La Lettre du jeune travailleur

Saint-Gilles | Théâtre | Poème 2

Dates
Du 14 au 24 septembre 2017
Horaires
Tableau des horaires
Poème 2
Rue d'Ecosse, 30 1060 Saint-Gilles
Contact
http://www.theatrepoeme.be
reservation@theatrepoeme.be
02-538.63.58

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

La Lettre du jeune travailleur

En 1922, Rilke écrit une lettre fictive à Monsieur V., une réponse au recueil posthume de Verhaeren "Les Flammes hautes" : il y parle des hommes « exaltés d’eux-mêmes » comme l’écrit Verhaeren dans « Au passant d’un soir » et plus particulièrement de la sexualité, étouffée par la religion chrétienne.

Ce spectacle est un hommage aux hommes qui célèbrent l’Ici-Bas. C’est aussi un témoignage du cheminement de Rilke pour devenir un de ces maîtres qu’il admire tant. Un tournant dans la réflexion et dans l’œuvre de Rilke, qui se détache peu à peu des contraintes sociales.

En savoir plus ? Lire le dossier du spectacle sur notre site

Distribution

Texte de Rainer Maria Rilke
Mise en scène : Dolorès Oscari
Rilke : Paul Van Mulder
Évocation de Verhaeren : Luc Vandermaelen
Lumière : Christian Halkin
Scénographie : Dominiq Fournal
Décor : Benoît Francart
Photo : Serge Gutwirth
Vidéo : Marie Kasemierczak
Modèle photos : Lily Danhaive
Régie : Lily Danhaive et Benoît Francart

Laissez nous un avis !

1 Message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Mardi 19 septembre 2017, par Yuri Didion

Les débuts du maître

Un jeune travailleur d’usine prend la plume pour répondre à "Monsieur V.", dont il a découvert certains poèmes peu auparavant. Il lui répond dans une longue lettre, où il développe une pensée riche et poétique à laquelle rien n’échappe : religion, nature, progrès, société. Derrière le jeune travailleur se cache Rilke, ami de longue date de Verhaeren, qui écrit fictivement au poète belge peu de temps après la parution d’un recueil posthume. Un texte puissant et touchant, porté à la scène avec une juste douceur par Paul Van Mulder.

Dès l’entrée dans la salle, le public se sent pris par une sensation étrange, comme un tournis. Le décor tronqué donne à l’espace une double perspective : la première, classique, face au public, et la seconde, imposée par la scénographie, en diagonale. Au Jardin, deux projecteurs offrent des évocations de Verhaeren, tandis qu’à la Cour trône un tableau religieux..
Deux axes de jeu, donc, pour le comédien, qui, tout en s’adressant à Monsieur V., se tord vers ce Christ avec qui il dit "prendre de la distance", tant la religion s’éloigne de cette nature qu’il nomme "Ici-Bas". Astucieux travail qui offre au public à la fois une grande visibilité et une sensation d’instabilité. Sensation renforcée par la diction hachée, retenue, sur un souffle très haut, qui donne au personnage une grande fragilité, une belle sensibilité. Nous sommes pris dans sa réflexion, dans sa remise en question du monde, dans son doute et dans la vibration qu’ont mis dans son âme, les poèmes du grand maître.

Le texte est incroyablement fort. Les images marquantes sont légions : "Dieu n’habite pas dans les églises", "la religion a rendu notre beau sexe apatride" et "il faudrait appartenir à Dieu de par cet endroit" ; la réflexion est engagée et débouche sur une prise de position face au progrès dont Verhaeren chante l’exaltation. Un texte de Rilke pourtant méconnu.
Un double plaisir, donc, de le découvrir dans cette mise en scène intelligente et sensible.

Poème 2


Rue d’Ecosse, 30
1060 Saint-Gilles