Arnaque, cocaïne et bricolage

Théâtre | TTO - Théâtre de la Toison d’Or

Dates
Du 1er au 31 décembre 2011
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.ttotheatre.be
info@ttotheatre.be
+32 2 510 05 10

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Arnaque, cocaïne et bricolage

De Mohamed Rouabhi
Mise en scène d’Olivier Massart
Avec Ahmed Ayed, Didier Colfs, Nina Drecq, Clément Manuel, Nicolas Ossowski, Patrick Ridremont et Thomas Stuyck

Cinq petites frappes se retrouvent pour le casse du siècle : un magot enfoui dans les murs du château d’une Comtesse russe. Et évidemment, ce sont de joyeux bras cassés, doués pour rien à part pour nous faire rire. La pièce est écrite comme un film, avec des répliques qui claquent comme des coups de revolver. Cela pourrait être une version moderne des Tontons Flingueurs revus par les frères Coen, avec des personnages tellement ratés qu’ils en deviennent méchamment attachants. Un spectacle haletant dont vous sortirez avec une certitude, celle de ne pas avoir été volé.

Représentations du mercredi au samedi à 20h30.
Le 31/12/11 à 21h30 (relâche le 24/12).

Tarifs : 22€/adulte, 20€/senior, 10€/étudiant et demandeur d’emploi et 1.25€/article 27

Laissez nous un avis !

16 Messages

  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 1er décembre 2011 à 06:08 par Alex

    Le spectacle de fin d’année au TTO ! pffff, ils auraient pu programmer autre chose pour les fêtes...

    Pièce vulgaire et sans intérêt. Jeu de comédiens assez pauvre. Franchement, l’ensemble est faible et ennuyeux. En un mot : NULL

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 3 décembre 2011 à 03:11 par ArnO

    Plutôt sympa ! Rigolo. Certes, le texte n’est pas d’un niveau intellectuel très élevé, il ne me restera pas en mémoire très longtemps, mais il bon aussi de juste pouvoir aller voir un simple divertissement, même au "Théâtre". Il est impossible de ne pas rire et sourire à beaucoup de moments.

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 3 décembre 2011 à 10:15 par loulou

    Le titre ne m’inspirait pas confiance mais en réalité il s’est avéré très juste ;il s’agit bien d’une arnaque !!
    La pièce ne présente aucun intérêt,le texte tombe à plat (quelques petits rires bien maigres)malgré les efforts de comédiens comme Didier Cols que j’apprécie toujours d’habitude.
    C’est vrai que pour les fêtes le TTO aurait pu nous présenter autre chose !

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 4 décembre 2011 à 01:23 par armelle7

    J’ai passé un super moment. Les acteurs sont tous très bons dans leur personnage, drôles et attachants. L’humour est gras mais totalement assumé. Il s’agit d’un très bon divertissement sans prétention servi par un texte caustique et des répliques cinglantes parfois à mourir de rire.

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 4 décembre 2011 à 12:18 par tango

    J’ai passé une super soirée ! Je suis "sénior"et pas habituée au type de language employée dans ce spectacle, (c’est ce que l’on entend dans certaine rues et quartiers de nos jours) mais nous sommes en présence d’une bande de malfrats, de drogués et bricoleurs, prêts à faire le casse du siècle, ce qui donne des situations cocasses, la scène du chateau est hilarante ! Bravo aux comédiens ! Ils sont crédibles chacun dans leur rôle ! J’ai bien ri de leurs frasques ! Merci au TTO pour leur très bon accueil !

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 5 décembre 2011 à 09:23 par Asaya

    Une histoire de petits truands bêtes mais sympathiques préparant un casse. Cela s’annonçait plutôt bien. Mais dès les premières
    répliques le ton est donné. La pièce n’est au final qu’un enchaînement de
    répliques convenues et de vulgarités. On s’ennuie. Le second degré ne passe pas
    toujours et laisse les acteurs se noyer dans un texte d’une pauvreté
    affligeante. Ces derniers oscillent entre jeux peu convaincants et caricatures
    de leurs personnages. On regrette ici que l’auteur de la pièce n’ait pas
    utilisé le potentiel d’un sujet pourtant prometteur.

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 5 décembre 2011 à 10:21 par marylou2782

    pièce sympa et divertissante, mais sans plus ! On a bien rigolé à certains moment, je la conseille à un public plutôt jeune car les dialogues parfois un peu trash et cash peuvent choquer les âmes sensibles.
    mais le théâtre de la toison d’or fait dans le second degré et dans l’humour décalé sans faux semblant, donc faut pas s’étonner !

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 9 décembre 2011 à 04:48 par JeanJEAN

    Super moment ! Un réel divertissement...

    Les comédiens sont très drôles !

    Le côté trash du texte est assumé... C’est pas du shakespeare mais on s’en fout !

    Merci pour la bonne soirée !

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 9 décembre 2011 à 04:54 par Sylvia

    Contrairement aux autres, je trouve cette programmation super ! 

    Ca change ! Personnellement, j’ai beaucoup ri ! Les vannes parfois lourdes et décalées..., moi, j’adore !

    En plus, observer les réactions du public (choqué ou bien blasé), j’ai savouré !

    A voir...

