Yael Bartana - The Shofar School

Conférences et congrès | Kunstenfestivaldesarts

Dates
Du 4 au 25 octobre 2020
Horaires
Tableau des horaires
Kunstenfestivaldesarts [ONLINE]
Contact
http://www.kfda.be
+32 2 210 87 37

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Yael Bartana - The Shofar School

Fabriqué à partir d’une corne de bélier, le shofar est un instrument joué à différents moments du calendrier juif, et presque un élément iconique du judaïsme et de ses communautés diasporiques. L’histoire même du shofar est liée à la nécessité de communiquer à distance. Il était en effet utilisé comme outil de transmission entre les villages de montagne éloignés pour annoncer l’observation de la nouvelle lune et du début du nouveau mois. Son bruit puissant est également étroitement lié à l’histoire de la diaspora, et au fait que, dans diverses circonstances et pendant des siècles, les Juifs ont risqué leur vie pour échapper à l’obligation d’écouter l’appel du shofar. La personne qui est capable de sonner le shofar est considérée comme l’un des membres les plus honorables de la communauté. De nos jours comme par le passé, l’apprentissage du shofar est cependant circonscrit par des critères très normatifs et, bien qu’il ne soit pas interdit aux femmes d’en jouer, c’est un honneur réservé aux hommes. A travers sa démarche artistique, Yael Bartana explore l’imagerie de l’identité. Elle sonde la complexité de la diaspora juive et confronte souvent les questions politiques et féministes à travers l’exploration des rituels. Avec The Shofar School, Bartana crée une plateforme en ligne pour mettre les personnes de la diaspora juive en relation, quel que soit leur sexe, et apprendre collectivement à sonner le shofar ; un processus d’apprentissage qui devient le prétexte pour partager des histoires et redéfinir ce qu’est une identité partagée aujourd’hui et quelles en sont les limites. Enfin, le projet se réapproprie l’idée d’autonomisation qui était traditionnellement liée au fait de sonner le shofar : pendant un mois, un groupe de personnes de différentes régions du monde soufflera simultanément le cor, comme un appel collectif à remettre en question et à réimaginer de nouvelles formes d’identité. En parallèle à The Shofar School se déroulera une performance que Bartana donnera à Baden-Baden, dans laquelle une femme sonnera le shofar depuis un hélicoptère survolant la ville.

Appel à participants
The Shofar School réunit un groupe de 12 participant·e·s. Ces dernier·e·s se réunissent chaque dimanche du mois d’octobre, entre 15 et 18 heures, heure de Bruxelles. Le projet invite les participant·e·s à interpréter et à réfléchir collectivement sur la manière dont le shofar peut être réimaginé en tant qu’outil. Les réunions se dérouleront via une plateforme de vidéo-call et pourront être enregistrées comme matériel pour l’artiste. Toutes les activités de The Diasporic Schools sont gratuites. The Shofar School est ouverte aux personnes basées n’importe où dans le monde qui s’identifient à la diaspora juive, lui témoignent de l’intérêt ou entretiennent un lien étroit avec elle.

Les demandes de participation à l’école doivent être reçues entre le 20 août et le 13 septembre. Les participant·e·s sont prié·e·s d’envoyer une courte lettre de motivation (400 mots maximum), qui décrit brièvement leur intérêt pour le projet. L’artiste effectue sa sélection à partir de ces lettres en tenant compte de la composition hétérogène du groupe. Une réponse sera donnée pour le 20 septembre. Pour postuler, envoyez votre candidature à freeschool@kfda.be, en indiquant "The Diasporic Schools" comme objet du courriel et en joignant la lettre de motivation.

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Kunstenfestivaldesarts


Quai du Commerce, 18
1000 Bruxelles