Himmelweg

Théâtre | Festival Bruxellons !

Dates
Du 4 au 5 septembre 2013
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.bruxellons.be
+32 2 762 95 02

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Himmelweg

Un délégué de la Croix-Rouge Internationale visite un camp apparemment « paisible ». Des enfants jouent à la toupie, des amoureux prennent l’air sur un banc… A l’image de ces quelques scènes, la vie semble en apparence anodine. Il se contente des images et des mots qu’on lui a donnés à entendre et à voir. Il n’a pas été suffisamment fort pour se rendre compte que cet « Himmelweg », chemin du ciel, mène au four crématoire et non à l’infirmerie. Mené par un extraordinaire trio de comédiens, intelligemment mis en scène, ce texte fascinant explore notre faculté à nous aveugler. Juan Mayorga prend le public à témoin et lui fait découvrir l’autre côté du miroir. Dans notre société saturée d’images, l’aveuglement du passé n’est pas différent de l’aveuglement du présent.

Texte français Yves Lebeau / Mise en scène Jasmina Douieb / Assistante à la mise en scène Lara Hubinont / Scénographie Renata Gorka / Son et image Sébastien Fernandez / Dramaturgie Ana Rodriguez / Avec Jean-Marc Delhausse, Michelangelo Marchese, Luc Van Grunderbeeck

Laissez nous un avis !

10 Messages

  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 8 février 2011 à 07:12 par Laulau

    On entre dans une salle au décor simple et épuré.
    Un long monologue commence, soutenu par un comédien incroyable. Prenant. Touchant et touché.
    Petit séquence cinéma. On se demande d’abord ce qu’elle vient faire jusqu’à...
    L’arrivée de deux nouveaux comédiens (tout aussi géniaux) qui font avancer l’intrigue. Intrigue qui, malgré le sujet vu et revu, garde son identité propre. De petites longueurs tout de même dans l’écriture.
    Décor superbe. Comédiens géniaux. Mise en scène simple mais efficace.
    Lumière : il fallait bien quelque chose de moins bon !

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 10 février 2011 à 11:35 par loulou

    C’est avec une certaine appréhension que je me suis rendue à l’Atelier 210 car je n’avais pas du tout accroché au précédent spectacle de Mayorga (Hamelin).
    Ici ce fut tout le contraire.J’ai trouvé le texte magnifique,les acteurs excellents,le sujet profond,la mise en scène superbe dans sa simplicité.
    Un spectacle qui ne laisse pas indifférent.
    Petit bemol:quand le commandant du camp parle un peu en retrait,vu son débit rapide,certains mots nous échappent.

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 12 février 2011 à 11:34 par deashelle

    Seul, l’écrivain ose déchirer le voile qui masque la réalité et nous présente une oeuvre entre la musique et le cubisme. Ses personnages sont bloqués dans leurs rôles et celui qui devrait voir et dire est muet.Le théâtre ici est sauvagement dénaturé, son mécanisme est mort. Il n’est plus le lieu naturel de catharsis qui permet d’exprimer l’inexprimable, de nommer l’innommable, de provoquer une prise de conscience, d’approcher l’humain dans sa nature fondamentale. Le théâtre est bafoué.
    Gotsham/Godfried, le prisonnier juif qui doit collaborer et « traduire les idées de Berlin » à sa troupe de figurants demande pendant une tirade sur Aristote « Pourquoi des chaussures sans lacets ? » Le commandant rétorque « c’est de l’humour juif » ? Au gré des répétitions, les figurants récitent mécaniquement, cela sonne faux. Derrière les mots et les gestes, il n’y a rien - c’est leur seule chance de se faire comprendre. Le commandant se met en colère « Dans la vie, on ne parle pas comme cela ! » Godfried trouve des excuses pour tous les faux-pas des comédiens. Leur vie est en jeu ! Le commandant se fâche : « Trouvez des gestes qui vont avec ces paroles. Cherchez dans votre vie antérieure ! » Godfried plaide « Ils ne comprennent pas ce qu’ils font, ils ont besoin de savoir ce qui les attend. » Réponse énigmatique du commandant « La vie est faite d’incertitudes ! ». Le tutoiement et les tasses de café prennent la relève pour amadouer Godfied. Godfried osera. Il ajoutera à l’intention du visiteur, pour qu’il entrevoie l’immense mise en scène et la supercherie, une phrase incongrue « Nous sommes un navire qui doit rentrer au port, le capitaine doit prendre patience » …. Hélas, trop sibylline. « Sauve-toi, Rebecca » dira la petite fille ! Bruits de trains.Une pièce remarquable !

