Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

Théâtre | Atelier 210

Dates
Du 12 au 30 octobre 2010
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.atelier210.be
info@atelier210.be
+32 2 732 25 98

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

Racine nous montre de façon magistrale que ce n’est que de l’humain que peut sortir l’inhumain.Ivres de jalousie et de colère, assoiffés de pouvoir, ses personnages s’embourbent dans une violence irréparable. Le monstrueux grandit tout au long de la pièce dans une escalade insupportable. Les morts s’amoncellent, les trahisons se succèdent. Georges Lini s’empare des vers de Racine et leur donne une odeur de sang. Il place les comédiens dans l’inconfort d’un dispositif scénique très physique, une véritable machine à jeu qui ancre la parole à même les muscles et les os. Mise en scène : Georges Lini Assistante : Miriam Youssef Avec : Didier Colfs, Itsik Elbaz, Benoit Van Dorslaer, Luc Van Grunderbeek, Anne-Pascale Clairembourg, Valerie Lemaître Scénographie : Renata Gorka Création lumières : Alain Collet Dramaturgie : Florence Klein Décors : Claude Panier Assistante musicale : Daphné D’Heur Un spectacle de la compagnie Belle de nuit, en coproduction avec l’Atelier 210, avec le soutien de PBA+Eden / Centre culturel régional de Charleroi. Réalisé avec l´aide du Ministère de la Communauté française - Service du Théâtre, avec la participation du Centre des arts scéniques et le soutien du Centre culturel d’Ath et de l’Eden à Charleroi.

Du 12 au 30 octobre
20h30
A l’Atelier 210
Chée Saint-Pierre 210 - 1040 Etterbeek
Infos et réservation : 02/732.25.98
info@atelier210.be
P.A.F : 16€/13€/8€

Laissez nous un avis !

22 Messages

  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 12 octobre 2010 à 12:36 par paolo

    Ben c’était la première fois que je voyais du Racine, alors je n’ai
    pas de moyens de comparaison, surtout sur la mise en scène, je me tais en attendant
    une connaissance plus complète du genre. Toutefois, j’étais impressionné par
    une scénographie très efficace, moderne, puissante, rempli que par les talentueux
    comédiens et le travail de leur corps. Notamment, le Néron de cette pièce donne
    des émotions !

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 13 octobre 2010 à 11:56 par loulou

    Après un démarrage un peu long(l’introduction pendant laquelle les comédiens courent) et la tirade d’Agrippine dont je n’ai pas saisi grand chose du texte, le spectacle prend toute sa dimension à partir du moment où intervient Néron,excellent Didier Colfs. Le texte de Racine nous parait limpide quand il est prononcé par Didier Colfs et Itsik Elbaz.
    La présence de ces deux acteurs nous évitent de décrocher de ce texte qui, il faut bien le reconnaitre, n’est pas des plus faciles à suivre.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 14 octobre 2010 à 01:20 par samuel

    Un moment
    inoubliable et intense pour moi. J’ai eu l’impression de vivre la tragédie avec
    la tête (sans doute dû au fait que je n’absorbe par encore les alexandrins avec
    assez de fluidité) mais aussi et surtout avec le ventre. L’atmosphère du début
    du règne despotique de Néron, les tensions sanguines familiales, la perfidie et
    l’ignominie, la puissance de l’engouement amoureux, toute l’essence du genre
    est tellement palpable dans ce spectacle…
    Puis, cette
    scène transformée de manière géniale en rampe de skate. Franchement brillant !
    Ca balance, comme l’esprit de Néron qui oscille entre les manipulations de sa
    mère ou de Narcisse et les conseils plus sages de Burrhus. J’ai aussi imaginé
    le mythe de Sisyphe…
    Les
    personnages sonnaient plus que juste, malgré leur débit parfois hystérique
    (Agrippine) ou leurs pleurs excessifs
    (Néron, j’ai eu envie de l’appeler empleureur). 
    Et des beaux costumes « ah ça oui, madame, ils
    étaient beaux les costumes ! ». Je ponds un neuf !

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 14 octobre 2010 à 07:36 par monkeyz

    Georges Lini propose un très bon spectacle de Racine. L’audace de la scénographie et des costumes n’est peut-être pas étrangère à cette qualité ! J’ai regretté toutefois l’inégalité des vers (étant moi aussi un acharné des "e" muets, pas pour le principe, mais pour le rythme de la langue magnifique de Racine !) et l’alternance quasi systématique des moments où l’on parle et des moments où l’on bouge. Anne-Pascale Clairembourg et Valérie Lemaitre sont formidables ! Faire du moderne avec du vieux, mais sans casser la forme originale : un défi réussi.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 14 octobre 2010 à 09:58 par anacolut

