À ce qui manque - Chloé Winkel

Schaerbeek | Théâtre | Théâtre Océan Nord

Dates
Du 26 avril au 7 mai 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Océan Nord
Rue Vandeweyer, 63 65 1030 Schaerbeek
Contact
http://www.oceannord.org
info@oceannord.org
+32 2 216 75 55

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

À ce qui manque - Chloé Winkel

La pièce prend racine dans une histoire à la fois personnelle et universelle : la perte d’une grand-mère, comme première rencontre avec la mort, opérant une forme de rituel de passage à l’âge adulte. Une famille, ce tout incommensurable, se voit amputée d’un élément fédérateur, laissant la porte ouverte à l’intrusion d’un élément perturbateur et révélateur de nos peurs les plus secrètes. Comment faire face au manque, à la perte ?

Partant du constat que l’individu se construit en tant que sujet d’émotions dans une communauté donnée, ici la famille : que se passe-t-il lorsque la communauté bannit ce que l’on pourrait appeler sa « fragilité » ? Quels mécanismes développe-t-on pour faire face à ses émotions, les exprimer ou au contraire les passer sous silence ?
Entremêlant passé, présent et futur, réalité et fantasmes, faisant dialoguer les êtres et les choses, Chloé Winkel tente de dire la peur frénétique de l’oubli, de la solitude face à l’inéluctable et de l’enfermement. Elle témoigne ici de son besoin de raconter et de transcender une histoire intime au plateau.

Distribution

Texte & mise en scène Chloé Winkel
Avec Chloé Larrère, Thomas Dubot, Boris Prager, Fabrice Rodriguez, Chloé Winkel, Ghislain Winkel Aide à la mise en scène / regard extérieur Jean Baptiste Delcourt & Alyssa Tzavaras Scénographie Irma Morin Costumes Pauline Miguet Lumières Rachel Simonin Son Antonin Simon

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 2 mai 2022, par Catherine Sokolowski

Première confrontation avec la mort

Quatre personnes sont assises autour d’une table familiale, elles constatent que « la maladie est entrée dans une maison ». La grand-mère russe d’Ursule est mourante. Cette grand-mère, Chacha, n’est pas commune, d’ailleurs son passé ne l’est pas non plus. Elle a pris le transsibérien en Chine, elle a mis au monde le père d’Ursule avec l’aide de son cuisinier chinois. Son rôle est interprété par un homme (Fabrice Rodriguez), grand, impressionnant, qui lui donne la prestance qu’elle doit avoir. C’est que, cette grand-mère, Ursule l’aime énormément. Elle se débat avec la pensée qu’elle puisse disparaître. On assiste à la première confrontation d’une fillette avec la mort dans un monde qui vacille entre la réalité et son pendant onirique. Une tragédie, une ambiance, Chloé Larrère fabuleuse dans le rôle d’Ursule, « A ce qui manque » sort de l’ordinaire.

« Si vous ne croyiez pas en la mort, est-ce que vous pourriez supporter la vie que vous avez ? »

Ursule jeune ado et son double quelques années plus tard se partagent la scène. Mélange du présent et du passé ou du présent et du futur, c’est selon. Le spectacle balance constamment entre la réalité (l’est-elle ?) et son pendant imaginé : « Le rêve pascalien : une infinité de vies se succédant à elles-mêmes ». Ursule essaye de mettre de l’ordre dans ses pensées. Il y a « la moi d’avant et la moi d’aujourd’hui ». Ce n’est pas chose aisée, elle est bouleversée. Sa grand-mère est morte. Peut-être pourra-t-elle ressusciter ?

Ursule est enfermée dans une boucle, « putain de boucle ». Comment sortir de là ? Comment accepter de perdre quelqu’un qui était tout ? Les scènes se répètent, différentes, mais semblables. Les émotions prennent le dessus.

Le texte et la mise en scène sont de Chloé Winkel. Chloé Larrère endosse le rôle d’Ursule, enfant, Chloé Winkel celui de son double à l’âge adulte. Impossible d’oublier la grand-mère, de la voir disparaître. Comment peut-on matérialiser la présence d’une personne décédée ? Difficile. En témoigne, cette scène d’anniversaire rejouée encore et encore, dont elle ne peut s’extraire, cette idée de résurrection. Faire son deuil n’est pas évident, et certainement pas pour Ursule. En réalité, Chloé Winkel a perdu sa grand-mère à l’âge de 12 ans, la souffrance fut telle qu’elle est devenue anorexique.

Inspirée par Maeterlinck, Strinberg ou Lacan, Chloé Winkel a donné une ambiance particulière à sa création. Dérives oniriques, vue fantasmée d’une grand-mère tant aimée, présence du père de Chloé sur scène (Ghislain Winkel), sont autant d’éléments qui donnent à ce spectacle son originalité et même une certaine poésie. Les rationnels ne s’y retrouveront pas et parfois, même les rêveurs auront du mal à suivre. L’abondance de références philosophiques crée également une certaine distance. Malgré tout, un spectacle comme on les aime, de ceux qui dégagent quelque chose que d’autres n’ont pas.

Théâtre Océan Nord


Rue Vandeweyer, 63 65
1030 Schaerbeek