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 14 février 2011 à 01:57 par paolo

    Au début, le premier monologue, m’a un peu laissé perplexe. Pendant 20 minutes je me suis dit « si ca continue comme ca, je me tue » Mais ce n’était que une astuce, bien imaginé, de l’auteur, heureusement ! A partir de l’entrée en scène des deux autres comédiens, on commence à comprendre, à voir, à se sentir vraiment dans la pièce, à ressentir la vie dans le théâtre, ou, peut être, le théâtre dans la vie. Quelle belle pièce ! Une création intelligente, subtile, originale. Ca suffit pour aller le voir. Les comédiens et la mise en scène étaient très bien aussi, mais dans ce cas, il faut vraiment dire merci à Juan Mayorga.

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 16 février 2011 à 09:12 par tania88

    1) Approche TRES originale de ce terrible moment de l’histoire que sont les camps de concentration.
    2) Le texte et la mise en scène sont excellents... l’un renforçant l’autre... pour aboutir à quelque chose d’"unique".
    Pernicieusement, le doute s’installe...le voile se lève petit à petit sur une intrigue qui se situe entre fiction et réalité ??? tout s’entremêle... c’est subtil, étonnant, intelligent...et tellement vrai...ou faux, on ne sait pas... on ne sait plus.
    3) Les 3 comédiens sur scène (ainsi que ceux sur écran)sont MAGNIFIQUES !!!

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 17 février 2011 à 03:31 par anacolut

    L’Atelier 210 est définitivement un lieu merveilleux. On y voit de tout, mais c’est toujours frais, humble et sincère.
    Himmelweg, effectivement, c’est un sujet brassé tant et tant... Et pourtant, l’approche est originale, le texte intelligent. La répétition m’a parfois lassée, et le Commandant était parfois inaudible (dans les cris), mais à part ces quelques bémols, la pièce m’a emportée. J’ai aimé aussi la lumière... La vidéo et les acteurs qui y jouent (petits et grands !) m’ont touchée, l’image est belle et saisissante, esthétique sans l’être trop. Et la fin, messieurs, la fin... On voudrait que cette fin ne finisse pas.

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 23 février 2011 à 11:16 par monkeyz

    Himmelweg est pièce riche et enrichissante de toutes les questions qu’elle parvient à nous faire nous poser. Acteurs, mise en scène, scénographie, tout est excellent ! Mis à part peut-être (très léger bémol), quelques lenteurs. Et une mention spéciale pour la vidéo, qui pour une fois m’a semblé des plus appropriées, loin des gadgets technologiques et des vagues inspirations de mise en scène habituels.

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 25 février 2011 à 05:40 par samuel

    Un sujet, c’est vrai, ressassé moult fois. Mais ici, la mise en scène embellie de l’horreur nous renvoie clairement l’image de la perversité de l’âme en même temps que la justification scabreusement intellectuelle d’actes toujours incompréhensibles. Beau et intense moment en tout cas.