    Très beau. S’il faut pinailler, voilà des pistes pour un spectacle meilleur encore : le début d’Agrippine manque de clarté, est trop énervé peut-être, je n’arrivais pas à comprendre vraiment bien. L’intervention de Narcisse auprès de Néron est ponctuée de petits cris qui me semblent un peu "too much". Les allers-retours du début sont peut-être un poil trop long, comme quelqu’un d’autre l’a souligné ici. L’alexandrin n’est pas toujours respecté (mais tout le monde n’est pas, comme moi, obsédé de l’alexandrin). Je pense qu’il y a moyen assez facilement de rajouter les "e" négligés... Question de choix peut-être.
    A part ça, et c’est peu de choses finalement, le spectacle est sublime. A un niveau objectif, on peut souligner un travail impressionnant sur le rythme (pas une seconde d’ennui pour ma part, c’est un joli défi relevé), un jeu d’acteur incroyable : Burrhus est limpide dans son phrasé, c’est un plaisir de l’écouter, tout se clarifie dans sa bouche. Néron est grandiose. Junie incroyable : elle m’a fait frissonner plus d’une fois. Agrippine dans sa grande tirade est également divine. Tous sont d’une justesse impeccable, et pourtant ils se permettent des excès qui ne sonnent jamais faux. Ils décochent des flèches qui m’ont atteinte. La scéno et le mouvement, la musique, tout contribue à faire prendre la sauce. L’émotion d’hier soir est assez rare pour moi. La réflexion qui en sort elle aussi est bénéfique. Merci à l’équipe pour cela.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 15 octobre 2010 à 10:30 par sydney

    Après tant d’éloges j’ai presque peur de dire que pour moi malgré la qualité principale de ce spectacle, l’intensité des comédiens, hé bien je n’ai pas été transportée... je pensais que j’allais pleurer, avoir des frissons, cela n’a pas été le cas. Oui la scénographie est originale, oui les costumes sont beaux, oui le texte -même un peu écorché- est magnifique, non je n’ai pas été touchée comme j’aurais aimé l’être.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 17 octobre 2010 à 12:01 par faucer

    Très agréablement surpris par cette mise en scène de G. Lini !
    J’ai beaucoup aimé, malgré les quelques réticences de départ
    suite aux nombreux commentaires postés ci-dessous.
    L’énergie est à son comble, le temps passe vite et le spectacle se déroule agréablement. Cette horrible histoire défile et s’écoute sous le jeu incroyable de ces incroyables comédiens. Magnifique spectacle à voir et à revoir. Encore bravo !

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 18 octobre 2010 à 05:01 par Lorette

    Le grand art réside quelque part par là : un pays où les "grands méchants" prennent un visage humain, où la métrique classique devient limpide, où l’ironie s’immisce au coeur des envolées lyriques, et où, au bout d’une heure trente de pure délectation, on se retrouve soudé à sa chaise, la respiration en suspens et les yeux écarquillés comme des soucoupes volantes.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 18 octobre 2010 à 10:48 par papacas

    La scénographie, les lumières et les costumes sont très beaux. Le jeu des acteurs bien. Je ne sais pas si le seul moyen de faire monter l’émotion est le cri. Cet effort physique a privé les acteurs des émotions intérieures. Par ailleurs je n’ai pas compris pourquoi il fallait courir tout le long de la scène. C’est une pièce classique très difficile avec une mise en scène qui laisse tomber la musicalité du texte et une lecture trop physique. Je ne sais pas si à la fin nous y gagnons.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 22 octobre 2010 à 11:08 par detonin

    Superbe mise en scène de Georges Lini. La structure en rampe de skate confère au spectacle un rythme et une dynamique vraiment intéressants. Les comédiens semblent dans un mouvement et un déséquilibre perpétuel, ne suspendant leur course que pour s’échanger les magnifiques alexandrins de Racine. Sans parler des rapports dominant-dominé que les différences de niveau font apparaître, produisant des images d’une très grande intensité. Les comédiens sont tous très investis : en particulier Néron, terrifiant, ainsi que l’impeccable Burrhus. J’ai eu plus de difficultés avec Agrippine, un peu excessive et monochromatique. Très bon spectacle dans l’ensemble !

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 27 octobre 2010 à 08:58 par Cappu

    J’ai apprécié le jeu des acteurs et
    particulièrement celui de Narcisse (Benoit Van Dorslaer) et de
    Britanicus (Itsik Elbaz). Les costumes sont somptueux et la mise en
    scène originale et très "sportive" pour les acteurs. Je
    regrette fortement que les derniers rangs de la salle ne puissent
    entendre certains acteurs faute d’une bonne acoustique ce qui pousse
    certains (je pense) à quitter la salle prématurément.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 18 janvier 2011 à 11:56 par Naira

    Le destin tragique du brave Britannicus nous est encore une fois conté.Encore une fois ? Pour ma part, et pour être honnête, non. Jamais, je n’avais été au théâtre voir cette célèbre pièce de Racine. Cependant, nous mettons ici le doigt sur une problématique propre au théâtre classique joué par des contemporains : partant du principe que la pièce n’a rien d’inédit et que le spectateur est en mal de nouveauté et d’audace, c’est, bien souvent, la mise en scène qui est retravaillée et, parfois, disons-le carrément, qui trinque. En effet, à force de vouloir épurer le théâtre classique, lui ôter son décor chargé, modifier ses costumes pompeux, refaçonner son jeu strict, les metteurs en scène font parfois effet d’apprentis sorciers cherchant la pierre philosophale… En vain. De fait, pourquoi vouloir transmuter l’or ??

