Alive

Bruxelles | Théâtre | Les Riches-Claires

Dates
Du 11 au 24 mai 2017
Horaires
Tableau des horaires
Les Riches-Claires
Rue des Riches Claires, 24 1000 Bruxelles
Contact
http://www.lesrichesclaires.be
accueil@lesrichesclaires.be
02-548.25.80

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-halfstar-off

Nombre de votes: 9

Alive

Alive, c’est l’histoire d’un gamin qui s’est inventé un ami imaginaire, un personnage de cowboy redoutable, pour combler sa solitude. Mais aujourd’hui l’ado a grandi, ses fictions l’empêchent d’entrer de plain-pied dans la vie. Avec la complicité du public, il va inventer une dernière aventure au terme de laquelle il tuera son héros.

Un voyage entre réel et imaginaire, une plongée dans l’univers du western, un spectacle musical et déconcertant où la vie règle ses comptes avec la fiction.

« Alive est une véritable explosion libératrice de joie et de la force vitale. Dans les rythmes dispersés, on entend Ah, ah, ah, ah, Stayin’ alive, stayin’ alive des Bee Gees. La vie, pas la guerre ! » Sylvia Botella - RTBF

De et avec Emmanuel Dekoninck, Gilles Masson et Benoît Verhaert. Musique : Gilles Masson. Scénographie : Renata Gorka. Lumière et son : Juan Borrego. Chorégraphie des combats : Emilie Guillaume. Regards extérieurs : Hélène Theunissen et Philippe Blasband. Une création des Gens de bonne compagnie asbl en coproduction avec le Théâtre du Sygne. Avec l’aide du Service du Théâtre de la Fédération Wallonie Bruxelles

Distribution

De et avec Emmanuel Dekoninck, Gilles Masson et Benoît Verhaert.

Laissez nous un avis !

5 Messages

  • Alive

    Le 25 août 2016 à 14:27 par Ferre

    Vu à l’été 2016 au Karreveld ... Il m’en est resté un excellent souvenir ...
    Voilà à (presque) tous les points de vue un spectacle particulièrement original, dirigé, oserais-je dire, par l’étonnant et excellent Manu Dekoninck ... sans oublier le ténébreux Verhaert (parfait comme toujours) et le sympathique et excellent musicien-comédien Gilles Masson ... ;-)))

    Répondre à ce message
  • Alive

    Le 15 mai à 08:37 par joelleva

    J’ai adoré et ri du début a la fin. C’est drôle, attachant et les comédiens sensationnels.
    J’ai passé un très bon moment de théatre j’en redemande des comme ça.
    Merci pour ce plaisir

    Répondre à ce message
  • Alive

    Le 15 mai à 15:43 par hello

    Le théâtre mêle réalité et symbole et ce spectacle joue de cela, de cette rencontre entre la réalité et l’imaginaire.. Pas de décor (ou presque), quelques costumes. Il nous est demandé au fil du récit de cet espèce de western où la vie règle ses comptes avec la fiction d’imaginer, le saloon, le bordel ou le désert...et si cela fonctionne, c’est peut-être parce que "Alive", c’est aussi un spectacle musical. Le jeu théâtral est accompagné de chansons, de morceaux instrumentaux et de bruitages, un travail sonore omniprésent.
    A découvrir.

    Répondre à ce message
  • Alive

    Le 17 mai à 23:09 par vilef1

    Un spectacle innovant
    Emmanuel Dekonninck réalise une mise en scène simple et efficace, tout en déclarant (à l’aide de G. Masson et B. Verhaert) son amour au théâtre.
    Une comédie bien ficelée grâce à une mise en abime efficace, mais surtout grâce à des acteurs qui s’amusent à nous communiquer leur passion sans aucune prétention.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Lundi 21 décembre 2015, par Catherine Sokolowski

Western abouti

Va-et-vient entre réel et imaginaire, « Alive » doit permettre à Emmanuel Dekoninck de tuer définitivement le cow-boy « Black », compagnon de jeux qu’il s’était construit dans l’internat où il a passé son adolescence. Comme il le faisait à l’époque, le comédien nous propose une épopee à travers le Far West dont l’issue doit être cette mise à mort. Accompagné par Gilles Masson, acteur et musicien, et Juan Borrego à l’éclairage, les comparses s’en donnent à coeur joie, dans ce spectacle touchant et drôle.

Léger, divertissant, émouvant, on entre dans « Alive » comme on commence une bande dessinée, à une différence près : les personnages sortent de temps en temps du récit pour rencontrer le réel. Sur scène, aucun décor, il faudra les imaginer en s’appuyant sur les costumes, quant à eux, soignés. Gilles assure la bande son des séquences du western et remplace occasionnellement Manu (à moins que ce ne soit le contraire). Très proches du public, les comédiens quittent facilement leurs rôles pour donner un avis, suggérer la suite, parler entre eux ou... se disputer.

En découvrant cette histoire où il est question de révérend, de saloon, de notaire, de colonel, de massacre, de chef indien, de bordel et de vengeance, personne n’a envie d’assister à la disparition du héros. Majestueusement interprété par Benoît Verhaert, Black est le seul personnage fictif sur scène. Les rencontres subtiles entre réalité et imaginaire sont l’essence de ce spectacle mais Black, lui, doit rester de l’autre côté du miroir : toute tentative pour le ramener au réel ne peut qu’échouer. Avec un message clair et optimiste qui est celui de privilégier la réalité, Emmanuel Dekoninck surprend, puisque le théâtre est au cœur du rêve et offre en général une échappatoire au quotidien.

« Peut-on tuer la fiction si on est dans la fiction ? » Pour le savoir, il faudra aller voir. Court et accessible, il est possible de découvrir ce spectacle en famille, chacun pouvant apprécier la pièce avec ses propres codes. Quant au plaidoyer pour la réalité, il n’est pas interdit de retourner à ses rêveries en rentrant chez soi, après avoir découvert Black ! Pocatello, grand chef indien, n’a-t-il pas dit que « la force de l’homme blanc se cache dans les fabulations » ?

Les Riches-Claires


Rue des Riches Claires, 24
1000 Bruxelles