Charles de Bourgogne – une histoire au palais de Bruxelles, une fois !

Bruxelles | Théâtre | Palais du Coudenberg

Dates
Du 12 au 28 mai 2017
Horaires
Tableau des horaires
Coudenberg-Ancien Palais de Bruxelles
Place des Palais, 7 1000 Bruxelles
Contact
http://www.coudenberg.brussels
info@coudenberg.brussels
+32 2 500 45 54

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar-half

Nombre de votes: 3

Charles de Bourgogne – une histoire au palais de Bruxelles, une fois !

La pièce drôlement historique de Viviane Decuypere est un savant mélange du célèbre humour bruxellois et de l’Histoire avec un grand H !

Notre bon empereur Charles-Quint a fort à faire entre la gestion de son empire, son conflit avec François 1er et les envies de mariage de sa sœur ! Cet illustre Bruxellois se laissera-t-il mener par le bout du nez par les femmes de son entourage ? Non peut-être ! Ces dames arriveront-elles à ramener la paix dans l’Empire ? Charles pourra-t-il épouser la belle Isabelle du Portugal et récupérer la Bourgogne ? Une chose est sûre, on va rigoler !

INFOS PRATIQUES :
Dates : Du 12 au 28 mai (vendredi et samedi 20h, dimanche 18h30)
Palais du Coudenberg : entrée 10 place Royale – 1000 Bruxelles
Prix : 12-14 € - En français.
Réservation 067/21 75 00 – reservation@theatrescapade.be

Une création du théâtre de l’Escapade

Laissez nous un avis !

2 Messages

  • Charles de Bourgogne – une histoire au palais de Bruxelles, une fois !

    Le 16 mai à 10:55 par Dominska

    Je remercie d’emblée Demandez le Programme, le musée du Coudenberg et le Théâtre Escapade pour m’avoir permis de découvrir un lieu et une troupe qui m’étaient inconnus.

    Le Coudenberg... de quel meilleur écrin peut-on rêver, que celui que les personnages ont historiquement habité et fréquenté ? Les moellons de l’antique chapelle et les pavés de la rue Isabelle frémissent et gloussent à l’évocation cocasse de leurs occupants de jadis.

    La création du théâtre Escapade réussit à nous divertir tout en rafraîchissant nos souvenirs d’école (ou de Secret d’Histoire ;) ... ) Les clins d’oeil et les jeux de mot sont au rendez-vous, sans encombrer les dialogues. Les comédiens jouent leur rôle avec beaucoup de crédibilité : le truculent Charles Quint, le François si régalien, la Marguerite si calculatrice,... Seul l’Ottoman m’a paru mal servi, devenu bouffon pour servir la pièce au détriment de sa carrure historique.

    Le parti pris de surjouer certains personnages m’a déconcerté au départ. La mode est plutôt à la sobriété. Ce jeu a facilité la mise en place d’une atmosphère à la fois noble et décalée. Surjouer présente aussi des inconvénients. Les cris hystériques d’Eléonore m’ont paru insupportables.

    Si le lieu est sublime, il a deux défauts. Il y fait frais, mais nous étions heureusement prévenus. Et les pavés en pente offrent une assise peu confortable pour les chaises. C’est la rançon de l’authenticité.

    J’ai apprécié de pouvoir déguster une bière Charles Quint à l’entracte. On aurait pu imaginer une bière blanche Marguerite, austère et simple, et une bière fruitée Eléonore, joyeuse et tendre, pour compléter la carte. A moins de faire appel à une micro-brasserie ou de faire une cuvée spéciale de bières existantes, je doute que ces noms soient suffisamment évocateurs pour convaincre les brasseries d’Haecht d’en produire.

    Bravo !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Palais du Coudenberg