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 1er janvier 2012 à 06:38 par Bardaf

    Maigre scénario, platitude et grossièreté un soir de réveillon. J’espérais rire aux éclats, je suis sorti dépité. Quand aux oreilles des jeunes adolescent(e)s présent(e)s, j’ai eu honte et mal pour elles tant on tourne autour du sujet de la ’bite’, en français dans le texte. C’est la première fois que je m’endors dans un théâtre... Dommage que ma femme m’ait réveillé. Je suis surpris que le public venu faire la fête ne soit pas sorti de la salle en masse d’autant plus que la faiblesse des applaudissements m’a conforté dans mon jugement !

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 27 janvier 2012 à 03:34 par Naira

    Malgré tout, nous devons tout de même vous mettre en garde : si vous passez un bon moment, n’espérez pas pour autant déceler dans Arnaque, cocaïne et bricolage plus d’une once de subtilité ou de calembours intellectuellement élevés. Il s’agit ici de voyous pas très futés qui, même s’ils vous réservent quelques surprises, restent constamment engoncés dans le stéréotype qu’ils incarnent. N’espérez donc pas qu’ils sortent de leur parfait état de cliché ambulant pour vous offrir une phrase à l’aspect psychologique plus poussé ou un trait d’esprit d’origine mystérieuse et intrigante.

    Répondre à ce message
  • Arnaque, cocaïne et bricolage

    Le 27 janvier 2012 à 03:35 par Naira

    Le scénario est sympathique - bien que pas suprêmement évolué -, lescomiques de genre sont diversifiés et bien utilisés, le décor minimaliste remplit son office, les acteurs (dont les illustres Didier Colfs et Patrick Ridremont)sont tous parfaitement dans le ton et certaines scènes sont particulièrement croquignolesques&nbsp ; ;et bien pensées (nous songeons notamment à la scène que nous nommerons "tentatives d’appels téléphoniques" qui, tant au niveau des comiques que de la disposition des acteurs est très bien articulée).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Mardi 20 décembre 2011, par Caroline Paillard

Quand cocaïne et théâtre ne peuvent pas se sniffer

D’abord, il y a le titre de la pièce qui titille la curiosité. Puis il y a le pitch qui émoustille déjà les zygomatiques. Vient alors la distribution dont les noms évoquent des synonymes de talents réunis. Il y a aussi l’annonce du programme qui nous dit « ces joyeux bras cassés sont doués pour rien sauf pour nous faire rire » Et enfin, il y a le théâtre qui les invite, dont le leitmotiv nous promet « ça va être dur de ne pas rire ». Gonflé à bloc par ces teasers alléchants, et après avoir traversé les émeutes de Matongé pour arriver au Théâtre de la Toison d’Or, ce soir-là, on se dit qu’on va prendre une bonne dose de rire bien méritée !

Jo, Tony, Franckie, Ritchie et Sergio ont rendez-vous pour le casse du siècle : dénicher le magot planqué dans les murs du château d’une comtesse. Se retrouver à un rendez-vous c’est plutôt basique me direz-vous, mais quand ce sont cinq petites frappes totalement à l’ouest qui doivent s’y rendre, c’est déjà le bordel dans le GPS de leur(s) neurone(s). Entre les quiproquos au téléphone sur fond de friture sur la ligne, les pensées tendance Feng-shui et plantes calmantes de l’un et les pulsions psychopathes qui virent aux envies de cul de l’autre, c’est sûr, les gaillards sont mal barrés ! Là où ça coince, c’est que le public coince vraiment et les comédiens qui n’en sont pas à leur premier rail de scène, coincent aussi, bien malgré eux. Aussi stupéfiant qu’inexplicable : la came ne prend pas, alors qu’elle devrait nous emmener dans un flash zygomatique dès les premiers sniffes de répliques. L’ambiance cinématographique à la « Tontons flingueurs » ne passe pas en version théâtrale, malgré tout l’évident travail produit en amont. Seule la scène d’entrée dans le château, au hasard des lampes de poche dans le noir, est hilarante, mais n’arrive que vers la fin…

L’asphalte du texte accroche quelques excellentes répliques (Jo/Didier Colfs) mais tombe surtout dans plusieurs nids de poule qui bloquent le rythme ou n’amènent pas grand-chose. La mise en scène (dealée méthodiquement par Olivier Massart) aurait peut-être gagné quelque chose à dépasser franchement la ligne blanche. Le réglage des moteurs de ces comédiens tous terrains (Didier Colfs, Nicolas Ossowski, Patrick Ridremont, Ahmed Ayed, Nina Drecq, Thomas Struyck) semble trop serré pour qu’ils ne se trouvent pas à l’étroit dans la conduite de leur jeu. Dommage, car le travail de construction des personnages, tous aussi différents, paumés, frimeurs, mythomanes et attachants les uns que les autres, est très juste.

Vous l’aurez compris, on déplore un seul effet secondaire en fin de soirée, mais pas bien grave : celui de se sentir un peu trompé sur la marchandise ; avec ou sans la paille, cette prise théâtrale goûte plus le coca-cola que la coke. Si elle n’est pas le casse du siècle annoncé, elle n’est pas pour autant une arnaque. Il vous reste à vous faire votre propre shoot pour vous faire votre propre avis.

Céline Verlant

TTO - Théâtre de la Toison d’Or


Galerie de la Toison d’Or, 396
1050 Ixelles