L’héritage

Ixelles | Théâtre | La Clarencière

Dates
Du 17 au 21 octobre 2017
Horaires
Tableau des horaires
La Clarencière
Rue du Belvédère, 20 1050 Ixelles
Contact
http://www.laclarenciere.be
fabienne.govaerts@skynet.be
02/640.46.76

Moyenne des spectateurs

starstarstarstar-offstar-off

Nombre de votes: 1

L’héritage

Un frère et une (demi)-soeur dont l’existence s’apparente à un jeu d’échec sans pitié.
Lui, le riche, aspire à toujours plus de richesse,
Elle, pauvre artiste, a cependant tout combiné comme dans ses romans pour se mettre à l’abri du besoin...
Quels qu’en soient les moyens !

Distribution

de Gaëtan Faucer
Editions de l’Arlésienne
par Amandine Carlier et Youri Garfinkiel
Mise en scène de Jean-Pierre Wallemacq

Laissez nous un avis !

1 Message

  • L’héritage

    Le 18 octobre à 11:24 par Dominska

    C’est avec plaisir que j’ai découvert le théâtre de La Clarencière. Situé derrière la place Flagey, derrière une modeste façade de maison de maître, les spectateurs arrivent dans un lieu hors du temps qui, tel les petits boudoirs où se rencontraient les gens d’esprit, éveille l’imagination et incite à la rêverie. Il est l’heure de passer dans la salle. Le metteur en scène en personne introduit la pièce avec emphase et moults effets de voix et d’expression. Pour cette première, l’auteur est également présent. Place au spectacle !

    La salle est intime, la scène est tellement proche que l’on entend respirer les comédiens. A l’image du metteur en scène, le jeu des comédiens est emphatique. Les effets de lumière en amplifie les angles. Il en résulte des scènes comme coupées au couteau. Les personnages, eux, n’en sont que moins naturels. Ils me semblent sortir d’un roman d’Agatha Christie, pour le meilleur et pour le pire. Le canevas est rapidement installé. L’intrigue est cousue de fil blanc et ne manque pas des quelques incohérences typiques des polars pipe et moustache. Deux ou trois pirouettes et le chat devient la souris. Mais c’est déjà la fin. J’applaudis de bon coeur les comédiens, metteur en scène et auteur.

    Le sujet et l’intrigue de L’Héritage manquent d’originalité. Le texte est faible. Le rythme des scènes et la courte durée de la pièce rattrapent ces défauts. JP Wallemacq a le mérite d’avoir dépoussiéré la mise en scène classique mais je n’ai pas vraiment été convaincu par sa proposition anguleuse, presqu’hérissée d’effets lumineux. L’intention de certains jeux m’ont échappé et, malgré mon incompréhension, m’ont semblé inabouti. Par exemple, les dessins effectués par Amandine suggèrent une association possible avec la bande dessinée dont le découpage en image rejoint le découpage scénique. Mais la proposition me semble mort-née. Les comédiens ont brillamment servis la pièce.

    En bref pour le lecteur pressé, découvrir le théâtre La Clarencière est déjà un plaisir en soi. La pièce L’Héritage est une pièce courte, un polar classique prévisible, agréable mais sans plus.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

La Clarencière


Rue du Belvédère, 20
1050 Ixelles