Juke-Box Opéra

Woluwe-Saint-Lambert | Théâtre | Théâtre Wolubilis

Dates
Du 3 au 4 octobre 2019
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Wolubilis
Cours Paul-Henri Spaak, 1 1200 Woluwe-Saint-Lambert
Contact
http://www.wolubilis.be
d.crista@woluwe1200.be
+32 2 761 60 30

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

Juke-Box Opéra

Voilà qui est de bon augure pour commencer la saison. Car l’histoire vraie de Julie Mossay est un hymne à l’optimisme, celui d’une jeune femme qui vient d’un univers de karaoké et de baraque à frites et qui s’est créé une place dans le monde hyper codifié de l’opéra. Entre chansons pops et airs d’opéra que Julie interprète, c’est ce cheminement qu’elle va vous raconter. Un beau pied de nez au destin.

« À 16 ans, ma destinée était claire : reprendre l’entreprise familiale. Car, comme le disait mon professeur de mathématiques, je n’étais bonne qu’à faire des frites en face de l’école. Cette pique, il la sortait à tout le monde mais dans mon cas elle prenait une résonance particulière : cette friterie était celle de mon père ! J’ai toujours été fière de ma famille et les moqueries de certains étudiants ne m’atteignaient pas. Chez nous, le son de Radio Nostalgie régnait en maître. Pourtant un jour, entre le karaoké et le coup de midi derrière les hamburgers, j’ai pointé mon nez chez une professeure de chant lyrique. Rose aux joues, pommettes relevées et voix perchée, elle m’a demandé tout de go de chanter un air de Mozart. Et là, ce fut comme une évidence, de celles qui marquent une vie. Une vie où l’opéra devint un rêve à atteindre ». - Julie Mossay

Distribution

DE P. Pourveur et J. Mossay AVEC J. Mossay, D. de Neck et Ch. Crahay (en alternance), Fr.-M. Van der Rest et D.Colfs (en alternance), J.Dupont et F. Fiorini (en alternance) RÉALISATION A. De Booseré, M. Jacot PRODUCTION Compagnie Pop-Up, Théâtre Le Public, Théâtre de Liège, Palais des Beaux-Arts de Charleroi SOUTIEN Tax Shelter de l’Etat Fédéral Belge, Communauté Française

Laissez nous un avis !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 11 février 2019, par Jean Campion

Choisir librement sa route

Devenue une chanteuse lyrique réputée, Julie Mossay souhaitait faire partager sa passion pour l’opéra. Aidée par l’écrivain Paul Pourveur et les metteurs en scène Axel De Booseré et Maggy Jacot, elle a pu concrétiser ce projet dans "Juke-box opéra". Joué avec allégresse, ce spectacle musical permet au public d’appréhender en douceur, par petites touches, le chant lyrique. Il montre aussi qu’un(e) jeune peut s’écarter du chemin tracé. C’est par son aplomb, son audace, sa curiosité et son travail tenace que Julie Mossay a forcé le destin.

Elevée par son père dans le culte de la bintje, Julie participe efficacement au développement de la friterie. Comme tous les membres de la famille. Bien sûr, l’odeur des frites est tenace et pour un de ses profs, les marchands de frites sont des ratés. Ce mépris la blesse, mais ne la fait pas dévier de sa voie. Pour se distraire elle chante dans les karaokés et les kermesses. Commerçant ambitieux, le papa transforme l’entreprise familiale en "empire friturier". 52 baraques sur le circuit de Spa-Francorchamps ! Installée au virage de l’Eau rouge, Julie boit les commentaires d’un spectateur passionné. Seuls les pilotes audacieux osent rouler à fond dans cette portion de route : le crash ou l’extase ! Une formule qui réveille le goût du risque chez l’adolescente. Tournant le dos à un avenir rassurant, elle se décide à affronter le monde fermé de l’art lyrique.

Pour apprendre à connaître son appareil vocal ou à maîtriser sa voix naturelle, les professeurs de conservatoire utilisent un vocabulaire technique, difficile à apprivoiser. Certains écrasent Julie de leur savoir ou exercent une autorité tyrannique. Elle doit aussi subir l’égo surdimensionné d’un maestro allemand. Les auditions sont empoisonnées par la jalousie entre les rivales ou par les préjugés. Pas question de chanter du Franz Lehar. Ne confondons pas opérette et opéra ! Julie fait le dos rond et entame une carrière prometteuse. Déçu qu’aucun enfant ne reprenne la friterie, son père se fait une raison et l’incite à "être la meilleure". Voulant la couver, il se montre envahissant. Chanter la Brabançonne devant le roi ou s’inscrire au concours Reine Elisabeth sont ses priorités, qu’il cherche à lui imposer. Julie lâche du lest, mais défend sa liberté avec détermination.

Cette biographie romancée mêle étroitement chanson, narration, séquences actuelles et...flash-back. En fond de scène, des rideaux semi-transparents forment un labyrinthe, d’où émergent des personnages qui revivent certaines scènes. Des éclats de mémoire. Au coeur du spectacle, le pianiste Johan Dupont soutient l’action avec fougue et nous amuse par sa décontraction et sa complicité avec une chanteuse éclectique. La musique est son oxygène. Pour illustrer son itinéraire, la cantatrice zigzague avec aisance de "Eye of the tiger" (Rocky) à Mozart, de Starmania à "La Bohème" de Puccini, d’Abba à Franz Lehar ou de Whitney Houston à Carmen. Comme un caméléon, François-Michel van der Rest esquisse différents personnages, qui ont marqué son parcours. Didier de Neck incarne un friturier enthousiaste et un père chaleureux mais trop protecteur. Dommage que l’auteur souligne lourdement son paternalisme, dans des répliques moralisatrices redondantes.

"Juke-box opéra" équilibre astucieusement brillantes prestations vocales et confidences attachantes. Avec simplicité, Julie nous fait comprendre que pour atteindre son rêve, elle a dû surmonter humiliations, doutes et échecs. Sa motivation et sa combativité sont les clés de sa réussite. Elle aime ressentir des émotions lyriques ou incarner des héroïnes au destin tragique. Cependant elle vit sa passion, sans renier ses origines ni sombrer dans l’élitisme. Chanter l’opéra la rend heureuse, mais elle n’est pas prête à jouer les divas.

Jean Campion

Théâtre Wolubilis


Cours Paul-Henri Spaak, 1
1200 Woluwe-Saint-Lambert