    Répondre à ce message
  • Himmelweg (Juan Mayorga / Jasmina Douieb)

    Le 27 février 2011 à 10:30 par Mariebo

    Quelle saison pour l’Atelier 210 ! Cette nouvelle pièce, de grande qualité, tient le spectateur en haleine du début à la fin grâce à une mise en scène intelligente et à trois acteurs excellents ! Je suis allée la voir deux fois et je ne me suis jamais ennuyée. Bravo !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

Lundi 1er juillet 2013, par Dominique-hélène Lemaire

Himmelweg

Himmelweg ou le théâtre bafoué

Une pièce qui exprime la vérité en contrepoint, avec finesse et pudeur. Avec la mise-en-scène fascinante de Jasmina Douieb, des comédiens plus qu’accomplis, à la diction et la gestuelle parfaites, c’est une pièce qui « questionne aussi notre présent et notre rapport à ce que l’on voit, ce que l’on veut bien voir, et ce que, saturés d’images, on ne voit plus. »

Pièce historique : la seconde guerre mondiale, un délégué de la Croix Rouge va inspecter un camp de concentration.
Il est

les yeux du monde

Il sera aveuglé.

Il sera accueilli avec une courtoisie extrême par un commandant, élégant et lettré. Déjà le théâtre. On lui jouera une farce : un village modèle, des gens qui jouent la normalité, un kiosque, une jolie gare avec une horloge, des amoureux sur un banc, des enfants qui jouent à la toupie, au ballon, une petite fille qui baigne son bébé en celluloïd… « N’aie pas peur, Rebecca, dis bonjour au Monsieur ! » Il ne se doutera de rien ! Les rumeurs de monstruosités s’apaiseront dans son esprit face au bateau qu’on lui a monté. Malgré des indices visibles, et parce que sa main n’aura pas achevé un petit geste qui aurait pu tout changer. Et si son sens de l’analyse avait été plus aiguisé ? Et s’il avait été moins lâche ? Il conclura : « les conditions d’hébergement paraissent correctes, l’hygiène, les vêtements dont ils disposent sont convenables, la nourriture en suffisance. » Ses yeux ne verront rien derrière le gigantesque rideau de fumée et le bruit des trains.

Le théâtre ici est sauvagement dénaturé, son mécanisme est mort. Il n’est plus le lieu naturel de catharsis qui permet d’exprimer l’inexprimable, de nommer l’innommable, de provoquer une prise de conscience, d’approcher l’humain dans sa nature fondamentale. Le théâtre est bafoué.

Le commandant du camp est le maitre de jeu, seigneur de la manipulation, avec des tics de grandiloquence autoritaire, des envolées philosophiques écrasantes, de discours politiques pangermaniques. En homme cultivé, Il a amené 100 chefs d’œuvre de la culture européenne avec lui, pas un de plus. Son bureau est tapissé de 100 tiroirs remplis de dossiers macabres. Il n’acceptera que 100 figurants pour la mascarade qu’il donne afin d’abuser le monde : fixations de psychopathe. Il ose jouer sur la fibre poétique du mot « Himmelweg », alors qu’il s’agit pour tous les déportés, d’une descente aux enfers. Il joue les accommodants : « La guerre est un malentendu entre frères ! » Léger, il signale lui-même « on colporte des monstruosités », rien de mieux pour éteindre les doutes. « Ah vous voulez des renseignements ? Je n’ai rien contre ! » Ironiquement, il est attiré par l’accent du visiteur étranger, il veut entendre le mot « paix » prononcé dans une langue qui ne ment pas en continu. Arbeit macht frei !

Le vieux Godfried, le prisonnier juif qui doit collaborer et « traduire les idées de Berlin » à sa troupe de figurants demande pendant une tirade sur Aristote « Pourquoi des chaussures sans lacets ? » Le commandant rétorque « c’est de l’humour juif » ? Au gré des répétitions, les figurants récitent mécaniquement, cela sonne faux. Derrière les mots et les gestes, il n’y a rien - c’est leur seule chance de se faire comprendre. Le commandant se met en colère « Dans la vie, on ne parle pas comme cela ! » Godfried trouve des excuses pour tous les faux-pas des comédiens. Leur vie est en jeu ! Le commandant se fâche : « Trouvez des gestes qui vont avec ces paroles. Cherchez dans votre vie antérieure ! » Godfried plaide « Ils ne comprennent pas ce qu’ils font, ils ont besoin de savoir ce qui les attend. » Réponse énigmatique du commandant « La vie est faite d’incertitudes ! ». Le tutoiement et les tasses de café prennent la relève pour amadouer Godfied. Godfried osera. Il ajoutera à l’intention du visiteur, pour qu’il entrevoie l’immense mise en scène et la supercherie, une phrase incongrue « Nous sommes un navire qui doit rentrer au port, le capitaine doit prendre patience » …. Hélas, trop sibylline. « Sauve-toi, Rebecca » dira la petite fille ! Bruits de trains.

