, Lorraine Roudbar et Jonny Viloria) qui apparaît et disparaît, chaque fois à un endroit différent. Les musiciens jouent la musique de Krzysztof Penderecki, compositeur polonais de musique sérielle, que l’on retrouve notamment dans « Shininig » de Stanley Kubrick. Yoann Blanc est magistral dans le rôle de l’ancien soldat à la dérive. Catherine Grosjean est tout aussi convaincante en femme inquiète, désemparée, brisée et contaminée par son nouveau compagnon. Fabrice Adde, Eléna Pérez et Claude Schmitz complètent la distribution de ces caractères bien affirmés. « Bug » surfe sur la ligne de la peur légitime et de la paranoïa dans une version actualisée de l’après 11 septembre.

« Bug » jusqu’au 9 mars au Théâtre Varia à Bruxelles, 02/640.35.50, www.varia.be, du 13 au 16 mars au Théâtre de Namur, 081/226.026, www.theatredenamur.be, du 20 au 24 mars au Théâtre de Liège, 04/342.00.00, www.theatredeliege.be.

Théâtre Varia


Rue du Sceptre, 78
1050 Ixelles