A Cheval sur le dos des oiseaux

Louvain-La-Neuve | Théâtre | Le Vilar

Dates
Du 8 au 18 mars 2022
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Blocry
Place de l’Hocaille 1348 Louvain-La-Neuve
Contact
http://www.levilar.be
reservations@levilar.be
+32 80 02 53 25

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

A Cheval sur le dos des oiseaux

À Cheval sur le dos des oiseaux
Céline Delbecq

Un texte magnifique sublimé par un jeu magistral.

Le soir, Carine Bielen boit un petit verre de rouge pour dormir tranquille. Elle a un peu peur du noir, faut dire. C’est de la piquette hein, mais elle aime bien quand même. C’est vrai que l’alcool, ça fait de la misère. Elle ne cesse de le répéter. Elle ne se souvient plus comment elle a eu ce fils, Logan. Mais ce fils lui change la vie… avec lui, elle a « reçu le monde en entier » comme elle dit.

À travers cette histoire, Céline Delbecq essaye de comprendre comment notre système économique et social relègue les personnes précarisées en les orientant dès l’enfance vers des filières du handicap.

08 > 18.03.2022
Théâtre Blocry

Accueil
Mise en scène : Céline Delbecq - Avec Véronique Dumont - Scénographie et costumes : Thibaut De Coster et Charly Kleinermann - Création lumières : Julie Petit-Etienne - Création sonore : Pierre Kissling - Assistanat à la mise en scène : Delphine Peraya

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Vendredi 21 mai 2021, par Didier Béclard

On est des êtres humains

Le Rideau de Bruxelles se déconfine et propose « À cheval sur le dos des oiseaux », une création bouleversante de Céline Delbecq, portée par Véronique Dumont.

Une chaise, une fontaine à eau, des stores verticaux occultent les fenêtres, la pièce est fonctionnelle, sans âme, sans chaleur. Elle n’a l’air de rien, parle d’une voix rauque, calme, humble, ponctuant son histoire de petits rires et de silences.
Carine Bielen a un peu plus de 47 ans. Elle vit seule avec son enfant âgé de quelques mois. Ce n’est pas simple parce que Logan a la terreur dans sa tête. Dès qu’il fait noir, il hurle. Pendant la journée, on ne l’entend jamais, il ne réclame rien, même pas sa mère. Mais le soir, il a peur du noir, comme Carine qui a aussi peur du vent et des bruits qu’il provoque. Alors, elle boit un petit verre de rouge pour dormir tranquille, même si elle sait que l’alcool fait de la misère.
On sent bien que Carine est un peu simple, elle utilise le mot « arriérée ». Elle n’aime pas lire mais elle écoute la dame du centre, même si elle ne respecte pas à la lettre toutes ses injonctions.
Carine ne se sait plus très bien comment elle est devenue mère. Elle ne se souvient même pas d’avoir fait un truc mais elle sait qui est le père. La naissance de Logan a changé sa vie. Elle qui n’a jamais rien eu à elle, en une fois elle reçoit tout, elle reçoit quelqu’un qui, toute la vie, va l’appeler « maman ». C’est important pour quelqu’un qui a toujours vécu à la marge.
Touche par touche, Carine dresse le tableau du drame de sa vie : ne pas être. Ou juste un chiffre, une statistique, un numéro sans consistance, sans nuance, sans humanité. A la marge, c’est-à-dire derrière des barrières, dans des cases créées pour la protéger mais qui l’étouffent, la réduisent à un statut, pauvre ou handicapée, nient son existence propre et la relèguent au rang d’individu à gérer, de sujet sous tutelle.
Carine emmène le public dans son récit chaotique et bouleversant avant de le laisser, sonné, submergé d’émotion. Une fois de plus, l’autrice et metteuse en scène, Céline Delbecq, frappe fort pour donner la parole à ces personnes confinées hors de leur histoire par les errements d’une société normative. La comédienne Véronique Dumont pousse la justesse du jeu jusqu’à s’effacer totalement derrière son personnage laissant toute la place à cette femme fragile, attachante et perdue.

« À cheval sur le dos des oiseaux » de Céline Delbecq (texte publié chez Lansman), jusqu’au 15 mai (en extérieur mais à l’abri) au Rideau de Bruxelles , 02/737.16.01, www.rideaudebruxelles.be.
Selon les dates, le spectacle est précédé de « Variations », lecture de deux textes, deux histoires différentes, deux variations qui s’enfoncent dans l’insondable des violences conjugales.

Le Vilar


Place de l’Hocaille
1348 Louvain-La-Neuve