Vacarme des applaudissements,

larmes plein les yeux

.

Dominique-Hélène Lemaire

Lundi 21 février 2011, par Jean Campion

Pour garder les yeux ouverts

Délégué du Comité International de la Croix-Rouge, Maurice Rossel s’était rendu , en juin 1944, dans la ville-ghetto de Terezin et avait conclu sa visite par un rapport utile aux nazis. Frappé par son aveuglement, Juan Mayorga éprouva le désir de porter à la scène cette expérience. "L’expérience d’un homme qui, voulant aider la victime, finit par coopérer avec le bourreau." Tournant autour du sinistre maquillage d’un camp de concentration en cité paisible, "Himmelweg" est une pièce exigeante qui nous émeut et nous fait réfléchir. A la difficulté de voir la vérité, à la manipulation des faibles et aux relations ambiguës entre le théâtre et la vie.

"Oui, c’était ici, je le sens sous mes pieds : par ici passait le chemin du ciel. Ce chemin, je le refais toutes les nuits." L’inspecteur de la Croix-Rouge n’a pas vu que cet "himmelweg" ne conduisait pas à l’infirmerie, mais au four crématoire. Il a pourtant eu des doutes. Si les habitants de ce camp de "repeuplement juif" disposaient de logements corrects et d’une nourriture suffisante, ils avaient des allures d’automates et ne demandaient jamais d’aide. Leurs visages impénétrables ne l’ont pas empêché de se contenter des images fabriquées par un commandant accueillant. Il ne se sent pas ridicule, mais les regrets le rongent. Par des silences, une nervosité de moins en moins maîtrisée, un œil embué, Jean-Marc Delhausse dévoile progressivement le désarroi de cet homme ordinaire qui était "les yeux du monde".

Un film aux couleurs diffuses nous montre des enfants qui jouent à la toupie, des amoureux qui se disputent et une petite fille qui apprend la natation à sa poupée. Images quotidiennes, voilées par une gêne mystérieuse. Rejouées par des "acteurs" différents, ces séquences reflètent la monstrueuse mystification des nazis, champions de la propagande.

Citant régulièrement Spinoza, Calderon, Shakespeare, le commandant du camp se prend pour un homme cultivé et est fier de nous entraîner dans les coulisses du spectacle qu’il a imaginé. On voit comment il contraint Gottfried, le maire du ghetto, à participer à la mascarade. Pour sauver des vies, celui-ci accepte, la mort dans l’âme, de sélectionner les "comédiens" et de diriger les répétitions. Luc Van Grunderbeeck incarne ce vieil homme coincé dans un piège infernal et hanté par le bruit des trains, avec une résignation digne et poignante. Tour à tour retors, colérique, prétentieux, cynique, le commandant, campé par Michelangelo Marchese, est terrifiant.

Par sa mise en scène rigoureuse et subtile, Jasmina Douieb éclaire la progression en spirale de cette pièce dérangeante. Les lumières efficaces de Benoit Lavalard renforcent son intensité dramatique et le film de la réalité repeinte souligne le rôle trompeur de l’image. Pour Juan Mayorga, "le théâtre est l’artifice le mieux choisi pour dire le vrai." Pas question cependant de donner des leçons au spectateur. Simplement "une impulsion critique". "Himmelweg" nous incite à lutter contre la tentation d’acheter notre tranquillité, en fermant les yeux.

Festival Bruxellons !


Avenue Jean de la Hoese
1080 Molenbeek-Saint-Jean