Callas, il était une voix - Jean-François Viot

Louvain-La-Neuve | Théâtre | Atelier Théâtre Jean Vilar

Dates
Du 19 septembre au 6 octobre 2017
Horaires
Tableau des horaires
Théâtre Blocry
pl. de l'Hocaille, 6 1348 Louvain-La-Neuve
Contact
http://www.atjv.be
info@atjv.be
0800-25.325

Moyenne des spectateurs

starstarstarstarstar

Nombre de votes: 1

Callas, il était une voix - Jean-François Viot

1977, Maria Callas vient de disparaître. Un journaliste doit préparer une émission spéciale sur la diva quand une mystérieuse femme lui apparaît… Une rencontre fascinante qui lève le voile sur le parcours surprenant de la chanteuse grecque.

19 septembre au 6 octobre 2017
Théâtre Blocry

— 
De Jean-François Viot • Mise en scène : Patrick Brüll • Avec Alain Eloy et Anne Renouprez • Lumières : Laurent Kaye
Une production de l’Atelier Théâtre Jean Vilar et de DC&J Création.
Avec le soutien de la Province du Brabant wallon et du Tax Shelter du Gouvernement fédéral belge.

Les à-côtés
Atelier découverte de l’écriture dramatique avec Jean-François Viot samedi 30/9
Rencontre avec les artistes jeudi 5/10

Distribution

De Jean-François Viot • Mise en scène : Patrick Brüll • Avec Alain Eloy et Anne Renouprez • Lumières : Laurent Kaye

Laissez nous un avis !

1 Message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message

Jeudi 5 octobre 2017, par Yuri Didion

Un tragique destin

Le titre est accrocheur et sonne comme une promesse rare : un spectacle où théâtre et musique se mêlent pour raconter une figure iconique des arts lyriques qu’elle a d’ailleurs participé à moderniser. Malheureusement, la sauce ne prend pas : texte légèrement discursif, conventions peu perceptibles, jeu en registres différents, et scénographie musicale étrange font de "Callas, il était une voix" une pièce quelque peu décevante.

Le texte présente un journaliste retenu malgré lui pour un reportage-éclair sur celle qu’on surnomme "la Divina" qui vient de mourir. Amateur de jazz, il doit donc s’atteler à présenter une artiste qu’il ne connaissait absolument pas. Alors qu’il plonge en recherches sur la célèbre cantatrice, cette dernière apparaît. Tout au long de l’unique nuit qui constitue la temporalité de la pièce, elle se présente, se raconte, s’explique. C’est donc un long discours où la Callas s’autobiographie, et où son partenaire incarne tour à tour les différents personnages qu’elle croise et qui la font avancer. Malgré ces intermèdes joué, la grosse majorité du texte est tout à fait discursive et donc pas des plus vivante.

La mise en scène suit cette proposition d’une alternance de scènes racontées et de scènes plus jouées, mais manque de cohérence. Les codes sont peu accessibles, certaines conventions changent en cours de spectacle, brouillant la perception et la compréhension.

Cela est mis en évidence dans la direction d’acteurs : le comédien est dans un registre burlesque, limite boulevard, tandis que la cantatrice, beaucoup plus retenue, se situe dans un jeu plus intime. Est-ce pour mettre celle qui incarne la Callas en évidence ? Difficile à dire, vu que rien n’est expliqué par rapport à cette apparition : fantôme, rêve ou allégorie des recherches menées par le journaliste ? Chaque piste est amorcée, mais aucun choix n’est assumé. Cela se poursuit au long de la pièce : certaines indications (cris, pics émotionnels) semblent appliquées tant ils surprennent et rompent avec l’ensemble du reste.

La scénographie musicale surprend également. Composée de son sourd, elle rythme et marque les effets dramatiques, allant à l’encontre du travail des comédiens. Là aussi, manque de cohérence : on passe de l’extradiégétique (musique hors scène, que les comédiens ne sont pas censé entendre) à l’intradiégétique (musique dans la scène, avec laquelle les comédiens joue) sans le signifier, de passages chanté par la comédienne-cantatrice à des bandes son avec la voix de la diva, de musique scénographique pour représenter l’époque à une musique plus "abstraite" pour habiller le silence.

La grande force du spectacle réside dans la création lumière, d’une grande douceur et tout à fait évidente. Les passages d’ambiance sont souples, agréablement discrets, et chacune des ambiances indique clairement le ton de la scène : moment émotion, intime ou narration.

"Callas, il était une voix" est donc un spectacle prometteur, au thème intéressant, mais qui se perd un peu par trop d’idées et de pistes essayées qui noient le spectateur dans un trop plein d’informations et de conventions différentes.

Atelier Théâtre Jean Vilar


Pl. de l’Hocaille, 6
1348 Louvain-La-Neuve