Bla Bla Bla

Ixelles | Théâtre | TTO - Théâtre de la Toison d’Or

Dates
Du 10 novembre au 3 décembre 2022
Horaires
Tableau des horaires
TTO - Théâtre de la Toison d'Or
Galerie de la Toison d'Or, 396 1050 Ixelles
Contact
http://www.ttotheatre.be
info@ttotheatre.be
+32 2 510 05 10

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Bla Bla Bla

Bienvenue dans ce spectacle vraiment très très intéressant proposé par l’éminent – et marrant – historien Gilles Dal, chasseur d’incongruités, pisteur de faux-semblants et débusqueur de lieux communs. Sa marotte : les ratés de la communication entre humains. Car il n’a échappé à personne que lorsqu’on dit A, l’autre entend B, et que c’est par hasard ou par erreur que malgré tout, le monde tourne plus ou moins rond.

En interaction avec le public, ce spectacle passe en revue, à partir de photos désopilantes et/ou absurdes, une ribambelle de cas flagrants d’incompréhension mutuelle, que ce soit dans le domaine de la publicité, de la restauration, de l’administration ou… de l’amour.

Distribution

De Gilles Dal Mise en scène David Nobrega Avec Gilles Dal, Wilhem De Baerdemacker Décors & costumes Laurence Van H Production Théâtre de la Toison d’Or © Photo Lou Verschueren
Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral Belge. Casa Kafka Pictures Movie Tax Shelter empowered by Belfius.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Jeudi 24 novembre 2022, par Didier Béclard

Gilles Dal dézingue les ratés de la communication

Chasseur d’incongruités, traqueur de lieux commun, Gilles Dal décortique nos tics de langages et nos erreurs de communication dans une conférence portant sur la sémiotique. « Bla Bla Bla » se veut un spectacle théorique et pratique s’appuyant sur des exemples réels. Le public rit mais le propos s’évanouit dans une pirouette.

Bienvenue aux vendredis de la sémiotique organisés par l’Amicale Régionale de Sémiotique. L’orateur du jour n’est autre que Gilles Dal, auteur de l’ouvrage « La face cachée de l’accent circonflexe », inventeur du concept de déparenthisation qui vise, ni plus, ni moins, que l’abolition des parenthèses, et pilier reconnu de l’École de Ganshoren.

Le thème de sa prise de parole portera sur la mauvaise communication et les vicissitudes, voire les bagarres, qu’elle peut engendrer. Pour pallier ce mal du siècle, l’orateur a mis au point une méthode pour parfaitement se faire comprendre et qui augure que « l’humanité va entrer dans une ère d’harmonie universelle ». Il annonce, tout de go, qu’il s’apprête à révéler à ce public avide de connaissances le fonctionnement de cette méthode révolutionnaire.

Mais avant cela, Gilles Dal raconte deux anecdotes personnelles révélatrices de l’incompréhension à laquelle peuvent se heurter certaines tentatives, maladroites, de communication. Les travers de langage sont nombreux et ce n’est pas parce que l’on exprime un propos qui nous semble clair qu’il apparaît avec autant de clarté à la personne à laquelle il s’adresse. Quand elle ne comprend pas exactement le contraire de ce que l’on a voulu exprimer.

Il enchaîne avec de nombreux exemples illustrés par des dessins, des photos, des captures d’écran, des vidéos, des affiches, auxquels nous sommes confrontés tous les jours et qui foisonnent parfois de hiatus de communication. Trop d’information tue l’information et, a contrario, une information trop synthétique ne donne qu’une vague idée du message émis. « Quand on n’y met pas les formes, dit-il, le monde nous semble étrange, singulier » et d’ajouter, plus tard, « dans l’océan du n’importe quoi, les vagues sont nombreuses ».

Dans la vraie vie, Gilles Dal est docteur en histoire et professeur invité à l’Ihecs. Scénariste de bandes dessinées, en collaboration avec Frédéric Jannin, Johan De Moor ou Philippe Bercovici, il est l’auteur d’une série d’ouvrages notamment sur la Sécurité sociale ou l’histoire de Belgique. Il a également écrit « Tout va très bien », une pièce qui fut jouée au TTO en 2018.

Chroniqueur à la RTBF, il axe régulièrement ses interventions sur les lieux communs, les tics de langage comme le langage conditionné – on dit des bouts de phrases de façon automatique -, le langage formaté par des codes culturels que l’on croit naturels, les expressions contradictoires - « ça ne se refuse pas » - ou, encore, les questions dont on connaît la réponse ou qui n’en admettent qu’une seule.

Avec l’aide, au son et aux images, de Priscillien (le « vrai » comédien Wilhem De Baerdemaeker), le comptable qui remplace au pied levé Cédric souffrant, l’orateur doit en subir les maladresses, les erreurs techniques et, surtout, les commentaires intempestifs. La confrontation entre le technicien d’occasion maladroit et l’orateur qui se cache derrière une courtoisie de timide placide et pince sans rire, mais qui viendra à perdre son sang froid, constitue l’un des ressorts comiques du spectacle.

Au même titre que les exemples souvent cocasses, parfois incongrus, mais toujours exemplatifs des difficultés de communication qui peuplent notre vie quotidienne. Mais, peut-être faut-il classer au rang de ces interférences communicationnelles la pirouette (un étourdissement) qui permet à Gilles Dal de ne pas aller au bout de son propos et de ne pas révéler la sacro-sainte méthode censée guérir notre langage de tous les maux qui l’affectent. La courbe rentrante donne à l’œuvre un côté inabouti.

Didier Béclard

« Bla Bla Bla » de Gilles Dal, mis en scène par David Nobrega, jusqu’au 3 décembre au Théâtre de la Toison d’Or (TTO), 02/510.05.10, www.ttotheatre.com.

TTO - Théâtre de la Toison d’Or


Galerie de la Toison d’Or, 396
1050 Ixelles