    Toutefois, ce ne fut pas le cas ici (vous avez cru que cette critique allait être négative, n’est-ce pas ?). Le décor réduit à une rampe sportive, les costumes anciens - sans être antiques - , le jeu rappelant le temps qui passe et le fatum qui nous rattrape, quelque soit notre vitesse de déplacement, accompagnés de musique et de lumière suggestives sans être agressives fait de cette pièce un « Britannicus » audacieux et contemporain sans être alourdi par sa vacuité dont la symbolique aurait perdu tout son sens.

    Répondre à ce message
  • Britannicus (soirée de fin de spectacle samedi 30 octobre !!!!!)

    Le 18 janvier 2011 à 11:56 par Naira

    Et bien, oui, je ne suis pas partisane de l’hermétisme. Convaincue que la clef de la réussite en théâtre réside essentiellement dans son accessibilité symbolique ; pour toucher, transformer, édifier le spectateur, il convient de pallier l’éphémérité du média en veillant à ce que la pièce soit avant tout appréhendable dans sa globalité.?

    Mais soit ! Si l’accessibilité ne fut pas irréprochable (je confesse aisément une quinzaine de minutes d’oscillement entre appréhension et dubitativité concernant la mise en scène ainsi qu’un léger scepticisme quant à la diction des acteurs), les légers bémols furent balayés par la catharsis finale, dont spectatrice sans importance, je fus impregnée (et ceci me semble, in fine, le critère de réussite le plus pertinent pour une tragédie).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Samedi 23 octobre 2010, par Jean Campion

Le Pouvoir, une drogue dure !

"Il n’a pas encore tué sa mère, sa femme, ses gouverneurs, mais il a en lui les semences de tous ces crimes." (Racine, Seconde préface de Britannicus). Cette cruauté naissante de Néron, son âme despotique vont le pousser à défier sa mère, l’orgueilleuse Agrippine, et à déclencher un combat sans merci. Une lutte féroce pour le pouvoir, dont la violence est remarquablement orchestrée par la mise en scène audacieuse et précise de Georges Lini.

Agrippine est aux abois : son fils Néron, dont elle a favorisé l’avènement, au détriment de son demi-frère, Britannicus, le prétendant légitime, échappe à son contrôle. Il ose gouverner, sans la consulter. De plus, il convoite et fait enlever Junie, la femme qu’aime Britannicus. Devant ce coup de force, la mère dominatrice pressent sa disgrâce. Chantage, jeux d’alliance, manipulations, conseils perfides, complots vont plonger la cour dans un climat délétère. La soif du pouvoir corrompt.

Les personnages montent et descendent les rampes d’une imposante piste de skateboard. Minés par le doute et la précarité de leur situation, ils se précipitent d’un bord à l’autre. Comme l’ampoule qui se balance au-dessus de leur tête. Des cavalcades pesantes, aveugles, obstinées qui
balisent l’action et renforcent la tension dramatique. Les protagonistes de la tragédie ne quittent pas la scène. Ni l’esprit de leurs ennemis. Comme le soulignent certains regards venimeux. Une présence permanente qui augmente l’impact de plusieurs scènes. C’est sous les yeux implacables de Néron que Junie cède à son chantage, en désespérant Britannicus.

Essoufflés par leurs efforts physiques, les personnages libèrent la pression qui les étreint, dans des échanges abrupts. Quand Agrippine éructe sa rage impuissante, elle se lâche, en ne faisant pas "sonner la rime". En revanche, dans ses interventions très dignes, Burrhus (incarné par Luc Van Grunderbeek) respecte la musique des alexandrins. Priorité à la vérité des sentiments. Le clair-obscur des lumières, l’accent déchirant des ponctuations musicales, le rougeoiement des costumes, en harmonie avec la rouille du sol, se liguent pour secréter une atmosphère sanglante.

Le metteur en scène exploite efficacement les courbes du décor, en situant souvent les comédiens à des hauteurs différentes. Ce décalage fait ressortir l’oppression exercée par le personnage dominant. Victime de l’amour tyrannique de Néron, Junie ne parvient pas à protéger Britannicus. Elle est trop fragile, trop sincère, pour survivre dans ce monde empoisonné. Anne-Pascale Clairembourg nous communique sa détresse, avec une sensibilité à fleur de peau. Un animal politique blessé et donc redoutable : c’est l’image d’Agrippine qu’impose avec talent Valérie Lemaître. Prête à se jeter, toutes griffes dehors, sur son fils ingrat, elle domine sa rancoeur, étouffe sa jalousie et tente de s’accrocher au pouvoir par d’habiles manoeuvres. Didier Colfs campe un Néron terrifiant. Son jeu sobre et maîtrisé montre que, chez le jeune empereur, l’égoïsme, l’hypocrisie, la froideur, l’instinct de domination vont tuer toute possibilité d’aimer. Le monstre sort de sa coquille !
Loin des représentations amidonnées d’un grand classique français, ce spectacle flamboyant, plein de fureur, "shakespearise" la tragédie de Racine.

Atelier 210


Chaussée Saint-Pierre, 210
1040 Etterbeek