Féminaire, le sacre de la Femme

Evénements Divers | La Clarencière

Dates
Du 13 au 15 octobre 2010
Horaires
Tableau des horaires

Contact
http://www.laclarenciere.be
fabienne.govaerts@skynet.be
+32 2 640 46 76

Moyenne des spectateurs

star-offstar-offstar-offstar-offstar-off

Nombre de votes: 0

Féminaire, le sacre de la Femme

Textes de Marcel Moreau, poète belge
Lecture-spectacle par Jean-Claude Drouot
Production : Cie Jean-Claude Drouot, Théâtres littéraires de la Clarencière et du Verbe Fou

P.A.F. : 20 E - étudiants : 15 E - Article 27 : + 8 E
Réservations : 02/640 46 76

20h30

Laissez nous un avis !

8 Messages

  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 14 octobre 2010 à 01:58 par soniaLUX

    Une sarabande de mots de l’écrivain M. Moreau avec la verve qu’y met J.C. Drouot , ont fait de cette soirée une très amène ode à la femme . Un seul bémol , un fond musical aurait allégé et mis en valeur la lecture et la réception par le public des textes de Moreau .

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 14 octobre 2010 à 11:48 par deashelle

    « Mon père était couvreur. Je louchais du subconscient : un œil dans la mine, l’autre sur lui. Le gouffre et les hauteurs simultanément épiés, créateurs d’un unique émoi. C’était un couturier des toits. Il ne pratiquait certes que l’alpinisme des humbles, néanmoins, il connaissait le royaume du vent (...) Acrobate pur de public, funambule méconnu, mon père fût-il mon premier héros ? » Marcel Moreau sécrète une écriture pulsionnelle et charnelle, établissant l’existence de deux corps, le corps charnel d’abord et le corps verbal ensuite. Il lui faudra l’accès à l’écriture, toute jeunesse passée, pour enfin révéler son corps verbal fait de jaillissements et de peintures sensuelles et érotiques, toutes décrivant au plus précis, la femme et le désir de la femme. « Le corps a donné corps à ma rage d’interpréter l’Homme, et le monde. » Sa dernière pièce injouée et injouable a deux personnages : le rythme et le verbe. C’est dire si son univers est illuminé et insolite."La mort de mon père met fin à mon inconscience. Tout ce qui l’a précédé a été l’enfance des sens. Tout ce qui la suivra sera l’enfance du verbe"
    Jean-Claude Drouot établit le parallèle entre le monde minier du Borinage de l’enfance du poète belge, amnésié comme par un coup de grisou par la mort de son père lorsqu’il avait 15 ans et ce monde des profondeurs de la sensualité où l’on débarque comme dans un monde tumultueux, impétueux, fantasmagorique et jamais dit, où l’on pénètre dans les veines souterraines jamais explorées… de l’érotisme incandescent et paroxystique, seule valeur sûre dans les flottements et dérives modernes. Et les dérives anciennes… dans ce texte dont on n’ose dire le nom, plein de colère contre ceux qui touchent à l’intégrité féminine. Féminaire, un sanctuaire !

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 14 octobre 2010 à 12:19 par aure

    Nous venions voir Drouot... Nous ressortons avec Moreau..Quelle bouleversante émotion de découvrir encore, encore et toujours...
    Le poids des mots est infini, mieux éternel...
    Jean-Claude Drouot, un être tout en émotion, discrétion, tendresse, il jette ses mots, les suspend une, deux secondes dans un entretemps qu’il fabrique, puis une image passe, il n’a pas dit, nous avons compris... Pudeur et délicatesse, nous sommes tous accrochés à ses lèvres, en attente de l’extraordinaire poésie de cet écrivain singulier, Marcel Moreau...
    J’ai découvert des mots qui génèrent une foison d’images, des mots qui se heurtent et s’entrechoquent, des mots brutaux aux associations incongrues et pourtant, parfaites,la beauté de dire...
    Des mots qui n’avaient rien à faire ensemble pourtant, et s’harmonisent avec bonheur..
    J’ai découvert un être singulier, passionné, la douleur du poids de ses phrases jetées en pature à qui comprendra, l’extraordinaire pouvoir de l’écriture...
    Qui a dit " Moreau, extraordinaire accidenté de la littérature " ? C’est magnifique, c’est cela.
    Et plus encore...

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 14 octobre 2010 à 12:19 par aure

    ..Suite..
    Merci Monsieur Drouot, je vais lire et tituber, aussi..
    Et puis, dans la salle, un petit bout de femme, adorable, incroyablement forte, Mme Suzy Falk, une énergie torrentielle et un charme naturel envoutant, et aussi ce théâtre mouchoir de poche, baroque, délicieux, quelle soirée de rencontres et découvertes !
    Rares sont ces moments-là dans la trépidation de nos vies, juste, s’arrêter un peu et savourer autre chose, autrement..
    Merci !

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 15 octobre 2010 à 10:38 par sydney

    Pour moi aussi cela a été une découverte, en sortant j’avais envie de me précipiter dans une librairie pour trouver un des livres de Marcel Moreau, pour le lire tout de suite. J’ai aussi découvert Mr Drouot, qui n’était pour moi qu’un nom et qui m’est apparu comme un grand monsieur voulant faire partager sa passion pour un écrivain injustement méconnu et ce dans une toute petite salle de théâtre, charmante et inconnue pour moi aussi jusque là. Une très très belle soirée, le plaisir de la découverte et du partage. Merci.

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 16 octobre 2010 à 11:41 par papychat

    Surprise, surprise, pourquoi un homme comme Marcel Moreau nous est- il si inconnu, alors qu’il est un des grands auteurs belges encore vivants ? Son travail verbal est titanesque.
    A la manière des titans, il fouille les entrailles de la terre pour retirer à coups de pioche, les joyaux de poésie qu’il dédie à la femme.
    Rien ne lui est impossible, il réduit tous les tabous en poussière et fait jaillir des rivières bouillonnantes de mots jamais assemblés de cette manière…. raflant du paysage tous les clichés et les conventions, extrayant le minerai le plus riche !
    On dit qu’il a gardé son accent du Borinage, mais il vit à Paris, la Belgique serait-elle jalouse ? Merci à Jean-Claude Drouot pour sa magnifique interprétation des textes, et au théâtre littéraire de la Clarencière pour nous avoir fait découvrir cette pépite explosive.

    Répondre à ce message
  • Féminaire, le sacre de la Femme

    Le 17 octobre 2010 à 12:07 par eloy

    Marcel Moreau aime la femme et il le dit bien. Ses textes sont magnifiques, d’une beauté rare. La poésie qui s’en dégage est présente à chaque phrase. Jean-Claude Drouot les interprète avec une grande justesse de ton. Je me suis laissée bercer par la douceur de ces mots dans ce petit théâtre qui m’était jusqu’alors totalement inconnu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
    Se connecter
Votre message

La Clarencière


Rue du Belvédère, 20
1050 Ixelles